lundi , 18 novembre 2019
Accueil / Afrique / Grand Bandundu : Des routes détériorées depuis des lustres

Grand Bandundu : Des routes détériorées depuis des lustres

La route est un premier facteur du développement. Le Grand Bandundu, province à vocation agricole, ne peut donc éclore tout son potentiel, si ses routes doivent demeurer dans leur état actuel. Dans l’ensemble, des routes en terre, non entretenues et défoncées sur plusieurs dizaines de Kilomètres. D’où, leur impraticabilité. Moralité, les produits agricoles pourrissent, faute de commerçants qui n’entendent pas couvrir un gros risque d’emprunter ces voies détériorées depuis des lustres. Le cas le plus notoire, est celui de la route Kikkwit – BA Kinkono –Mateko Madadum. A cause de l’état de dégradation permanente de cette voie, des jeunes des localités Bisey-Sud, Mutshunu, Kinkono, Muwanga, Nsempie, Kimbanda, Mupoyi, Mbongi…pour ne citer que celles-là, sont obligés de parcourir plus de 100Km à pieds, pour atteindre Kikwit, principal centre de commerce.

Après seize ans de « mariage » PALU-Majorité présidentielle (MP), le grand Bandundu s’attendait, cette fois-ci, à un dauphin du Raïs qui sortirait du parti cher à Antoine Gizenga. A défaut d’un fils du terroir, membre de la MP. Hélas. Les choses se sont déroulées autrement. Le Raïs ayant souverainement choisi son successeur, Emmanuel Ramazani Shadary. Dans les milieux de la Jeunesse de la Société civile du Grand Bandundu, des voix se sont élevées pour s’exprimer en termes d’une grosse déception.

Cependant, face cette situation de fait qu’elle considère désormais, comme une donnée constante, cette structure de la Société civile du Grand Bandundu ne demande pas mieux. Pour ces jeunes, l’ex- province du Bandundu trouverait sans doute de la consolation dans l’accélération des travaux des projets à impact socioéconomique réels, restés à ce jour inachevés. Au nombre desquels, le barrage hydroélectrique de Kakobola, le stade du 30-Juin, ex-Dikitele, le stade de Kazamba.

En ce qui concerne particulièrement le barrage de Kakobola, la jeunesse de la Société civile du Grand Bandundu sollicite l’implication personnelle du Président Joseph Kabila, afin que les travaux arrivent à leur terme. C’est l’essentiel de la réunion du dimanche 19 août, de cette structure de la société civile, tenue à Kinshasa. « Tout en appréciant les efforts du ministère de l’Energie qui a annoncé le démarrage des travaux de construction des moyens de transport du courant de Kakobola aux lieux d’exploitation pour six mois, à partir de septembre prochain, la jeunesse de la Société civile du Grand Bandundu exhorte le Chef de l’Etat à s’y investir, comme il l’a fait ailleurs », renseigne ladite Jeunesse, dans un message ayant sanctionné sa rencontre du dimanche dernier.

Par ailleurs, les signataires du document en notre possession sont convaincus que l’implication du Président de la République en faveur des finitions du barrage de Kakobola, ferait en sorte que la durée des travaux estimée à six mois, pourrait être ramenée à deux ou trois mois max. Soit, de septembre à octobre de l’année en cours. Sinon, au plus tard novembre, avant la tenue même des élections. Le souhait ardent de la branche juvénile de la Société civile du Grand Bandundu est de voir les populations de Gungu, Kikwit, Bulungu et d’Idiofa, jouir du courant électrique, produit du barrage de Kakobola, avant les élections générales prévues dans la dernière semaine du mois de décembre prochain.

VIVEMENT L’ASPHALTAGE DE LA ROUTE IDIOFA-KIKWIT

La route est un premier facteur du développement. Le Grand Bandundu, province à vocation agricole, ne peut donc éclore tout son potentiel, si ses routes doivent demeurer dans leur état actuel. Dans l’ensemble, des routes en terre, non entretenues et défoncées sur plusieurs dizaines de Kilomètres. D’où, leur impraticabilité. Moralité, les produits agricoles pourrissent, faute de commerçants qui n’entendent pas couvrir un gros risque d’emprunter ces voies détériorées depuis des lustres.

Le cas le plus notoire, est celui de la route Kikkwit – BA Kinkono –Mateko Madadum. A cause de l’état de dégradation permanente de cette voie, des jeunes des localités Bisey-Sud, Mutshunu, Kinkono, Muwanga, Nsempie, Kimbanda, Mupoyi, Mbongi…pour ne citer que celles-là, sont obligés de parcourir plus de 100Km à pieds, pour atteindre Kikwit, principal centre de commerce.

