mercredi , 17 octobre 2018
Accueil / Afrique / RDC : Satisfecit à Nikki HALEY
Nikki HALEY, entrain de regarder Donald TRUMP, après avoir annoncé sa démission.
Nikki HALEY, entrain de regarder Donald TRUMP, après avoir annoncé sa démission.

RDC : Satisfecit à Nikki HALEY

Dernière mise à jour, le 14 octobre 2018 à 01:05

La démission surprise de la femme la plus en vue de l’administration américaine, Nikki Haley demeure un vide immense.Ce départ avancé et annoncé le mardi 9 octobre 2018 laisse un sentiment de stupéfaction chez beaucoup d’observateurs pour cette femme qui est devenue une figure phare du monde politique américain, de l’administration des Nations unies, une femme d’action dont les congolais ne pourront que trop admirer l’excellence de ses interventions dans la crise politique en Rdc et le processus électoral. Que retiendrons nous du bilan de Nikki Haley dont nous saluons sa grande portée nationale et internationale? La lecture des actes forts posés va nous permettre de le prouver.

L’ex-gouverneure de Caroline du Sud a maintes fois rappelé au respect de la constitution de la Rdc et de l’application intégrale de l’accord de Saint Sylvestre. Suite à une valse-hésitation sur la date des élections que Corneille Nanga avançait au mois d’Avril 2019, la visite de Nikki Haley à Kinshsa en octobre 2017 a influé davantage sur le changement des dates pour le 23 décembre 2018. Elle a même déclaré que << les élections doivent être organisées en 2018, sinon le Congo ne doit pas compter sur le soutien des Etats-Unis et de la communauté internationale >>. En tapant du poing sur la table lors de son passage au Congo, Nikki Haley a exigé que les élections soient organisées en 2018 et les USA ne soutiendront rien en 2019. Il n’y a pas de démocratie si la voix du peuple n’est pas entendue.

Grâce à l’Ambassadrice américaine aux Nations unies, la pression des Etats-Unis s’est davantage accentuée contrairement à l’absence de pugnacité de la diplomatie européenne. Elle a fasciné par son franc parler. Lors de la réunion du Conseil de sécurité du 12 février 2018, Nikki Haley a interpellé de manière sans précédent le gouvernement congolais sur la question de l’assassinat en mars 2017 des experts de l’ONU l’américain Michael Sharp et la suédoise Zaida Catalan au Congo. Elle a dénoncé l’inaction de Kabila en poussant jusqu’au dernier retranchement le ministre congolais des Affaires étrangères She Okitundu. Suite à l’intervention abracadabrant du chef de la diplomatie congolaise, l’Ambassadrice américaine a été conduite à dévoiler cette information restée jusque-là confidentielle : << En ce qui concerne le meurtre, demandez au président Kabila ce qu’il a fait de ma liste(remise en main propre et à sa demande). Je lui ai donné une liste et il n’a pris aucune mesure >>. Rien n’a été fait et ce qui rejoint la plupart de thèses qui stipulent que Kabila n’a jamais trouvé de solution durable.

Nikki Haley a été à la hauteur des enjeux politiques et des ambitions des Etats-Unis. Elle a consacré toute son énergie au service de l’avancement du processus électoral en Rdc et surtout au respect de la constitution y compris de l’accord de la Saint Sylvestre. Toujours dans la question des machines qui fait l’objet de polémique , l’ambassadrice américaine a marqué son opposition au vote électronique et craint que la machine à voter ne favorise une fraude à grande échelle. Dans l’administration américaine, elle est la seule aujourd’hui qui sort de manière forte et l’on peut affirmer qu’elle aura conçu sa propre marque.

(Professeur Florent Kaniki)

A lire aussi

Élections : CENI-RDC mit devant ses responsabilités

« La Céni doit veiller à ce que les électeurs aillent voter sans crainte et …

Laisser un commentaire