vendredi , 19 octobre 2018
Dernières nouvelles
Accueil / Afrique / Processus électoral vicié : Le temps donne raison au CNSA

Processus électoral vicié : Le temps donne raison au CNSA

Dernière mise à jour, le 14 octobre 2018 à 01:04

En son temps, le Conseil national de suivi de l’Accord et du processus électoral (CNSA), avait demandé à évaluer le respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre. A la place, des bâtons lui avaient été mis dans les roues. Au point qu’à trois mois des élections, estiment des observateurs, les points qui devaient faire l’objet de cette évaluation constituent à ce jour l’essentiel des préalables de l’Opposition.

C’est le cas notamment de la machine à voter, du nettoyage du fichier électoral qui contiendrait selon les opposants « dix millions de fictifs », l’application des mesures de décrispation conformément à l’Accord.

Or si le CNSA avait été écouté, à l’instar d’autres institutions du pays, on aurait évité la menace qui pèse sur à ce jour sur le processus électoral. 

Il y a trois mois, le président du CNSA attirait l’attention de toutes les parties au processus sur la nécessité d’un compromis politique sur la machine à voter. Une technologie qui divise les acteurs politiques. Joseph Olenghankoy plaidait pour la décrispation du climat politique, car en bon animal politique, il flairait le risque de dérapage du processus électoral dû à l’absence du compromis politique autour de la machine à voter, l’existence des 16% d’enrôlés sans empreinte digitale, la non libération de certains prisonniers d’opinion. 

L’appel d’Olenghankoy ne parait pas avoir été entendu. Or le bus de la manœuvre, explique-t-on, est justement de vérifier le respect de l’Accord de la Saint sylvestre pour la bonne tenue d’élections crédibles, démocratiques et inclusives. Si la voix du CNSA avait été entendue, ce serait l’ensemble du processus qui allait être recadré.

Résultat, sur terrain, certains seraient objet d’injustice notamment sur les listes définitives des législatives nationales. Selon des sources, à Lodja et à Goma, les candidats à la députation nationale pour le compte du Rassemblement/Kasa-Vubu, auraient été écartés de la course… 

(Didier KEBONGO)

A lire aussi

RDC : Les islamistes ougandais frappent encore au Nord-Kivu

Ils ne laissent aucun répit aux populations meurtries de la région de Beni, les islamistes …

Laisser un commentaire