vendredi , 14 décembre 2018
Accueil / Afrique / Affaire Tshisekedi : ICC Bruxelles décerne de faux diplômes
Felix-Antoine TSHILOMBO TSHISEKEDI dit Fatshi, entoure des journalistes.
Felix-Antoine TSHILOMBO TSHISEKEDI dit Fatshi, entoure des journalistes.

Affaire Tshisekedi : ICC Bruxelles décerne de faux diplômes

Dernière mise à jour, le 18 novembre 2018 à 01:19

« Affaire Tshisekedi », c’est comme ça que la plus haute dans la hiérarchie de l’Institut des Carrières Commerciales de Bruxelles (ICC), qualifie le dossier de faux diplômes décernés par cette institution académique bruxelloise à Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO dit Fatshi ; candidat de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) à l’élection présidentielle 2018, et fils de l’opposant historique en République Démocratique du Congo (RDC), Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA, décédé le 01 février 2017 en Belgique. Qui plus est, plus de 80 établissements soupçonnés d’être de fausses universités et de décerner de faux diplômes font l’objet d’une enquête en Belgique. Curieusement, le nom de l’ICC Bruxelles a été aussi mentionné, a confirmé un journaliste belge.

L’affaire de faux diplômes introduit à la Centrale électorale par Fatshi pour sa candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain, décernés par l’ICC Bruxelles, fait couler beaucoup d’encre et salive en RDC. Depuis, ni le candidat, ni son parti politique, encore moins la Commission électorale nationale indépendante (CENI), n’ont réagi. Comment comprendre cette réaction de silence ? Doit-on conclure à l’adage : « qui ne dit mot consent ». Puisque le dossier est maintenant devant la Cour Constitutionnelle, va-t-elle emprunter ce même schéma de l’indifférence face à des actes aussi graves ?

Contacter par KongoTimes, l’ICC Bruxelles a refusé de communiquer sur ce sujet, pour des raisons apparemment évidentes qui leurs sont propres. Et ils nous ont même raccrochez au nez ! Quelle insolence !

ICC Bruxelles raccroche au nez kongotimes!

Les faux diplômes de Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO dit Fatshi

Les informations en notre portée confirment que le curriculum vitae présenté par le mandataire du candidat de l’UDPS/Tshisekedi ne correspond en rien au cursus qui a véritablement été le sien. Le curriculum vitae déposé à la CENI renseigne que Félix TSHISEKEDI a fait son école primaire au Collège BOBOTO et, ensuite, ses humanités à l’Athénée Royal du Centre à Bruxelles. Si le Collège BOBOTO existe bel et bien au centre de Kinshasa, nous en sommes encore à espérer localiser l’Athénée Royal du Centre qui serait situé dans la capitale européenne. Mais, ce dont nous sommes certains, c’est qu’aucun Athénée Royal Belge ne délivre un parchemin dénommé « Diplôme d’État ». Bien plus grave, des dizaines de Kinois de la génération de M. Félix TSHISEKEDI savent que ce dernier a fréquenté le Collège LISANGA à Kinshasa et qu’il a abandonné ses études au niveau de la 4èmesecondaire.

Pour ce qui est des études supérieures, le curriculum vitae mentionne que le candidat Président de la République a étudié à l’ICC Bruxelles et qu’il y a obtenu un diplôme de graduat en Marketing. La vérité est maintenant établie. L’ICC existe bel et bien. Notre candidat a fréquenté cet institut pendant une année dans l’option comptabilité avant de disparaître dans la nature pour y réapparaître des années plus tard et tenter une autre option. Là aussi, celui qui se veut futur Président de la République n’a fait qu’une année avant de disparaître à nouveau. Ces faits nous démontrent que nous avons à faire à un homme inconstant, incapable de se fixer des objectifs et de mettre en œuvre les efforts nécessaires pour atteindre ses buts. Est-ce entre les mains de ce genre d’homme que nous devrions abandonner la destinée de la nation congolaise ? La RDC ne mérite-t-elle pas mieux ?

Plus de 80 établissements privés belges d’enseignement font l’objet d’une enquête car ils sont soupçonnés de mentir sur leur qualité d’université ou de haute école. Étonnamment, le nom de l’ICC Bruxelles a été aussi mentionné, a confirmé un journaliste belge. 

« L’Office des étrangers a estimé lors d’une interview que l’approche de certaines de ces écoles s’assimilait à de la traite d’êtres humains, c’est un problème grave », s’insurge Maxime Mori.

Des établissements sont ainsi soupçonnés de servir de couverture pour attirer des étudiants d’Afrique subsaharienne. Ceux-ci seraient souvent menacés d’un refus de droit d’inscription, et donc d’une expulsion, s’ils venaient à dénoncer ces pratiques auprès de la justice. « C’est tout à fait anormal que ce genre de situation puisse subsister en Belgique en 2018 », dénonce le président de la Fédération des étudiants francophones (FEF).

En catimini, Fatshi essaye de trouver une solution avec l’ICC Bruxelles

Il aurait donc suffi à Félix TSHISEKEDI de faire état de ses stages et autres occupations exercées au sein du parti fondé par son père et ses compagnons. Pourquoi alors a-t-il voulu, pour se présenter à ce prestigieux poste, usurper des qualités qui lui manquent ? Il y a, ici, un signe de sa personnalité, qui ne trompe pas. « Qui a volé un œuf, volera un bœuf », prévient la sagesse populaire. Ce mensonge dévoile une autre caractéristique du personnage. Monsieur Félix TSHISEKEDI n’est pas digne de confiance. Il ne saurait donc pas être crédible à la tête de la nation.

Nous ne pouvons pas tolérer ce genre de faiblesse et d’agissement de la part d’un homme qui prétend au leadership de la nation congolaise. Les hommes et les femmes qui projettent de diriger un jour ce pays, doivent se préparer en conséquence et se montrer exemplaire.

De plus, comment comprendre que les concitoyens qui ont, des années durant, exigé avec la plus grande hargne que Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, Président de la République, respecte la Constitution et les lois de la République, se montrent, eux-mêmes, si peu regardant à l’égard de leur candidat ? La question ici, s’adresse non seulement aux militants de l’UDPS mais aussi à l’ensemble des intellectuels congolais. Puisque le Président de la République a montré l’exemple en respectant la loi, il importe que ceux qui visent à le remplacer fassent de même.

En tapinois, le président national de l’UDPS/Tshisekedi, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO dit Fatshi, essaye de convaincre l’Institut des Carrières Commerciales de Bruxelles (ICC) pour crédibiliser ses faux diplômes, information confirmée par une source crédible et digne de foi à l’ICC contacté par KongoTimes. 

Fatshi est donc en pourparlers direct depuis plusieurs jours, avec « la plus haute dans la hiérarchie de l’ICC Bruxelles, pour trouver une solution concernant ses diplômés obtenus frauduleusement » dans cette institution académique en Belgique, ajoute la même source.

À l’ICC Bruxelles : le mot d’ordre, ce n’est pas parler aux médias, surtout congolais, concernant ce qu’ils qualifient : « affaire Tshisekedi ». Une forme de discrimination et de racisme envers les médias africains, a renchérie une source dans cette institution académique bruxelloise.

A lire aussi

RDC : Les Unes de l’actualité du jeudi 13 décembre 2018

La déclaration de la cheffe de la MONUSCO condamnant les violences enregistrées lors de la …

Laisser un commentaire