jeudi , 20 juin 2019
Accueil / Afrique / RDC : Les acteurs politiques sont prêts pour aller aux élections ?

RDC : Les acteurs politiques sont prêts pour aller aux élections ?

En dépit de ce parcours réussi, Corneille Nangaa se demande si les acteurs politiques sont prêts pour aller aux élections le 23 décembre. Car, a-t-il souligné, la controverse sur la machine à voter, ainsi que la problématique des électeurs sans empreintes continuent à diviser. Sur le plan sécuritaire, poursuit-il, « le Gouvernement doit jouer pleinement son rôle pour sécuriser le processus sur l’ensemble du pays, mais aussi mettre fin à la persistance de Ebola, à l’Est du pays ».

« Si les deux équipes se présentent le jour des scrutins, le match va se jouer, là nous aurons des élections. Si une équipe décide de ne pas se présenter, nous allons déclarer forfait. Si les deux équipes se mettent ensemble politiquement pour déclarer que nous ne sommes pas prêtes pour le 23 décembre, à elles de le dire. La Ceni est techniquement prête et j’espère que tout le monde va participer », a déclaré Corneille Nangaa aux animateurs des partis et regroupements politiques.

Il ne reste plus que 86 jours calendrier pour la tenue des élections combinées, présidentielle, législatives nationales et provinciales. Et la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) se dit techniquement prête pour organiser ces élections à la date du 23 décembre 2018. C’est l’essentiel de la Communication du président de la Centrale électorale aux partis et regroupements politiques hier mardi 25 septembre.

Cette rencontre intervient une semaine seulement après la publication des listes définitives des candidats à la présidentielle et à la députation nationale. L’occasion a été propice pour le numéro 1 de la Ceni de donner aux animateurs des partis et regroupements politiques, les assurances de son institution à réaliser techniquement les trois scrutins dans le temps. C’est-à-dire le 23 décembre 2018. Comme prévu par le calendrier, trois mois après, soit en mars 2019, c’est l’organisation des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces, ainsi que celles des sénateurs.

Il a également présenté un aperçu global de l’évolution du processus électoral, avant de dire un mot sur l’exécution sans faille du calendrier électoral. Ce, avant de parler des acquis du cadre légal, d’évoquer l’évolution des activités de sensibilisation sur le « comment voter » et l’éducation des électeurs ainsi que l’identification. Et aussi, le recrutement et la formation du personnel électoral, le partage des informations sur les préparatifs logistiques et le financement des élections.

En dépit de ce parcours réussi, Corneille Nangaa se demande si les acteurs politiques sont prêts pour aller aux élections le 23 décembre. Car, a-t-il souligné, la controverse sur la machine à voter, ainsi que la problématique des électeurs sans empreintes continuent à diviser. Sur le plan sécuritaire, poursuit-il, « le Gouvernement doit jouer pleinement son rôle pour sécuriser le processus sur l’ensemble du pays, mais aussi mettre fin à la persistance de Ebola, à l’Est du pays ».

« Si les deux équipes se présentent le jour des scrutins, le match va se jouer, là nous aurons des élections. Si une équipe décide de ne pas se présenter, nous allons déclarer forfait. Si les deux équipes se mettent ensemble politiquement pour déclarer que nous ne sommes pas prêtes pour le 23 décembre, à elles de le dire. La Ceni est techniquement prête et j’espère que tout le monde va participer », a déclaré Corneille Nangaa aux animateurs des partis et regroupements politiques.

C’est ainsi qu’il leur a « demandé de ne plus se distraire, car les jours vont vite et jusque-là toutes les étapes du calendrier sont respectées. Commencez à préparer vos témoins pour disposer d’assez d’éléments pour les contestations », a-t-il lâché. Surtout qu’au niveau de la formation, la Ceni « a renforcé les capacités des magistrats des cours et tribunaux pour la gestion du contentieux. Maintenant nous procédons au recrutement étant donné que nous aurons besoin de 21.689 présidents de centre, même chiffre pour le chef de centre, 431.679 membres de bureaux de vote, ainsi que 7.462 membres des centres locaux de compilation de résultat (CLCR) », fait-il savoir.

En ce qui concerne la logistique, la Ceni semble bien tenir le coup. A en croire son président, 109 containers de 40 pieds et 2 autres de 20 pieds en provenance de la Chine, contenant des isoloirs, des urnes et de l’encre indélébile sont déjà sur la mer. 5 containers ont été réceptionnés à Goma dans le Nord Kivu, 8 à Bunia dans la province de l’Ituri, 3 sont partis de Bunia pour Kisangani dans la province de la Tshopo, 8 réceptionnés à Kinshasa, 48 sont arrivés depuis vendredi dernier au port international de Matadi dans la province du Kongo Central et 31 autres sont en route pour d’autres hubs principaux.

36 containers se trouvent déjà au port de Matadi, dont 14 à Kinshasa. 36 autres containers sont réceptionnés au port de Mombassa et 13 au port de Dar-es-Salaam. Cependant, certains containers à destination de Beni tardent à arriver pour des raisons sécuritaires et de la fièvre hémorragique de Ebola.

Les machines à voter pour l’ensemble des élections arrivent aussi. 180 containers de la Corée du Sud sont en mer, dont 133 attendus au mois d’octobre prochain. Le premier lot de 24 containers arrive à Matadi le 5 octobre prochain et le 15 octobre suivant, 15 autres containers des panneaux solaires en province cette fois-ci de l’Inde seront déchargés toujours au port international de Matadi.

Quant au déploiement de ces matériels, la Ceni ne se fait pas trop de souci. Car, le gouvernement qui tient à aucune aide étrangère pour organiser les élections, a déjà mis à sa disposition 5 hélicoptères, ainsi que des gros porteurs au niveau de l’aéroport de N’djili, ainsi que des matériels roulants (camionnette, Jeep 4×4, moteurs hors-bord, moto, vélo, etc.). Qu’à cela ne tienne, la Ceni convie le gouvernement au respect du plan de décaissement. 

Pour le moment, la Ceni s’attèle à l’identification et à l’enregistrement gratuit des candidats qui vont prester dans des centres et bureaux de vote, avant de procéder à l’accréditation et à la formation des observateurs internationaux, nationaux, journalistes et témoins. 

La réunion de haut niveau du Comité de liaison est un cadre de concertation par excellence qui réunit la Ceni et les mandataires régulièrement accrédités des Partis et Regroupements politiques légalement reconnus en RDC. La réunion a connu un grand succès car toutes les tendances y étaient représentées : Opposition politique et Majorité présidentielle, toutes tendances et tous regroupements politiques, ainsi que toutes les plates-formes électorales. Plusieurs candidats y ont également pris part.

A la fin de la cérémonie, la Ceni a installé au Palais du Peuple un dispositif de bureau de vote pour permettre aux candidats et aux mandataires des candidats ainsi qu’à ceux des Partis et Regroupements politiques d’expérimenter la machine à voter.

(avec Molina)

A lire aussi

Attaques de pétroliers : Iran mis en cause

Donald Trump a rejeté vendredi les dénégations de Téhéran sur sa responsabilité dans l’attaque de …

Laisser un commentaire