Accueil / Afrique / Élections : La fourberie « Kabila »

Élections : La fourberie « Kabila »

La machine à voter programmée pour produire 350 députés pour les Front Commun pour le Congo (FCC) et un président déjà vainqueur.

A deux mois des élections, l’opposition congolaise et des personnalités politiques des pays amis sont vent debout contre l’utilisation de la machine à voter qui ne représente aucune sécurité et fiabilité. Corneille Nangaa à l’instar de son mentor reste autiste et ressemble de plus en plus en un psychopathe enclin à l’arrogance et au cynisme. Si des pays comme l’Irlande a en 2009 abandonné le vote par machine à voter et les Pays-Bas l’année précédente la jugeant moins sécurisant par rapport au vote papier, mais pourquoi Nangaa comme un maboul campe sur ses deux jambes ? Il ne faut guère se faire d’illusions que comme disaient les romains  » alea jacta est « . 

La bataille n’est pas encore perdue pour les congolais qui tiennent à sortir de ce système funeste imposé par Kabila et sa famille politique des << Forces de la Chute du Congo >> autrement dit FCC. Nous devons mobiliser davantage les patriotes et dénoncer les grandes failles de sécurité  dans le système  de ces machines à voter et l’inconstitutionnalité contre ces machines.

Certes nous sommes trop loin des élections législatives et présidentielle transparentes contrôlées de manière indépendante. Une fraude de grande ampleur est bel et bien organisée pour produire 150 députés pour l’opposition et 350 députés pour les << Forces de la chute du Congo >>. Les  machines à voter ont un point commun: les votes des électeurs sans exception sont modifiés à plusieurs reprises. Des experts affirment d’ailleurs que ces systèmes de vote peuvent très bien transformer un vote pour un candidat en un vote pour un autre candidat sans que ces modifications puissent être vues. 

Les objets du vote étant dématérialisés perdent la propriété de continuité physique. On peut aussi relier la machine à voter au réseau internet grâce aux fils d’alimentation électrique. Ce virus peut facilement frauder au profit du pouvoir tout pourri de Kinshasa. Pour compléter ce registre de perfidie, une équipe d’investigation des Etats-Unis d’Amérique, Enough a révélé dans un rapport rendu public le 21 juin 2018 l’existence de failles de sécurité dans les machines électorales que la Rdc prévoit d’utiliser lors de l’élection présidentielle de décembre 2018. Un expert des technologies a démontré que la machine à voter pouvait être piratée.

Qu’en est-il de la requête en inconstitutionnalité contre la machine à voter introduite par notre compatriote Me Jean Marie Kabengele ? Judiciairement l’affaire n’a pas encore connu son épilogue. Les arguments de l’avocat congolais sont ad valorem: << aucun instrument juridique n’autorise la Commission électorale à recourir à la machine à voter >>.

Selon Me Kabengele, ce choix viole la loi électorale en son article 237 ter. Il ne peut faire l’ombre d’aucun doute que dans ce système de pathocratie, les personnes souffrant de psychopathie sont plus intéressées uniquement à leurs gains et ne développent aucune  capacité surhumaine pour réussir à expliquer ce qu’il faut éviter pour avoir des élections apaisées. Comme Kabila et ses hommes de paille ont déjà planifié la fraude à grande échelle et leur fourberie fonctionne plein pot, les résultats de votes ne seront qu’une forfaiture.

La suspicion qui pèse lourdement aujourd’hui sur la machine à voter permet de croire que la Rdc risque d’imploser et l’on peut craindre que dans  l’Est du pays la situation insécuritaire soit davantage incontrôlable. Nous demandons aux congolais de participer massivement à la mobilisation que les Forces vives de l’opposition organisent pour crier haro sur les  machines à voter. Il faut que Kabila boive le calice jusqu’à la lie pour qui’il annule l’usage de machines à voter.  Il est crucial que les résistances à l’arbitraire et la pugnacité demeurent le modus operandi

(Professeur Florent Kaniki)

A lire aussi

RDC : Hommage à l’artiste sculpteur Alfred LIYOLO LIMBE M’PUANGA

L’illustre artiste sculpteur, fils de M’PUANGA Albert et de BONKUMU Céline, est né le 30 …

Laisser un commentaire