mardi , 13 novembre 2018
Accueil / Afrique / Absence de la RDC au forum économique Turquie – Afrique

Absence de la RDC au forum économique Turquie – Afrique

Dernière mise à jour, le 6 novembre 2018 à 04:57

C’est peu de dire que la présence rd congolaise à la deuxième édition du Forum sur l’économie et les affaires Turquie-Afrique a été confidentielle. Tant au niveau officiel qu’à l’échelle des opérateurs économiques. Pas un seul membre du Gouvernement. Les représentants du cabinet du ministre du Commerce extérieur sont arrivés… le jour de la clôture du Forum. Quant à l’ambassadeur de la RDC à Ankara, toutes les sources le donnaient absent de Turquie. En tout cas, le jour de l’ouverture des travaux. Pour toute présence officielle, il n’y avait qu’un membre de la mission diplomatique rd congolaise. A l’inverse, nombre de pays africains ont été représentés au niveau ministériel. Qu’est-ce qui explique l’absence de la RDC a ce Forum ?

Absence de la RDC : Patrice Lumumba déshonoré 

La délégation éthiopienne a été même conduite par le Président de la République. Cette Ethiopie qui a l’intelligence stratégique de capter tous les flux d’investissements étrangers. Peu importe leur provenance. Pourvu qu’il y ait à la clé création des emplois. Un séjour au pays de la Reine de Sabbah suffit pour réaliser tout le gain qu’Addis-Abeba tire des investissements extérieurs. L’Ethiopie est devenue un vaste chantier. Pas seulement. Surtout une énorme usine de fabrication de quantité de produits manufacturés. Chinois, Turcs, Américains… s’y côtoient. A la tribune lors de la cérémonie inaugurale du Forum Turquie-Afrique, le Président éthiopien a plus parlé de son pays que de l’Afrique dont le siège est à Addis-Abeba. Qui le lui reprocherait ? On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Mutatis mutandis, le Rwanda qui assume la présidence en l’exercice de l’Union africaine a, certes, porté la voix du continent. Mais, le Premier ministre de Paul Kagame a décliné les atouts de son pays dont la lutte implacable contre la corruption. Décryptage : « industriels turcs, venez au Rwanda pour la sécurité de vos investissements ». Qui lui en voudrait ? La charité bien ordonnée commence par soi-même. De fait, comme l’Ethiopie, le Rwanda est en passe de devenir un réceptacle d’investissements étrangers. Comme le Sénégal dont la ministre des Mines a signé un contrat avec une entreprise turque en présence du Président Erdogan.

Face à l’offre turque, les hommes d’affaires congolais étaient à peine … cinq. Pour un pays-continent, aux potentialités himalayennes, c’est comme une goutte d’eau dans le Bosphore. Pays dont le paradoxe est chevillé au corps, la RDC, par son héros national Patrice Lumumba, a ouvert le bal de grandes figures d’Afrique dans la vidéo projetée dès le seuil de la cérémonie inaugurale du Forum. En somme, le Congo Kinshasa a été servi en guise d’entrée. Arrivé au moment du plat de résistance, pas de saveur rd congolaise. Dommage.

Trois hommes d’affaires RD-Congolais en quête d’investisseurs turcs

Pas beaucoup de présence congolaise dans les travées de l’immense Auditorium du Centre de congrès Lufti Kyrdar. Pas non plus beaucoup d’hommes d’affaires vénus de Kinshasa, dans le sous-sol de cette bâtisse où s’organisaient des rencontres B to B.

Célestin Bekabisya, opérateur agricole et Président du Conseil provincial de la FEC/Haut-Uélé et l’ingénieur Jean-Marie Mago, Directeur gérant du Domaine agropastoral des Uélé sont venus tout droit du Haut-Uélé. 

Ces deux hommes d’affaires affirment avoir pris des contacts prometteurs, en particulier dans leur domaine de prédilection, à savoir l’agriculture. Plongé dans le café depuis quatre décennies, Célestin Bekabisya a à cœur la transformation locale de ce produit qui, se rappelle-t-il, a fait le bonheur des paysans dans la décennie 70. Pour cela, il a besoin de torréfacteur, d’une mini décortiqueuse qui soient adaptés aux réalités du Haut-Uélé. Objectif : faire en sorte que le café redevienne l’or vert qu’il a été jadis.

A l’époque, se souvient-il, 14.000 paysans étaient mobilisés pour la culture du café. Et en une année, l’or vert générait jusqu’à 102 millions de dollars. Ce coin pouvait produire jusqu’à 56.000 tonnes de café. Aujourd’hui, constate-t-il amer, 80% des paysans sont dans la précarité. Même chose pour la transformation de la noix de palme en huile de palme pour laquelle ils ont besoin de concasseur. En somme, les deux compatriotes venus d’Isiro préconisent le retour au travail de la terre (café, cacao, huile de palme). Car, disent-ils, même s’il y a des routes, mais sans production, celles-ci ne serviraient pas à grand-chose.

Outre le café, les hommes d’affaires venus d’Isiro ont eu des contacts dans les domaines de la construction, de l’énergie… 

Absence de la RDC en Turquie alors que le pays a grandement besoin des créateurs d’emplois

Parlant de la faible présence congolaise à ce Forum, Célestin Bekabisya confie : « Le Forum des affaires économiques Afrique Turquie du 10 au 11/10/18 ici à Istanbul Turquie a ouvert les assises avec l’image de Lumumba. Curieusement les opérateurs congolais ne sont pas venus nombreux. Les officiels de nos voisins présents ont fait appel aux opérateurs Turcs de venir nombreux investir dans leurs pays. Aucun officiel Congolais ici, alors que notre pays a grandement besoin des créateurs d’emplois. Le Président de ce Pays a ouvert la conférence en invitant les africains à venir travailler avec son pays pour un véritable développement gagnant gagnant. Mais la Rd Congo et nous Congolais Opérateurs Économiques ne saisissons pas cette occasion « .

Il s’appelle Sabiti Jafari, il est à la tête d’une savonnerie dénommée Nassa, localisée dans la province du Maniema. Il était en quête des machines mécaniques et non électroniques, que l’on peut réparer facilement sur place au Maniema. Pour cet opérateur économique venu découvrir la Turquie, qui, constate-t-il, est très développée, l’appel du président Erdogan doit interpeller tous les Africains. Un discours qui réveille tout le monde.

Comme Congolais, Sabiti Jafari déplore ce qu’il considère comme la politique de la chaise vide pratiquée par les autorités de son pays. On ne peut parler de l’Afrique sans le Congo, dit-il. D’ailleurs, les turcs reconnaissent l’importance de notre pays. Ils en ont donné la preuve en commençant la projection de la vidéo sur les grands hommes du continent africain par Patrice-Emery Lumumba. Mais où est la RDC dans ce Forum ?, s’interroge-t-il. Quelle est la part de la RDC dans les 6,2 milliards de dollars d’investissement direct turc en Afrique ? Pensons à la population. Ce sont les PME qui développent un pays. S’il y a des investisseurs, le chômage va reculer.

(avec José NAWEJ, JN)

A lire aussi

RDC : Le débat sur la machine à voter refait surface

Une vidéo circule, démontrant le risque de tricherie qui entoure la machine à voter. À …

Laisser un commentaire