mercredi , 30 septembre 2020
Accueil / Afrique / Avec Shadary : « Kabila » a réussi à maintenir le calme à Kinshasa

Avec Shadary : « Kabila » a réussi à maintenir le calme à Kinshasa

Du Congolais lambda aux personnalités les plus en vue, la réaction au retrait du président Joseph Kabila de la course à un troisième mandat à la tête du pays est la même : le satisfecit pour le respect de la parole donnée. Depuis le 8 août, le président Kabila a pris date avec l’histoire. Et les Congolais de la capitale sont unanimes à le reconnaître. Par sa décision, le Raïs a administré non seulement une bonne leçon à l’ensemble de la classe politique rd-congolaise, mais aussi au monde qui le regarde. Dans un micro-baladeur réalisé hier jeudi 23 août dans les rues de Kinshasa, la population applaudit de deux mains la décision du Raïs… ». En se choisissant un dauphin, le chef de l’Etat a réussi à maintenir le calme dans la capitale où, quelques jours plus tôt, la psychose était palpable. »

En réaction au geste posé par le chef de l’Etat, des panneaux géants sont apparus en plusieurs endroits de Kinshasa en guise de soutien au Raïs.

Rencontré devant un de ces panneaux géants, cet habitant de Kinshasa estime que « le président de la République mérite bien d’être soutenu pour ce qu’il a fait. Cet acte historique prépare le pays à aller effectivement aux élections auxquelles beaucoup de gens n’y croyaient pas. Pour beaucoup lui prêtaient les intentions de vouloir briguer un troisième mandat. Le chef de l’Etat a surpris tout le monde en se choisissant un dauphin en la personne d’Emmanuel Ramazani Shadary censé porter les couleurs du Front commun pour le Congo à la présidentielle de décembre »

Sur ces panneaux installés dans les principales artères de la ville, notamment sur Huileries, la place Gare centrale, Interpol, quartier Débonhomme sur le Boulevard Lumumba ou au Rond-point Ngaba, on peut lire ces différents messages : « Père de la démocratie », « Respect de la Constitution : Joseph Kabila, il a dit, il a fait », ou encore « Joseph Kabila, le modèle du nouveau leadership Africain », etc.

Que pensent les habitants de la capitale du geste posé par le Raïs ? A cette question qu’un groupe de journalistes a posé lors d’un micro-baladeur hier jeudi 23 août, aux représentants de différentes catégories socio-professionnelles, nombreux sont ceux qui ont salué cette « décision historique et salutaire ».

La plupart des interviewés ont déclaré que le président Kabila a réussi à désamorcer une crise qui couvait et à mettre fin à la psychose qui gagnait dangeureusement la capitale quelques jours avant la désignation du dauphin.

« Je pense que le chef de l’Etat est d’abord le garant de la Constitution. Il a prêté serment pour dire qu’il va respecter la Constitution de A à Z. Donc, c’est son devoir constitutionnel. Il n’a pas voulu aller à l’encontre de la Constitution sur laquelle lui-même a prêté serment. Il n’a fait qu’honorer et respecter la volonté du souverain primaire. Depuis 1960 jusqu’aujourd’hui, nous avons connu quatre présidents, il n’y a jamais eu d’élections présidentielles d’une manière démocratique. Nous avons connu les élections sous Mobutu avec des cartons rouges et verts qui n’étaient pas crédibles. Pour la première fois dans notre pays, nous allons assister à une passation civilisée du pouvoir au niveau présidentiel de manière démocratique. Beaucoup de gens n’y croyaient pas et prédisaient même la guerre et les troubles. Aujourd’hui, à travers cet acte, le calme règne au pays et tout le monde est dans la joie », a déclaré Me Tony Nzita.

Une autre interlocutrice, Rosette Emungu, félicite le président de la République qui, selon elle est le premier chef de l’Etat à respecter la constitution en RDC. « En 2006 et 2011, il a organisé les élections. Il a accepté de laisser le pouvoir pour donner la chance aux autres », fait-elle remarquer. De ce point de vue, elle ne le considère pas autrement que comme « le père de la démocratie ».

Même si certaines personnes estiment que le président Kabila aurait cédé sous pressions, tant externes qu’internes, de l’avis général, les Kinois saluent cette décision « héroïque et légendaire » qui fait du chef de l’Etat actuel « le père de la démocratie congolaise ». Pour cette catégorie de Kinois, le Raïs aura agi dans le seul intérêt du Congo.

(Didier KEBONGO)

A lire aussi

Les oubliés : Chronique des Héros de Wenge Musica

C’est le nom de cette chronique qui retrace dans les moindres détails les noms et …

Laisser un commentaire