dimanche , 18 août 2019
Accueil / Afrique / RDC : Les refoulés d’Angola passent la nuit à la belle étoile

RDC : Les refoulés d’Angola passent la nuit à la belle étoile

La province du Kasaï continue de recevoir la vague de Congolais expulsés d’Angola. Jusqu’à vendredi 12 octobre dernier. Ces compatriotes, refoulés essentiellement de la province angolaise de Lunda Norte sont sans abri et dans un état de dénuement total. Selon la même source, les Congolais sont éparpillés. Certains squattent les hangars, les églises ou se remettent carrément aux familles d’accueil. 

La province du Kasaï continue de recevoir la vague de Congolais expulsés d’Angola. Jusqu’à vendredi 12 octobre dernier, le gouverneur du Kasaï Jean-Marc Manyanga, cité par Times.cd, a dénombré 180.872 dont 97.000 à Kamako. La plupart de ces refoulés arrivent par ce poste frontalier. Deuxième ville de la province du Kasaï, Kamako est situé à plusieurs centaines de kilomètres du chef-lieu Tshikapa.

Ces compatriotes, refoulés essentiellement de la province angolaise de Lunda Norte sont sans abri et dans un état de dénuement total. Selon la même source, les Congolais sont éparpillés. Certains squattent les hangars, les églises ou se remettent carrément aux familles d’accueil. 

« Je déplore les conditions dans lesquelles nos frères et soeurs sont expulsés de l’Angola. J’ai mis en place deux commissions de pilotage qui doivent travailler en collaboration avec le gouvernement central en vue de venir en aide aux expulsés », a déclaré à ce propos le Gouverneur Marc Manyanga.

En attendant, rassure le président de la société civile, l’abbé curé Crispin Mfamba de la paroisse Saint Gabriel de Kamako relayé par Actualité.cd lors de son homélie de dimanche 14 octobre dernier, 28 sites ont été ouverts hier lundi 15 octobre 2018 dans la cité de Kamako pour accueillir les Congolais.

28 SITES D’ACCUEIL BIENTOT AMENAGES

« Nous allons installer 28 sites d’accueil de nos compatriotes refoulés d’Angola ce lundi. L’objectif est d’accueillir nos compatriotes, les identifier et les orienter pour rejoindre leurs lieux d’origine. Il est inhumain de voir comment nos compatriotes souffrent, les uns sous des arbres et les autres battent le pavé », s’est indigné le gouverneur du Kasaï. 

« Ce qui est grave, les plus jeunes ne dorment pas faute d’endroits. Ils se promènent toute la nuit et restent debout. C’est un drame que nous essayons de contenir. Au delà, nous voulons aussi faire libérer les salles des classes qui sont prises d’assaut par les refoulés et permettre aux élèves d’étudier ».

Par ailleurs, l’abbé curé de Saint Gabriel de Kamako dit craindre déjà sur le risque de certaines maladies au regard de la promiscuité des personnes et de la détérioration des conditions hygiéniques. « Je redoute pour bientôt des maladies des mains sales et d’origine hydrique. Voyez-vous la promiscuité dans laquelle vivent les refoulés ? », s’est-il interrogé.

LES BUREAUX DE L’ETAT TRANSFORMES EN SITE D’ACCUEIL

Interpellé, l’abbé Crispin Mfamba, trésorier du comité de crise mis en place par le gouverneur Marc Manyanga, lance un cri de détresse : « Lorsque le gouverneur est arrivé, nous lui avons communiqué le chiffre des refoulés, le jeudi 11 octobre 2018. Cinq gros camions sont venus de l’Angola et ont amené des milliers de personnes. Et depuis, la vague continue. Les services aux frontières sont débordés et n’enregistrent plus les refoulés,car leurs bureaux se sont transformés en sites d’accueil. Le chiffre doit être de loin supérieur à celui communiqué par le gouverneur ».

Pendant ce temps, l’Organisation mondiale de migration (OIM) procède à la distribution d’une nourriture froide aux enfants non accompagnés, aux veufs, aux veuves et aux femmes enceintes. « Nous remettons juste une nourriture à ces expulsés, faute de grands moyens », a expliqué Ruth Ntumba de l’OIM.

« Nous avons un projet multisectoriel que nous avons commencé depuis juin à Kamako. Cette situation nous a surpris. Voilà pourquoi nous remettons seulement ce repas. Mais, il faut que les organismes d’aide humanitaire interviennent vite pour sauver des vies », a-t-elle conclu. 

(avec Emma MUNTU)

A lire aussi

Gouvernement Fatshi : L’heure est à la délibération pour le choix de 65 personnalités en RDC

Dernière mise à jour, le 14 août 2019 à 08:21 La nomination du gouvernement se …

Laisser un commentaire