mercredi , 23 octobre 2019
Accueil / Afrique / Vérité des urnes : 40.000 observateurs de l’Église catholique prêtent pour la bataille en RDC

Vérité des urnes : 40.000 observateurs de l’Église catholique prêtent pour la bataille en RDC

La facilitation de l’observation des élections aux organisations nationales et internationales qui en ont la compétence et qui expriment le vœu de participer au rendez-vous électoral du 23 décembre 2018. Ce qui est une preuve que l’on n’a rien à cacher tout au long de ce processus. La crédibilité des élections en dépend pour beaucoup. La CENCO entend contribuer à l’observation de prochaines élections. Elle envisage de déployer 1026 observateurs à long terme et 40.000 observateurs à court terme. Elle compte sur l’engagement de la CENI à accréditer tous ces observateurs qui seront bien formés et à leur faciliter cet important travail qui contribuera sans doute à l’apaisement du climat post-électoral.

L’Eglise catholique de la République démocratique du Congo tient à la transparence des élections du 23 décembre 2018.Déterminée à s’assurer de la vérité des urnes, elle vient de mobiliser 40.000 observateurs qu’elle entend déployer, le moment venu, à travers le territoire national.C’est du moins l’essentiel de la déclaration de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), diffusée le lundi 27 août dernier.

Dans cette communication qui porte la signature de Mgr Marcel Utembi et de l’abbé Donatien Nshole, respectivement Président et Secrétaire général de la CENCO, le clergé catholique dresse l’état des lieux du processus électoral en cours. Une évaluation qu’elle a récemment élaborée et présentée au Conseil de sécurité des Nations Unies.

LA NECESSITE D’ACCREDITER LES OBSERVATEURS

Invitée à la demande du président du Conseil de sécurité, à brieffer les membres de cette institution onusienne sur le processus électoral en RDC, la délégation de la CENCO a révélé qu’elle est déjà prête à déployer 40.000 observateurs à court terme et 1.026 à long terme pour la couverture du scrutin. Une manière pour le clergé catholique du Congo de s’assurer du bon déroulement des élections.

C’est dans cette optique que la hiérarchie catholique de la RDC sollicite déjà auprès de la CENI’’l’accréditation de ces observateurs qui seront bien formés’’. Attentive à cette opération prévue, selon le calendrier électoral, du 8 novembre au 10 décembre, la Cenco prie la Centrale électorale de lui ’’faciliter cet important travail qui contribuera, sans doute, à l’apaisement du climat postélectoral’’.

Pour la Cenco, la CENI et le Gouvernement congolais sont tenus de ’’faciliter l’observation des élections aux organisations nationales et internationales qui en ont la compétence et qui expriment le vœu de participer au rendez-vous électoral du 23 décembre 2018. Ce qui est une preuve que l’on n’a rien à cacher tout au long de ce processus’’. Aux dires des signataires de la déclaration des évêques congolais, ’’la crédibilité des élections en dépend pour beaucoup’’.

PARACHEVER LA MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD DE LA SAINT-SYLVESTRE

Les prélats catholiques saluent dans ce cadre l’action posée par le Président de la république, Joseph Kabila, qui a désigné récemment son candidat à présidentielle du 23 décembre prochain.

Ils exhortent cependant les gouvernants de parachever la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre, notamment en appliquant le reste des mesures de décrispation. « Que l’on évite de forcer l’interprétation des lois et de manipuler la justice, dans le but d’exclure de façon arbitraire certains candidats de la compétition électorale. Les élections non-inclusives constitueront un préjudice au processus de la pacification du pays », ont estimé les évêques, faisant notamment allusion à Moïse Katumbi qui a été empêché de déposer sa candidature.

LES RECOMMANDATIONS DE LA CENCO

Toutefois, pour garantir un processus électoral apaisé, la Cenco recommande à la CENI et au Gouvernement, de ’’publier le plus tôt possible les listes provisoires des personnes enrôlées, afin de rassurer le peuple congolais de l’effectivité des personnes enrôlées sans empreintes digitales’’.

Les évêques congolais suggèrent, enfin, la recherche d’un consensus pour l’utilisation ou non de la machine à voter, en favorisant des concertations tripartites entre la Cenco, l’Opposition et la Majorité autour des experts.

