mercredi , 14 novembre 2018
Accueil / International / Amérique / Funérailles d’Aretha FRANKLIN : Un pasteur caresse les seins d’Ariana GRANDE !
Évêque Charles ELLIS entrain de caresser les seins d’Ariana GRANDE pendant la cérémonie des funérailles d’Aretha FRANKLIN.
Évêque Charles ELLIS entrain de caresser les seins d’Ariana GRANDE pendant la cérémonie des funérailles d’Aretha FRANKLIN.

Funérailles d’Aretha FRANKLIN : Un pasteur caresse les seins d’Ariana GRANDE !

Dernière mise à jour, le 11 septembre 2018 à 02:03

Stars de la musique, fans et anciens présidents ont rendu vendredi un long et vibrant hommage à la légendaire chanteuse américaine Aretha Franklin, se joignant à sa famille pour des funérailles majestueuses dans sa ville bien aimée de Detroit. La cérémonie a duré près de huit heures au Greater Grace Temple. L’occasion de célébrer, souvent en musique, la vie et l’héritage de la « Reine de la Soul », qui est décédée à 76 ans le 16 août, des suites d’un cancer du pancréas. L’évêque Charles Ellis, a présenté ses excuses à Ariana Grande après avoir « dépassé les bornes » en touchant de manière inadaptée la star de la pop pendant la cérémonie.

L’ancien président Bill Clinton a prononcé un éloge funèbre, faisant les louanges de l’immense artiste, de sa vie, de ses talents et se permettant même un élégant trait d’humour.

« J’espère que Dieu me pardonnera, mais j’étais très heureux lorsque je suis arrivé ici, et j’espère que vous me pardonnerez, parce que j’ai dit que je me demandais ce que mon amie portait aujourd’hui quand le cercueil était encore ouvert », a-t-il lancé, suscitant des sourires.

Aretha Franklin était habillée avec des tenues différentes pendant les trois jours où ses fans sont venus se recueillir devant sa dépouille. Pour ses funérailles, l’artiste était vêtue d’une robe dorée scintillante.

« Vous devriez vous souvenir maintenant de cette femme somptueuse », a aussi estimé l’ancien président, âgé de 72 ans. « Elle s’est démenée pour en arriver là. Elle a saisi le don reçu par Dieu et elle n’a cessé de s’agrandir chaque jour », a-t-il relaté, en jouant un extrait du morceau d’Aretha Franklin « Think », sur son téléphone portable.

« Que Dieu te bénisse Aretha, nous t’aimons ».

Au cours de l’office, des lettres de ses successeurs, George W. Bush et Barack Obama, ont également été lues, les deux présidents saluant la contribution d’Aretha Franklin à son pays.

« Rendre à l’amour sa grandeur »

Le cercueil doré d’Aretha Franklin, sur lequel était posé un simple bouquet de roses, a quitté l’église à 18H45 (22H45 GMT), après près de huit heures d’une cérémonie religieuse marathon ayant débuté à 11 heures du matin.

Peu avant la fin de l’office, Stevie Wonder a joué un solo d’harmonica et interprété son tube « As ».

« Ce qui doit arriver aujourd’hui, pas seulement dans cette nation mais à travers le monde, c’est que nous devons rendre à l’amour sa grandeur », a lancé le chanteur dans l’une des quelques piques envoyées au président Donald Trump. L’auteur-compositeur détournait le slogan de campagne de M. Trump « Rendre à l’Amérique sa grandeur » (Make America great again).

Autres hommages musicaux à la diva de la Soul: la jeune Ariana Grande a interprété le tube d’Aretha Franklin de 1968 « Natural Woman », tandis que la chanteuse Jennifer Hudson a ému l’assemblée en chantant « Amazing Grace ».

Au cours de la cérémonie, le chanteur Smokey Robinson a parlé avec émotion de sa copine d’enfance. Il a offert quelques instants d’un chant a cappella, dans une église décorée d’imposants bouquets de lavande et de roses blanches et roses.

