mardi , 13 novembre 2018
Accueil / Afrique / Élections : CENI-RDC nous amène vers un autre glissement
Corneille Nangaa (2ème à gauche), président de la CENI.
Corneille Nangaa (2ème à gauche), président de la CENI.

Élections : CENI-RDC nous amène vers un autre glissement

Dernière mise à jour, le 10 novembre 2018 à 08:12

Augustin Kabuya, secrétaire général adjoint de l’UDPS, indique que « la CENI, en complicité avec le gouvernement congolais nous amène vers un autre glissement ». Parce que, dit-il, « le gouvernement congolais ne saura pas faire face seul aux défis logistiques qui l’attendent à 2 mois des élections, il doit donc accepter l’appui logistique de la Monusco pour plus de transparence ». Ici, François Rubota, cadre du Front commun pour le Congo (FCC) oppose à Kabuya l’argument selon lequel « l’organisation des élections relève de la souveraineté nationales ». Raison pour laquelle, rappelle-t-il, « le gouvernement congolais a pris l’engagement de financer seul l’ensemble du processus sans ingérence extérieure ».

« Selon les informations en notre possession, je doute fort que la CENI soit en mesure d’organiser les élections ce 23 décembre », a dit à TOP CONGO FM, le secrétaire général adjoint de l’UDPS, en charge de la communication, mobilisation et implantation du parti. Tout le contraire de ce qu’a affirmé le VPM Henri Mova.

Le Sga du parti tshisekediste accuse le gouvernement congolais de n’avoir pas n’a pas assez de « bonne volonté de donner à la CENI les moyens logistiques nécessaires pour nous conduire vers les élections de décembre. » En dépit du fait que le gouvernement vient de doter la Commission électorale nationale indépendante de 150 camions et plusieurs avions qui vont permettre l’acheminement des kits électoraux vers les sites de vote, Augustin Kabuya indique que « la CENI, en complicité avec le gouvernement congolais nous amène vers un autre glissement ».

Parce que, dit-il, « le gouvernement congolais ne saura pas faire face seul aux défis logistiques qui l’attendent à 2 mois des élections, il doit donc accepter l’appui logistique de la Monusco pour plus de transparence ». Ici, François Rubota, cadre du Front commun pour le Congo (FCC) oppose à Kabuya l’argument selon lequel « l’organisation des élections relève de la souveraineté nationales ». Raison pour laquelle, rappelle-t-il, « le gouvernement congolais a pris l’engagement de financer seul l’ensemble du processus sans ingérence extérieure ».

En un mot comme en cent, les propos du Secrétaire général adjoint de l’UDPS tranchent avec ceux du VPM Henri Mova, qui a affirmé que l’argent nécessaire pour l’organisation des élections du 23 décembre a déjà été donné. Mova l’a dit dans une interview au site d’informations en ligne ACTUALITE.CD au sortir de la cérémonie de remise des matériels roulants à la CENI. A l’occasion, l’ancien Secrétaire général du parti présidentiel PPRD a dit à haute et intelligible voix que « les élections, c’est le 23 décembre. Il y a des dépenses qui concernent la date des scrutins et même au-delà, donc les contentieux et autres dépenses à faire, c’est le reliquat dont j’avais parlé. Mais l’essentiel pour l’organisation des scrutins a déjà été apuré », a-t-il déclaré. 

On rappelle qu’au cours de la réunion interinstitutionnelle dirigée par le président Joseph Kabila, le 19 octobre, il avait été dit que 122 millions de dollars américains étaient encore à décaisser par le gouvernement dans le cadre du processus électoral.

En tout cas, le VPM Mova se réjouit de ce qui est fait jusqu’ici en faveur des élections. Il s’est félicité de la remise d’un lot de matériels volants et roulants à la Commission Electorale Nationale Indépendante. « La question logistique se pose et beaucoup de nos partenaires voulaient trouver en cela une fenêtre pour intervenir dans nos élections. Aujourd’hui, c’est la démonstration qu’on va assumer entièrement et totalement la souveraineté électorale, selon les moyens des Congolais eux-mêmes « , a dit Henri Mova à l’aéroport international de N’djili pendant la cérémonie organisée à cet effet.

Il en a profité pour tacler ceux qui doutent de la tenue des élections en décembre prochain « Ceux qui espèrent que la machine devrait s’arrêter, je crois qu’aujourd’hui leurs espoirs sont totalement noyés dans la volonté populaire qui s’est exprimée à travers cet événement, mais qui exprime également la volonté d’un homme qui entre dans l’histoire », a t-il affirmé. 

Le Gouvernement a effectivement mis à la disposition de la Centrale électorale « 1 Iliouchine, 1 DC, 2 Antonov 26, 2 Antonov 72, 3 Boeing 727, 1 Boeing 737 cargo, 1 Boeing 737, 7 hélicoptères, 150 camions Kamaz, 135 camions sino truck, 171 pick up, 1500 motocycles ». 

(avec Didier KEBONGO)

A lire aussi

RDC : Le débat sur la machine à voter refait surface

Une vidéo circule, démontrant le risque de tricherie qui entoure la machine à voter. À …

Laisser un commentaire