lundi , 24 septembre 2018
Accueil / Afrique / Coup pour coup : Numbi répond Bemba

Coup pour coup : Numbi répond Bemba

Dernière mise à jour, le 14 septembre 2018 à 02:09

Au lendemain de son exclusion définitive de la course à la présidentielle par la Cour constitutionnelle, le leader du MLC a pris à parti, sur RFI, le pouvoir l’accusant de vouloir imposer non seulement « un Etat de non droit en RDC », mais aussi « d’avoir inféodé à sa solde les institutions du pays ». Réplique de Félix Kabange Numbi : « Nous ne sommes pas une République bananière où, pour des raisons d’inclusivité, les personnes qui ne remplissent pas les conditions d’éligibilité soient tout simplement validées parce qu’il faut être inclusif. Ce n’est pas seulement qu’il faut être obligatoirement, impérativement candidat à l’élection présidentielle. Si ce n’est pas possible, pour des raisons de droit, il faut être sportif et accepter », a-t-il déclaré sur RFI.

Le ministre de l’Aménagement du territoire et Rénovation de la ville, Félix Kabange Numbi, rend coup pour coup. Le porte-parole ad intérim du Gouvernement a répondu hier jeudi 6 septembre à Jean-Pierre Bemba. Au lendemain de son exclusion définitive de la course à la présidentielle par la Cour constitutionnelle, le leader du MLC a pris à parti, sur RFI, le pouvoir l’accusant de vouloir imposer non seulement « un Etat de non droit en RDC », mais aussi « d’avoir inféodé à sa solde les institutions du pays ». 

Réplique de Félix Kabange Numbi : « Nous ne sommes pas une République bananière où, pour des raisons d’inclusivité, les personnes qui ne remplissent pas les conditions d’éligibilité soient tout simplement validées parce qu’il faut être inclusif. Ce n’est pas seulement qu’il faut être obligatoirement, impérativement candidat à l’élection présidentielle. Si ce n’est pas possible, pour des raisons de droit, il faut être sportif et accepter », a-t-il déclaré sur RFI. 

Pour Félix Kabange Numbi, le président de la République, Joseph Kabila, a donné un exemple en respectant la Constitution. Il est demandé à tous les acteurs politiques de faire de même. 

Il demande également à l’ancien Vice-président de la RDC de « se rappeler qu’il y a aussi une vie en dehors de la présidence », avant de l’inviter à faire la part des choses entre l’inclusivité et le respect de la Constitution et des lois de la République. « J’ai l’impression que lorsque les décisions d’une certaine juridiction, les décisions de la Céni, sont en faveur d’une personne, à ce moment-là nous sommes dans un Etat de droit. Lorsque ce n’est pas en faveur de quelqu’un, nous sommes dans un Etat de non-droit… », déplore le porte-parole par intérim du Gouvernement. 

Contre une éventualité de boycott des élections par les candidats disqualifiés, Félix Kabange Numbi souhaite voir l’opposition participer au processus électoral mais prévient que le train ne va pas s’arrêter si cette opposition se retire d’elle-même. 

On rappelle que vingt quatre heures après l’invalidation de l’ancien Vice-président de la République, le Mouvement de Libération du Congo (MLC) a tenu une réunion dite de « crise » au cours de laquelle le parti cher à Jean-Pierre Bemba et ses alliés se sont engagés à « évaluer, dans un bref délai, l’ensemble du processus électoral en vue de communiquer la décision de leur participation ou non au processus en cours ». En des termes voilés, le MLC est tenté par l’option du boycott. 

Kabange Numbi rappelle, « en 2006, l’UDPS n’a pas participé au processus mais cela n’a pas empêché les élections d’avoir lieu ». 

(avec Didier KEBONGO)

A lire aussi

La RDC et ses martyrs 19 septembre

De nombreux Congolais et Congolaises étaient tombés, le 19 septembre 2016, à Kinshasa comme dans …

Laisser un commentaire