Dans la même veine, la jeunesse de la Société civile du Grand Bandundu plaide pour le bitumage de la route Idiofa –Kikwit, qui est une voie de grande affluence en termes de transactions et de mouvements des populations rurales dans les deux sens. Une autre bretelle qui mérite l’asphalte, est celle qui relie la localité de Mongata à la ville de Bandundu, capital provinciale du Kwilu. Au stade actuel de la situation, la jeunesse de la Société civile du Grand Bandundu suggère l’entretien manuel régulier des autres routes de la province. En l’occurrence, le chemin Kikwit –Gungu.

L’Assemblée de la Société civile du Grand Bandundu du dimanche 19 août, a connu la participation des MM. Mbiku Bamben, Homba Nkosi, Itshanga Manzanza, Baoso Mitterrand, Lubunda Mandungu, Ruben Bopeku. A ceux-là, s’ajoutent Me Justin Mukwanga et Nzama Thierry.

Tout bien considéré, le Président Joseph Kabila a donc intérêt à se racheter au regard de la déception ressentie du PALU et du Bandundu en général, qui s’attendaient à un candidat Président de la République à la MP. Il n’est donc pas trop tard pour le Raïs de contenter ses concitoyens, fils de ce coin du pays .

KAKOBOLA : A KIKWIT, INGELE INSPECTE LES TRAVAUX D’INSTALLATION DE LIGNES DE TRANSPORT DU COURANT

Le ministre de l’Energie et Ressources hydrauliques, Jean-Marie Ingele Ifoto, l’avait annoncé. A savoir qu’après la signature le 11 août à Kinshasa d’un accord avec le consortium Mohan et APS pour le transport du courant électrique du barrage hydroélectrique de Kakobola, une équipe gouvernementale descendra sur terrain peu de temps après pour faire le suivi des travaux. C’est dans ce cadre que s’inscrit le voyage effectué hier jeudi la délégation gouvernementale à Kikwit, dans la province du Kwilu. Les quatre membres de l’Exécutif national, Lambert Memas du Travail, Ingele Ifoto de l’Énergie, Guy Mikulu des Affaires coutumières et l’élu de Kikwit, Lumeya Dhu Meleghi, ministre des Affaires Foncières sont allés à Kikwit pour mettre la dernière main à cet importantissime projet de Kakobola.

A leur descente d’avion, la délégation gouvernementale a eu droit à un bain de foule de la part des militants de la Dynamique pour la Démocratie au Congo (DDC) qui l’ont accompagnée de l’aéroport au camp Nsinga non sans chanter à la gloire de leur charismatique leader, Ingele Ifoto.

Tour à tour, Memas Matuku, Lumeya Dhu Maleghi et Guy Mikulu ont apprécié à leur juste valeur la volonté affichée du président de la République, Joseph Kabila, à électrifier les villes de Kikwit et Idiofa, la cité de Gungu de même que les villages environnants. « Kakobola est une preuve que quand le président Kabila promet, il réalise », a fait remarquer l’élu de Kikwit et ministre des Affaires foncières, Me Lumeya Dhu Maleghi. Il a, à l’occasion, présenté les ingenieurs indiens venus pour parachever les travaux d’installation des lignes de transport de l’électricité produite à Kakobola.

Le patron de l’Energie, Ingele Ifoto, a rassuré les populations du Kwilu que le chef de l’État a mobilisé tous les moyens pour leur donner de l’électriciter incessamment. « Le financement est disponible et le contrat a déjà été signé avec la société indienne MOHAN (le 11 août à Kinshasa, Ndlr) chargée d’exécuter les travaux. Comme le prophète Jean-Baptiste, Ingele a annoncé la venue prochaine du président Joseph Kabila pour allumer la première ampoule. Les travaux d’installation des poteaux devant servir de ligne de transport du courant électrique Kikwit-Kakobola, Gungu-Kakobola et Idiofa-Kakobola commencent incessamment. L’arrivée le même 23 août à Kikwit, des ingénieurs indiens accompagné de l’ambassadeur de la RDC en Inde, Rosette Mossi, traduit la volonté du gouvernement de faire aboutir ce projet, un des meilleurs cadeaux du chef de l’Etat aux populations du Kwilu. Après Kikwit, cap sur Kakobola pour une dernière inspection.

