jeudi , 18 octobre 2018
Accueil / Afrique / RDC : NON au contrôle des médias en ligne
Carine MOKONZI, chroniqueuse de médias en ligne, en Angola, le 03 avril 2018.
Carine MOKONZI, chroniqueuse de médias en ligne, en Angola, le 03 avril 2018.

RDC : NON au contrôle des médias en ligne

Dernière mise à jour, le 27 septembre 2018 à 08:32

La problématique de la régulation des médias numériques en RDC a été au centre d’un atelier de renforcement des capacités des journalistes en ligne. Organisé le mardi 18 septembre, à Kinshasa, par la structure MilRDC. Dans son intervention, le vice-président du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), Alain Nkoy, a suggéré la création d’une structure de promotion et de contrôle la production des médias en ligne en RDC. Selon les observateurs, de tels mesures seront contre-productive.

 » Les médias en ligne sont une chance. Ils offrent une grande opportunité aux journalistes en RDC comme ailleurs. Dans notre travail de régulateur, nous n’avons pas encore enregistré des dérapages majeurs dans le chef des acteurs ou pratiquants de ces nouveaux médias. C’est la preuve qu’ils font bien leur travail « , se félicite Alain Nkoy.

Les participants ont, lors des échanges, démontré que la régulation dont il est question doit passer par le recensement de tous les médias numériques en RDC. Un point de vue qui a été largement soutenu par Israel Mutala, patron du site d’informations www.7sur7.cd et président de MilRDC (Médias d’Information en ligne), une structure fédérant les managers des médias en ligne congolais.

L’EMERGENCE DES MEDIAS EN LIGNE

Il a, cependant, énuméré un certain nombre de critères à remplir par quiconque voudrait intégrer la plateforme MilRDC. Il s’agit, explique-t-il d’avoir une existence juridique, être connu comme tel au niveau du CSAC et avoir été enregistré au Guichet unique réellement comme une entreprise qui dispose de locaux, des ressources tant matérielles qu’humaines.

Mettant fin au clivage artificiel journalistes traditionnels-journalistes en ligne, Kasonga Tshilunde, président de l’UNPC, a précisé que les deux sont avant tout qualifiés des professionnels de l’information, issus des écoles de journalisme. « Les journalistes qui travaillent dans ces nouveaux médias sont des pratiquants du métier, au même titre que leurs confrères de la presse traditionnelle. A ce titre, ils sont appelés à la même rigueur professionnelle », a-t-il souligné.

Plusieurs autres interventions ont ponctué cet atelier d’un jour. Serge Mumbu de l’institut de sondage Target a présenté les résultats d’une étude sur les médias en ligne en RDC. Cette enquête a montré le rôle important que jouent ces médias dans la diffusion des informations en temps réel en RDC.

L’intervention du numéro 1 de Target a été précédée par celle de l’Abbé Jean-Marie Bomengola, directeur de la Communication sociale à la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). L’exposé a porté sur la responsabilité éthique et le respect de la dimension genre dans les médias d’information en ligne. Professeur de Communications à l’Unikin, Gilbert Mubangi a, pour sa part, planché sur la vérité et l’image en ligne.

TENIR LE CAP A L’ERE DU NUMERIQUE

Désiré Molekela, directeur de sensibilisation éducation civique au sein de la CENI s’est appesanti sur le respect des droits de l’homme et de la gestion de l’information en période électorale. Il a été suivi de Patient Ligodi qui a exposé sur des techniques de collecte, de traitement et de diffusion des informations en ligne.

L’un de rares chercheurs africains spécialistes de Droit du cyberespace, le Prof Kodjo Ndukuma a axé son intervention sur le modèle économique des médias en ligne.  » Pour contourner les schémas économiques imposés par les géants du net, nous avons proposé la mise en place d’un data center congolais qui aura pour tâche de veiller sur le patrimoine informationnel produit localement. Une autre proposition est de faire en sorte que la corporation des médias en ligne puisse s’organiser de sorte à pouvoir négocier avec les géants de l’internet « , a-t-il recommandé.

« La presse numérique en RDC : défis, rôle et perspectives « , tel a été le thème retenu pour cet atelier organisé par MILRDC, en partenariat avec la MONUSCO, l’UNESCO, l’UNPC et le CSAC. « Il visait principalement le renforcement des capacités des médias en ligne en RDC, en termes d’éthique, du contenu informationnel et de leur viabilité économique. Nous pensons que les médias en ligne ont un grand rôle à jouer durant cette période électorale », a indiqué Israël Mutala.

Tout bien considéré, cet atelier de renforcement des capacités a été une réussite. Ce, tant au regard du nombre de participants que par la qualité des intervenants et des thématiques développées. Des journalistes interrogés au sortir de cette rencontre d’échanges ont affirmé avoir considérablement été outillés sur les opportunités qu’apporte l’Internet et ses applications dans l’exercice de leur métier.

(avec Orly-Darel NGIAMBUKULU)

A lire aussi

CENI-RDC – Candidats : La rupture est consommée

Entre la Céni et les candidats présidents de la République en République Démocratie du Congo …

Laisser un commentaire