« Tu me manques ma pote, tu me manques mon amie, je sais que mon amour pour toi ne s’éteindra jamais », a-t-il entonné. « Je vais t’aimer pour toujours », a-t-il terminé, soufflant un baiser vers le cercueil doré.

Les petits-enfants d’Aretha Franklin ont également pris la parole. « Je suis tellement fier de toi, je sais que tu me regarderas depuis les fenêtres du paradis et je promets de porter l’héritage de notre famille avec fierté », a déclaré son petit-fils Jordan, en fondant en larmes. « Vive la Reine ».

Réservées initialement à la famille et aux proches, les funérailles ont, in fine, été ouvertes à un millier de fans, qui ont formé une longue file d’attente dès jeudi.

Un écran géant retransmettant la cérémonie a été installé dans une station-service proche.

Reine incontestée

« C’est mieux que le jour de l’investiture » de Barack Obama, s’exclame à l’extérieur Theresa Cranford, 62 ans. « Nous n’avons pas de reines et de rois en Amérique, donc elle est notre reine », confie-t-elle à l’AFP.

De nombreux fans s’étaient rassemblés vendredi sous un soleil de plomb, portant des t-shirts à l’effigie d’Aretha Franklin ou des tenues extravagantes et colorées.

De nombreuses Cadillac roses –clin d’oeil au tube d’Aretha Franklin « Freeway of Love »– étaient garées devant l’église et devaient suivre le corbillard jusqu’au cimetière où la diva sera enterrée auprès de son père et de ses frères et soeurs.

Plus de 40 artistes étaient montés jeudi soir sur scène à Detroit pour interpréter les plus grands morceaux de la légendaire chanteuse américaine.

The Four Tops, Dee Dee Bridgewater ou encore Angie Stone ont fait vibrer les fans aux sons de « Freeway of Love » et des incontournables « Say A Little Prayer » et « Respect », interprété en choeur par tous les artistes.

Une chorale de gospel, clin d’oeil aux débuts musicaux de la « Reine de la Soul » dans la paroisse de son père, ancien pasteur, a également célébré son immense carrière de six décennies, qui a fait d’elle l’une des artistes les plus respectées des Etats-Unis.

L’ÉVÊQUE DES FUNÉRAILLES D’ARETHA FRANKLIN S’EXCUSE AUPRÈS D’ARIANA GRANDE

L’évêque Charles Ellis, pasteur au Greater Grace Temple qui a accueilli les funérailles d’Aretha Franklin à Detroit vendredi, a présenté ses excuses à Ariana Grande après avoir « dépassé les bornes » en touchant de manière inadaptée la star de la pop pendant la cérémonie.

Ariana Grande, jeune star de 25 ans, a interprété le classique d’Aretha Franklin « (You Make Me Feel Like) A Natural Woman » lors de ce long et vibrant hommage rendu à la « Reine de la Soul », décédée à 76 ans le 16 août, des suites d’un cancer du pancréas.

Après sa prestation, elle a été félicitée sur scène par l’évêque Charles Ellis, qui lui a passé la main dans le dos et l’a serrée de près.

Les images montrent que la main du pasteur touchait la poitrine de la chanteuse.

« Je ne penserais jamais à toucher le sein de quiconque », a-t-il déclaré aux médias américains, des propos confirmés à l’AFP samedi par le Greater Grace Temple.

Le responsable religieux a également reconnu avoir peut-être « dépassé les bornes ».

Il s’est également excusé pour ses commentaires sur le nom de la pop star. »Quand j’ai vu Ariana Grande sur le programme, j’ai cru que c’était un nouveau choix sur le menu de Taco Bell », une chaine de fast-foods mexicains populaire aux Etats-Unis, avait-il déclaré.

(avec Afp)

A lire aussi

La paix en danger

Plus de 70 chefs d’État et de gouvernement, dont les présidents américain et russe, ont …

Laisser un commentaire