mercredi , 23 octobre 2019
Accueil / Afrique / Présidentielle : Léon KENGO, « un vrai Caméléon » !

Présidentielle : Léon KENGO, « un vrai Caméléon » !

La réception en l’honneur d’Emmanuel Ramazani Shadary [par les notables des provinces de la Tshuapa, Mongala, du Nord et Sud Ubangi et de l’Equateur à la présidentielle du 23 décembre] a été marquée par la présence de Léon Kengo Wa Dongo. Le Président du Sénat ne pouvait donc pas se tenir en marge de cette cérémonie, après son interview sur RFI, diversement commentée dans les rues et états-majors des partis politiques à Kinshasa. Rappelons que dans cette interview, Léon Kengo a déclaré qu’il n’était pas obligé de soutenir le candidat du FCC bien qu’il en soit signataire de la charte. Léon Kengo Wa Dondo avait dit à cette même occasion, attendre la liste définitive de la CENI avant de se prononcer sur « son candidat ». Sa présence, vendredi dernier au Fleuve Congo Hôtel vient, en quelque sorte, mettre fin à la polémique consécutive à sa sortie médiatique. « Un vraie caméléon », selon un observateur.

Les notables des provinces de la Tshuapa, Mongala, du Nord et Sud Ubangi et de l’Equateur promettent un soutien indéfectible au candidat du Front commun pour le Congo (FCC) à la prochaine présidentielle. Ils l’ont déclaré à haute et intelligible voix, au cours d’une réception vendredi dernier à Kinshasa, en l’honneur d’Emmanuel Ramazani Shadary. Occasion pour les deux parties de « signer » un deal en perspective des enjeux électoraux à venir.

Au nom du comité organisateur, Edouard Mokolo Wa Pombo promet de soutenir Emmanuel Shadary aux prochaines élections. « Et en retour, ce dernier aura le devoir de développer les provinces de l’espace Grand Equateur », affirme le vice-président du Sénat. Pour lui, « si Shadary passe, nous serons à côté de lui pour mettre en exécution le programme établi avec le FCC ». Edouard Mokolo estime que l’espace Grand Equateur « ne peut pas toujours demeurer un parent pauvre ». « Il faut que le futur Président de la République relève trois défis pour que le peuple « Ngala » se retrouve », fait-il savoir à l’assistance composée des ministres, sénateurs et députés nationaux, fils du bled.

DEFIS A RELEVER

Parmi les trois défis à relever dans l’espace Grand Equateur, Edouard Mokolo cite en premier lieu l’électricité. Ensuite l’exploitation pétrolière dans la cuvette centrale où 32 blocs pétroliers ont été identifiés par une société italienne. Il attend que le Chef de l’Etat signe une ordonnance pour l’exploitation des 26 autres blocs pour que les retombées profitent aux populations. Et en dernier lieu, les tourbières découvertes depuis 2007.

Edouard Mokolo reconnaît, certes, que le choix du Raïs sur Emmanuel Ramazani Shadary ne concerne pas tous les ressortissants de l’espace Grand Equateur. « Les Ngala sont un peuple fidèle, loyal. Que ceux qui ont d’autres candidats se sentent libres, mais qu’à la fin qu’on se retrouve pour développer nos quatre provinces », déclare-t-il reconnaissant avoir rencontré Shadary il y a 30 ans au Maniema lors des consultations nationales convoquées par le Maréchal Mobutu. Edouard Mokolo témoigne qu’à cette époque le jeune Emmanuel Ramazani Shadary avait été choisi pour lire le mémo de la société civile de sa province. Ce qui l’a poussé à dire que le candidat du FCC n’est pas né de la dernière pluie et qu’il a gravi tous les échelons en politique. 

A l’honneur, Emmanuel Ramazani Shadary s’est réjoui de l’honneur et du soutien politique d’une grande province comme l’espace Grand Equateur. « Je connais le Grand Equateur pour y avoir fait 34 jours pour des recherches lors de mon travail de 3ème cycle », fait savoir Shadary prenant à témoin José Makila. Fort de sa dernière tournée à la tête d’une délégation du PPRD dans cette partie du territoire national, Emmanuel Ramazani Shadary affirme connaître tous les problèmes du coin citant notamment les érosions de Lisala. Il reconnaît également qu’il doit sa vie politique à M. Kondo Marcel, ressortissant de l’Equateur qu’il a longtemps assisté pendant les tractations politiques à l’époque de feu le maréchal Mobutu. « Si les choses se passent bien, je n’oublierais pas l’Equateur que je connais dans toutes ses dimensions géographiques et politiques », promet Shadary se disant fier d’avoir le soutien de plus de 80% de l’Equateur politique.

KENGO, PRESENCE REMARQUEE

Outre José Makila, Willy Bakonga, Jean-Lucien Bussa, Omer Egwake, Bienvenu Liyota…, la réception en l’honneur d’Emmanuel Shadary a été marquée par la présence de Léon Kengo Wa Dongo. Le Président du Sénat ne pouvait donc pas se tenir en marge de cette cérémonie, après son interview sur RFI, diversement commentée dans les rues et états-majors des partis politiques à Kinshasa. Rappelons que dans cette interview, Léon Kengo a déclaré qu’il n’était pas obligé de soutenir le candidat du FCC bien qu’il en soit signataire de la charte. Léon Kengo Wa Dondo avait dit à cette même occasion, attendre la liste définitive de la CENI avant de se prononcer sur « son candidat ». Sa présence, vendredi dernier au Fleuve Congo Hôtel vient, en quelque sorte, mettre fin à la polémique consécutive à sa sortie médiatique.

Au nom de la communauté équatorienne, le vice-Premier ministre en charge des Transports et voies de communication a remis quelques présents à Ramazani Shadary. Entre autres une pirogue, une flèche, une tortue…. 

(avec Rachidi MABANDU)

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire