samedi , 23 mai 2020
Accueil / Afrique / Maladie de « Konzo » : Progression spectaculaire en RDC

Maladie de « Konzo » : Progression spectaculaire en RDC

La maladie de « Konzo » s’étend à Kasongo-Lunda et fait 100 nouvelles victimes en 9 jours. Une progression spectaculaire dans la province du Kwango, fait-on savoir. De 131 victimes jusqu’à la semaine dernière, le nombre de victimes est passé à 231 jusqu’au lundi 20 août, soit 100 nouveaux cas en 9 jours.

Ces informations ont été données par le Dr Apollinaire Yumba, médecin chef de zone de santé de Panzi, en territoire de Kasongo-Lunda. C’est pour ainsi dire que trois territoires sur les cinq que compte la province du Kwango sont touchés par cette maladie endémique (Feshi, Kahemba et Kasongo Lunda).

Dans ce troisième territoire endémique, 11 aires de santé sont déjà touchées. Parmi lesquelles il y a celles de Panzi avec 38 cas, Muningulu 27 cas, Kingwangala 26 cas, Kibunda II 25 cas, Kawana 25 cas, Kambandambi 20 cas, Shabenge 16 cas, Tshakala Panel 16 cas, Mukalakata 11.

Les autorités sanitaires de ces aires de santé lancent un cri d’alarme pour que soit implanté au plus vite dans la région, un centre orthopédique pour la rééducation des patients dont les membres inférieurs sont atteints de paralysie et un appui en médicaments essentiels pour la prise en charge médicale, notamment avec des vitamines du groupe B.

Sur un autre registre, on apprend que la province du Kwango a accueilli sur son sol un total de 4.495 compatriotes congolais refoulés d’Angola. Parmi ces expulsés, on dénombre 2.439 hommes, 1.727 femmes et 309 enfants vivant à la belle étoile dans les territoires frontaliers avec l’Angola.

L’Exécutif provincial s’active pour descendre sur le terrain, en vue d’évaluer le drame humanitaire et d’y proposer des solutions adéquates avant l’explosion d’autres épidémies subséquentes, étant donné que ces compatriotes vivent dans des conditions précaires.

Au Kwango, la problématique de la sécurité alimentaire est classée dans la catégorie de catastrophe nutritionnelle. La prévalence de la malnutrition chronique est d’un enfant sur deux. Soit environ 50% des enfants de moins de 5 ans. En ce qui concerne l’Etat nutritionnel des femmes, le Kwango est la province la plus affectée par la malnutrition aiguë des femmes dont le pourcentage est 32,1%.

Selon l’enquête démographique de santé organisée entre 2013 et 2014, la prévalence de la malnutrition aiguë globale est de 11,6% chez les enfants de moins de 5 ans. De ce fait, le Kwango est la 3ème province la plus affectée après le Maniema et le Maï-Ndombe.

Province à vocation agropastorale, regorgeant d’énormes potentialités floristiques, fauniques et hydrographiques, le Kwango devrait procurer une alimentation variée et en quantité suffisante à ses enfants. Malheureusement, cette province fait figure de parent pauvre à cause, entre autres, du manque de voies de communication praticables permettant la circulation des produits vivriers d’un territoire à l’autre.

Le « Konzo » est une maladie épidermique d’origine alimentaire entraînant la paralysie des membres inférieurs. Les zones rurales pauvres d’Afrique tropicale ou équatoriale sont les plus touchées par la maladie. Elle ressurgit selon des cycles en période de famine, de sécheresse, de conflits et/ou dans des zones de grande pauvreté quand des personnes sont obligées durant plusieurs semaines de consommer du manioc amer (Manihotesculenta) mal préparé.

(Molina/forumDesAs)

A lire aussi

RDC : Baisse du taux de croissance économique

Le taux de croissance économique en République démocratique du Congo (RDC) va decrescendo, atteste le …

Laisser un commentaire