Lire ci-dessous, l’evaluation de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) sur l’etat du processus électoral en République Démocratique du Congo (RDC)

(avec Emma MUNTU et Yves KALIKAT)

ETAT ACTUEL DU PROCESSUS ELECTORAL : EVALUATION DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO (CENCO)

0.1. La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) remercie très sincèrement le Président du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour l’avoir invitée à briefer les Membres de ce Conseil sur l’évolution du processus électoral en RD Congo. Ce geste de haute portée témoigne de la confiance du Conseil de Sécurité envers la CENCO.

0.2. La CENCO a accueilli avec joie cette invitation à prendre part à ce rendez-vous qui, du reste, est très important pour notre pays dans sa recherche de sortie pacifique de crise socio-politique dans la quelle elle se trouve depuis 2016. Malheureusement, le calendrier pastoral chargé ne permet pas à la CENCO de prendre part à cette réunion. Elle présente ses excuses pour cet empêchement et ose croire que son intervention renseignera les Membres du Conseil de Sécurité sur l’évolution du processus électoral en cours en RD Congo.

0.3. La CENCO a pris acte du pas significatif accompli dans le processus électoral par:

  • le dépôt des candidatures aux élections présidentielles et législatives. Dans l’ensemble, le dépôt des candidatures s’est déroulé dans un climat apaisé et dans un esprit patriotique, à l’exception du cas de Moïse Katumbi pour lequel nous rappelons au Gouvernement le respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre ;
  • la désignation pour l’élection présidentielle du candidat de la Majorité présidentielle. La CENCO félicite le Président de la République, la CENI, les Acteurs Politiques et le Peuple congolais dans son ensemble pour avoir contribué à franchir avec succès cette étape qui amorce l’alternance pacifique au sommet de l’Etat ;
  • l’engagement du Gouvernement à financer le processus électoral. La CENCO l’encourage à poursuivre le financement jusqu’au bout dans un rythme qui garantira la tenue effective des élections le 23 décembre 2018.

0.4. Cependant la joie présente aura été une illusion si le processus électoral en cours n’aboutit pas à l’organisation des élections crédibles, transparentes, inclusives et apaisées. Car les élections biaisées nous maintiendront dans la crise. Ce risque est latent si l’on ne prend pas en compte les préoccupations suivantes :

  • la non clarification de la situation des millions des personnes enrôlées sans empreintes digitales ;
  • le manque de consensus sur l’utilisation ou non de la machine à voter ;
  • le non parachèvement d’importantes mesures de décrispation prévues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre.

0.5. De ce fait, la CENCO réitère les recommandations suivantes à la CENI et au Gouvernement :

  • la publication le plutôt possible des listes provisoires des personnes enrôlées afin de rassurer le Peuple congolais de l’effectivité des personnes réellement enrôlées sans empreintes digitales ;
  • la recherche d’un consensus sur l’utilisation ou non de la machine à voter, en favorisant les concertations tripartites entre la CENI, la Majorité et l’Opposition autour des experts ;
  • le parachèvement de la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre, notamment en appliquant le reste des mesures de décrispation. Que l’on évite de forcer l’interprétation des lois et de manipuler la justice dans le but d’exclure de façon arbitraire certains candidats de la compétition électorale. Les élections non inclusives constitueront un préjudice au processus de la pacification du Pays;
  • la facilitation de l’observation des élections aux organisations nationales et internationales qui en ont la compétence et qui expriment le vœu de participer au rendez-vous électoral du 23 décembre 2018. Ce qui est une preuve que l’on n’a rien à cacher tout au long de ce processus. La crédibilité des élections en dépend pour beaucoup.

La CENCO entend contribuer à l’observation de prochaines élections. Elle envisage de déployer 1026 observateurs à long terme et 40.000 observateurs à court terme. Elle compte sur l’engagement de la CENI à accréditer tous ces observateurs qui seront bien formés et à leur faciliter cet important travail qui contribuera sans doute à l’apaisement du climat post-électoral.

0.6. La CENCO compte beaucoup sur l’implication et l’engagement de la Communauté Internationale, en particulier la SADC et la CIRGL, pour aider la République Démocratique du Congo à sortir pacifiquement de la crise par le respect des clauses de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

0.7. Que par l’intercession de la Vierge Marie, Reine de la Paix, le Seigneur aide toutes les parties prenantes à œuvrer dans la perspective de gagner le pari de bonnes élections le 23 décembre 2018 pour la paix durable en RD Congo.

Fait à Kinshasa, le 27 août 2018

Abbé Donatien NSHOLE, Secrétaire Général de la CENCO

Mgr Marcel UTEMBI TAPA, Président de la CENCO

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire