mardi , 13 novembre 2018
Accueil / Afrique / Turquie : Patrice LUMUMBA, un défenseur de l’Afrique libre

Turquie : Patrice LUMUMBA, un défenseur de l’Afrique libre

Immortel ? Patrice Emery Lumumba l’est vraiment. Mercredi à l’ouverture du Forum économique et d’affaires Turquie-Afrique, une vidéo sur les grandes figures africaines a commencé par…le tout premier Premier ministre du Congo indépendant. Patrice Lumumba, ce défenseur de l’Afrique libre, pouvait-on entendre dans le commentaire qui accompagnait les images. Bel hommage, hors Afrique, au héros national congolais. Une énième preuve que mort, Lumumba est paradoxalement plus vivant que jamais. Un énième pied de nez à ceux qui voulaient le supprimer au propre comme au figuré. Liquidé, dissout à une dent prés.

Apres Lumumba, ont aussi défilé à l’écran notamment Nelson Mandela et Habesi. Le premier pour son combat héroïque contre le racisme, érigé en mode de gouvernement. Le second pour avoir fait le premier appel à la prière. 

Bref, comme hors d’œuvre, la partie turque a montré à l’assistance une partie de l’histoire africaine faite de gloire. On est là à mille lieues des clichés -les mêmes- sur un continent sans panache que sous d’autres cieux, les professionnels de l’Afrique bashing servent invariablement aux opinions publiques.

En prélude à un forum qui célèbre la coopération turco-africaine, cette vidéo sur des symboles de la dignité de l’homme noir tombait vraiment à pic. Elle cadre avec la vision africaine de la Turquie sous l’impulsion du Président Erdogan.

« Tenons-nous la main dans la main et avançons »

Mercredi à Istanbul, le Président turc n’a pas que donné le coup d’envoi du Forum économique et d’affaires Turquie-Afrique. Recep Tayyip Erdogan a surtout présenté, par le menu, le tableau de la coopération entre son pays et le Continent africain, non sans en avoir dégagé les perspectives. Temps forts d’une cérémonie inaugurale, marquée par le grand oral du Rais turc.

« Tenons-nous la main dans la main et avançons ». Articulée par Recep Tayyip Erdogan, cette formule résume à elle seule sa vision -devenant réalité chaque jour -de la coopération entre la Turquie et l’Afrique. Une coopération plutôt réelle qu’incantatoire. Parce que chiffres à l’appui, le Président turc a noté qu’entre 2003 et 2017, le volume des échanges entre les deux parties est passé de 3,7 à 20,6 milliards de dollars américains. S’agissant plus particulièrement de l’Afrique subsaharienne, ce flux a atteint 7,1 milliards, alors qu’il était de 1,17 milliard en 2003.

Ce bond signifie qu’entre la Turquie et l’Afrique les choses avancent. « Nous commençons déjà à récolter les résultats », se réjouit le Rais. Pour preuve, les investissements directs ont atteint 6, 2 milliards US. Plus de 1000 projets sont en exécution à travers le continent. 5000 étudiants africains sont dans les universités turques. « Nous construisons des infrastructures. Nous créons de l’emploi », souligne le Président.

Mais,martèle-t-il, avant d’être une affaire de chiffres. Les relations entre les deux parties sont d’abord des liens qui reposent sur le respect mutuel, l’Egalité et le principe du gagnant-gagnant. « Produisons ensemble et partageons », a insisté le numéro 1 turc.

Comme pour montrer à l’assistance l’étendue du chemin parcouru, le Président turc a remonté le temps jusqu’en 2005, la genèse de sa politique d’ouverture sans restriction vers l’Afrique. Depuis, la Turquie a vu le nombre de ses ambassades sur le continent passer de 12 à 41.Et ce nombre ira crescendo, rassure Erdogan. Ankara compte des conseillers économiques dans 43 pays africains.

Accord de protection des investissements

Et Recep Tayyip Erdogan d’égrener les accords signés avec des pays africains. Avec 46 Etats, Ankara a passé un deal commercial. 28 pays sont liés à la Turquie par un accord de protection des investissements. Le compromis sur la non double imposition concerne 12 pays. Enfin, la Turquie a signé un accord de libre commerce avec 5 Etats du continent.

Ce n’est pas tout. Depuis qu’il a été porte à la présidence de la République, le Rais turc annonce avoir visité 21 pays africains.Durant la même période, 16 chefs d’Etat et de gouvernement africains ont foule le sol turc.

Auparavant, plusieurs orateurs s’étaient relayés à la tribune. Côté turc, le Président du Conseil turc des relations économiques extérieures (DEIK), Nail Opak, en appelle à plus de solidarité entre la Turquie et l’Afrique. Ce, au moment où des velléités protectionnistes se font jour. La ministre turque du commerce Mme Ruhsar Pekcan, ne dit pas autre chose lorsqu’elle martèle : »notre objectif est d’aller à l’encontre du protectionnisme ».

Côté africain, le Président éthiopien, le Premier ministre rwandais, le représentant du Président de la Commission africaine ont tous reconnu les avancées dans la coopération entre la Turquie et l’Afrique. Mais, ils ont émis le vœu de voir des domaines comme les infrastructures, l’énergie, le tourisme faire l’objet de davantage d’investissements. En particulier au travers du partenariat public-privé. Demande qui résonne en écho dans l’imposant auditorium du centre de congrès Lufti Kyrdar d’Istanbul ou sur plus de 3000 personnes présentes dans les travées, l’écrasante majorité est constituée d’investisseurs et autres hommes d’affaires de plusieurs acabits. Le Forum qui s’est ouvert hier porte bien son nom.

(José NAWEJ/Istanbul/Turquie)

A lire aussi

RDC : Le débat sur la machine à voter refait surface

Une vidéo circule, démontrant le risque de tricherie qui entoure la machine à voter. À …

Laisser un commentaire