Lors de son speech aux habitants de Kikwit, le ministre d’Etat, ministre duTravail et Prévoyance sociale, Memas Matuku, a rappelé les conditions dans lesquelles la première pierre fut posée par le président Kabila. Il a exhorté les habitants de la ville économique du Kwilu à apporter leur total soutien à ces œuvres, expliquant qu’il n’y a pas de développement sans électricité.

S’adressant à cette même population de Kikwit, le ministre des Affaires coutumières a indiqué qu’il a vécu, depuis 2008, les grandes étapes de ce projet de Kakobola. Il fait partie de signataires et aujourd’hui au nom du Président de la République Joseph Kabila, l’équipe gouvernementale est là pour la phase finale dudit projet, amener l’électricité de Kakobola vers les centres de consommation.

L’ambassadeur de la RDC en Inde, Rosette Mossi, a rassuré la population s’agissant du financement des travaux en cours. Elle a rappelé le protocole d’accord signé par le gouvernement et le consortium Mohan parachever les travaux. Pour le reste, le ministre Ingele demande aux populations de Kikwit d’attendre sereinement l’électricité qui leur sera servie très bientôt.

GUNGU, IDIOFA, KIKWIT : « L’ÉLECTRICITÉ DANS 6 MOIS » ?

Lentement mais sûrement, les travaux du barrage hydroélectrique de Kakobola touchent à leur fin dans six mois. Avec à la clé, la lumière pour les populations des villes de Kikwit, d’Idiofa et de la cité de Gungu, que pourra lancer personnellement le Raïs. Le ministre de l’Energie et Ressources hydrauliques, Ingele Ifoto, l’a affirmé au terme d’une mission d’inspection des lignes de transport dudit courant qu’il vient d’effectuer sur les sites des travaux dans la province du Kwilu. Sur les terres kwiloises, le patron de l’Energie a conduit une déIégation interministérielle pour voir de visu ce qui se fait.

« Nous venons de vérifier la centrale avec l’oeil vigilant des membres du Gouvernement, voir comment ça fonctionne et nous rendre compte que d’ici là les travaux de construction des lignes de transports et de distribution de réseaux associés vont devoir démarrer », a indiqué le ministre de l’Energie Ingele. Il précise que les techniciens congolais et indiens sont tombés d’accord pour que l’on commence les travaux de construction de lignes qui pourront apporter l’électricité dans les villes d’Idiofa, Kikwit et la cité de Gungu.

Dans la suite d’Ingele se trouvait également le contractant EPC (Energie Corporation Pvt Ltd), le consortium Mohan qui ont eu l’occasion de visiter les sites du projet de la Centrale hydroélectrique de Kakobola, en vue de préparer leurs plans d’exécution, pour le lancement des travaux de construction des lignes de transport et l’établissement des réseaux de distribution.

Selon le ministre de l’Energie et Ressources hydrauliques, « on aura 6 mois pour terminer ces travaux. L’ouvrage est terminé, de même que les travaux de génie civil. Ce qui nous manquait, c’était le transport, comment prendre l’électricité qui est produite à Kakobola et l’amener sur les trois sites », a-t-il expliqué.

Le Raïs attendu sur les sites pour allumer la premiere ampoule

« Nous préparons aussi l’arrivée du chef de l’Etat sur le site. Comme il avait donné le coup d’envoi des travaux, il voudrait aussi venir pour allumer la première ampoule ici », a fait savoir le ministre de l’Energie qui croit dur comme fer à la matérialisation de cet important projet. « Maintenant on a la capacité technique, la capacité financière et la volonté politique, je ne doute pas un seul instant que cela ne puisse pas se réaliser », affirme-t-il.

Le ministre de l’Energie a appelé la population, partout où il est passé, à accueillir favorablement les Indiens venus pour la construction des lignes de transport. Quant aux chefs coutumiers, le patron de l’Energie leur a demandé de s’approprier le projet pour son aboutissement heureux.

La centrale hydroélectrique de Kakobola a une capacité installée de 10,5 mégawatts qui vont être utilisés pour desservir les villes de Kikwit (6,5 MW), Gungu (1 MW) et Idiofa (1,5 MW) qui connaissent des difficultés d’accès à l’énergie électrique. Le reste des MW servira à desservir les localités environnantes de Kakobola.

Les travaux de constructions de cette centrale avaient été lancés en 2014. Leurs coûts sont estimés à 55 millions de dollars américains.

(Laurel KANKOLE, Didier KEBONGO)

A lire aussi

RDC : Exigence d’une justice équitable au Nord-Kivu

« La plupart des jugements rendus dans l’exécution des procès à Goma ne respectent plus …

Laisser un commentaire