dimanche , 25 août 2019
Accueil / International / Amérique / USA : 17e anniversaire de l’attentat du 11 Septembre

USA : 17e anniversaire de l’attentat du 11 Septembre

Dernière mise à jour, le 29 septembre 2018 à 12:59

Les New-Yorkais ont rendu hommage mardi aux près de 3.000 personnes mortes dans les attentats du 11 septembre 2001, lors d’une cérémonie en forme de rituel sur le site des tours jumelles, devenu mémorial.

Sous une pluie fine et dans le brouillard, une foule de proches des victimes, de policiers, pompiers et responsables s’est retrouvée pour marquer le 17e anniversaire de l’attentat le plus meurtrier jamais perpétré, qui devait ébranler le monde entier.

La foule était réunie sur l’esplanade devant le musée dédié aux attentats à la pointe de Manhattan, marquant une minute de silence aux heures exactes –08h46 et 09h03– où les avions détournés sont venus successivement frapper les tours jumelles, vite transformées en brasier.

Au premier rang des responsables figuraient le gouverneur de New York Andrew Cuomo, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU Nikki Haley, le maire actuel de la capitale financière américaine et ses prédécesseurs: le démocrate Bill de Blasio; Rudy Giuliani, maire au moment des attentats, ce qui lui valut un temps le surnom de « maire de l’Amérique » et aujourd’hui avocat de Donald Trump; et Michael Bloomberg, maire à compter de janvier 2003 et qui présida aux travaux de reconstruction de ce quartier de Manhattan.

Aucun discours politique n’était prévu.

« Ce n’est pas une journée pour parler politique, c’est une question de coeur: nous avons besoin d’être unis, c’est la seule façon de gérer la douleur », a déclaré Alice Greenwald, présidente du mémorial, à la télévision locale New York 1.

Comme chaque année, des proches des victimes devaient égrener les noms des victimes, et dire quelques mots en leur honneur, une cérémonie longue de plus de trois heures.

Dans le reste de la métropole, la plupart des gens travaillaient pour l’essentiel comme d’habitude, avec des moments de silence observés en mémoire des victimes.

La Bourse de New York a marqué une minute de silence à 09h20. Et dans les casernes de pompiers new-yorkais, qui ont payé un tribut particulièrement lourd avec 343 morts, beaucoup avaient invité des familles des pompiers décédés dans le brasier ou des suites de l’attentat.

Outre les personnes décédées ou blessées ce jour-là, des milliers de secouristes, policiers, employés de construction ou résidents du bas de Manhattan ont depuis développé des maladies parfois mortelles, en raison des fumées toxiques qui se sont dégagées du site, des mois durant.

DONALD TRUMP LOUE LES « HÉROS » DU VOL 93

Dix-sept ans après les attentats du 11-Septembre, Donald Trump a rendu hommage mardi à Shanksville aux « héros » du vol 93, qui ont « changé le cours de l’histoire ».

Sous un ciel gris, le président américain a loué le courage de « ces hommes et ces femmes de tous horizons », à l’issue d’une cérémonie où les noms des 40 passagers et membres d’équipage ont été lus, un à un, dont certains par des proches – un père, un mari, une soeur, un cousin – la voix brisée.

C’est au milieu de ces collines de Pennsylvanie, à quelque 200 km au nord-ouest de Washington, que l’un des quatre avions détournés par des membres d’Al-Qaïda s’est écrasé le 11 septembre 2001, à 10H03, provoquant un immense champignon de fumée.

Informés par téléphone des attaques contre les tours du World Trade Center, des passagers avaient tenté de reprendre le contrôle de l’appareil qui a fini sa course folle dans un champ, au lieu d’atteindre sa cible: la capitale fédérale américaine.

« Ce mémorial est un message au monde: l’Amérique ne cédera jamais à la tyrannie », a souligné M. Trump, martelant sa détermination « à faire tout ce qui est nécessaire pour garantir la sécurité de l’Amérique ».

« Aucun acte terroriste ne pourra jamais changer qui nous sommes », a de son côté souligné, dans un tweet, son prédécesseur démocrate Barack Obama.

M. Trump était accompagné de la Première dame Melania, pour ce moment d’unité nationale qui devrait lui offrir un répit temporaire au milieu d’une séquence particulièrement mouvementée.

Ce déplacement intervient le jour de la sortie du livre dévastateur du journaliste d’investigation Bob Woodward, qui dresse le portrait d’un homme incapable de saisir les enjeux de la présidence et que ses collaborateurs tentent en permanence de contourner.

« Tour des voix »

Une « Tour des voix » (Tower of Voices), monument de près de 30 mètres de hauteur érigé en l’honneur des victimes, vient d’être inaugurée au milieu de ces collines, parsemées au loin d’éoliennes.

Elle sera constituée, à terme, de quarante carillons dont le son changera en fonction de la force et de la direction du vent.

L’histoire du vol 93, qui devait effectuer la liaison Newark-San Francisco, a donné lieu à plusieurs films, dont « Vol 93 » de Paul Greengrass.

Les derniers instants du vol et les dialogues entre passagers, membres d’équipage et pirates de l’air en train de lutter dans le cockpit, avaient été diffusés en 2006 dans une salle de tribunal américain à l’occasion du procès du Français Zacharias Moussaoui.

Les cris entendus dans la cabine de pilotage avaient alors glacé les jurés et l’audience qui assistaient au procès du seul inculpé pour ces attentats, condamné par la suite à la prison à vie.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont fait près de 3.000 morts aux Etats-Unis, dont une immense majorité à New York.

Sous une pluie fine, une foule s’est retrouvée sur l’esplanade devant le musée dédié aux attentats à la pointe de Manhattan.

Une minute de silence a été marquée aux heures exactes –08h46 et 09h03– où les avions détournés sont venus successivement frapper les tours jumelles.

« Ce n’est pas une journée pour parler politique, c’est une question de coeur: nous avons besoin d’être unis, c’est la seule façon de gérer la douleur », a déclaré Alice Greenwald, présidente du mémorial, à la télévision locale New York 1.

Dans les casernes de pompiers new-yorkais, qui ont payé un tribut particulièrement lourd avec 343 morts, beaucoup avaient invité les familles de leurs camarades décédés dans le brasier.Symbole fort qui rappelle combien cette ville a été meurtrie: une station de métro qui avait été détruite et enfouie sous les débris, a rouvert ses portes ce week-end, 17 ans après le drame.

(avec Afp)

A lire aussi

Joaquin GUZMAN : Le narcotrafiquant le plus puissant au monde

Le narcotrafiquant mexicain Joaquin Guzman, alias « El Chapo », a été condamné mercredi par un juge …

Laisser un commentaire