jeudi , 18 octobre 2018
Accueil / Afrique / Ebola au Nord-Kivu : Plus de 6.000 personnes vaccinées

Ebola au Nord-Kivu : Plus de 6.000 personnes vaccinées

Le ministre de la Santé publique, le Docteur Oly Ilunga a fixé l’opinion sur la situation de riposte contre la maladie à Virus Ebola qui sévit pour la 10ème fois en RDC et pour la 1ère fois à l’Est du pays. Il a insisté à ce propos sur l’apport de toute la communauté. C’était lors d’une conférence de presse animée le week-end dernier . Directeur national de l’Institut national de Recherche biomédical (Inrb), le professeur Muyembe s’est exprimé devant l’assistance, au Salon bleu de l’Hôtel du Gouvernement, dans la commune de la Gombe.

Dans son intervention, le ministre de tutelle, a éclairé la lanterne en signifiant que cette 10ème épidémie d’Ebola qui sévit au Nord-Kivu, n’a pas de lien avec la 9ème qui avait touché la province de l’Équateur notamment le territoire de Bikoro,il y a quelques mois. » 

Il a également évoqué la vaccination, qui se veut une mesure fondamentale pour briser cette chaîne de transmission du virus. 

La stratégie d’Ebola, elle, est basée sur le principe de quarantaine. 

« Ce n’est pas question de la quarantaine physique, mais d’encercler le cas confirmé, le contact et le contact de ses contacts avec pour objectif de casser la transmission », a-t-il affirmé.

A ce jour, 6.820 personnes ont déjà été vaccinées par les équipes qui se mettent à l’œuvre dès qu’un cas se signale. Par contre, ceux qui ont été vaccinés à Kinshasa sont les personnels de santé, des journalistes et autres personnes voulant descendre sur terrain.

Mais pour le Nord-Kivu, l’aspect sécuritaire vaut son pesant d’or, car la partie orientale du pays, est en proie à de divers mouvements de rébellion.

LES DEFIS DE LA COMMUNAUTE

Plusieurs challenges sont à relever tels que la résistance communautaire. Sur ce, le ministre de la Santé publique, a indiqué qu’une pléthore de cas restent encore à éradiquer au quartier Ndindi. 

Ce dernier est le principal foyer de la deuxième vague, qui est à l’origine des derniers cas confirmés. Avec 71% des cas soit 17 sur les 24 confirmés. 

D’où, l’implication des Chefs de rue, d’ avenues, de quartiers, des autorités coutumières et administratives ainsi que les jeunes pour une recherche commune des solutions.

Selon Oly Ilunga, c’est la peur morbide de la population qui fait en sorte que la rentrée scolaire ne soit pas effective dans ce coin, quand bien même que les écoles ne sont pas fermées. 

La protection des professionnels de santé est un casse-tête, lance le ministre. Avant de s’apesantir sur le respect des mesures préventives et de contrôle d’infection ainsi que sur les mesures d’hygiène.

Actuellement, la RDC dispose de 3 centres de traitement d’Ebola opérationnels notamment à Beni, Mangina et Goma.

LA THERAPIE A L’ AIDE DES MOLECULES

Le Directeur de l’INRB, le professeur Muyembe, signale qu’au cours de cette épidémie, c’est la première fois d’utiliser des molécules non encore homologuées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), mais autorisées pour les appliquer à titre conventionnel.

« Trois de ces cinq molécules sont utilisées dans le but de faciliter l’administration. Pour le moment, 26 malades ont été traités et 15 en sont guéris, six sont décédés et cinq se trouvent encore sous traitement ».

« Pour nous, c’est encourageant », s’est-il félicité. 

Depuis l’annonce officielle de la 10ème épidémie de la maladie à virus Ebola, le 1er août, on compte 129 cas enregistrés, dont 98 confirmés, 89 décès (58 parmi les cas confirmés) et 33 guérisons. 

(Gloire BATOMENE)

A lire aussi

CENI-RDC – Candidats : La rupture est consommée

Entre la Céni et les candidats présidents de la République en République Démocratie du Congo …

Laisser un commentaire