mercredi , 23 octobre 2019
Accueil / Afrique / RDC : UDPS/Tshisekedi appelée à choisir entre « vaincre la pauvreté » et campagne de séduction
Felix TSHISEKEDI dit Fatshi, president natiional de l'UDPS, au milieu des journalistes.
Felix TSHISEKEDI dit Fatshi, president natiional de l'UDPS, au milieu des journalistes.

RDC : UDPS/Tshisekedi appelée à choisir entre « vaincre la pauvreté » et campagne de séduction

Dernière mise à jour, le 23 août 2018 à 11:02

Nous allons donc lutter pour éradiquer la pauvreté, le plus vite possible ! Ce sera « La Grande Cause Nationale » de notre pays !

Pour cela, nous allons mobiliser toutes les énergies, tous les moyens de l’État et tous les appuis extérieurs, pour les faire converger vers ce dessein commun, dont la réalisation va reposer sur trois piliers.

Le premier pilier est l’Homme. La République Démocratique du Congo ne manque pas d’hommes et de femmes de valeur, ni au sommet ni à la base de sa pyramide sociale.

C’est la raison pour laquelle, dans mon Programme, les quatre-vingt millions des Congolaises et des Congolais sont considérés comme le principal facteur, mieux encore, le moteur du développement de notre pays.

Le deuxième pilier est la croissance économique. Je veux une croissance économique forte, soutenue, de 25% par an en moyenne, qui sera créatrice d’emplois et protectrice de l’environnement alors que, dans le même temps, notre population va croître de 3% en moyenne par an.

Le troisième pilier est une société solidaire. Avec le peuple congolais, je veux sceller un « Pacte social », pour bâtir une société solidaire, garante de la cohésion nationale.

Mes chers compatriotes,

La réalisation de ce Programme postule, avant tout que notre pays cesse d’être un non-État pour devenir un État de Droit. Un État capable de gérer et de défendre ses frontières, d’asseoir une administration efficace autant que d’exercer son autorité sur toute l’étendue du territoire national.

S’agissant du domaine de la Défense, je vais mettre en place un Plan de cinq ans, dénommée : « Une Nation, une Armée ».

L’objectif de ce Plan sera de pourvoir, en cinq ans, la RDC d’une Armée digne de ce nom, dont les principales missions seront de :

  • Protéger le territoire national à ses frontières et à l’intérieur du pays,
  • Éradiquer les groupes armés et les milices, qui ont transformé, notamment l’Est de la RDC, en un sanctuaire où l’on viole, pille et tue en toute impunité,
  • Effectuer, en temps de paix, des travaux de génie civil et intervenir, notamment en cas de catastrophe naturelle, aux côtés du service de protection civile.

Je vais redonner à la jeunesse congolaise le goût de s’engager à servir sous le drapeau.

Une nation de 80 millions d’âmes, doit pouvoir trouver un pour cent (800.000) de garçons et de filles prêts à recevoir une éducation civique, une formation générale et spécifique, et un entraînement militaire adéquat pour être en mesure de défendre la patrie à tous les niveaux de grades de l’Armée.

Au plan politique, je vais également initier des réformes à l’effet de :

  • Respecter les vertus de la démocratie.
  • Renforcer les institutions de l’État et améliorer la gouvernance administrative.
  • Rendre le pouvoir judiciaire indépendant du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif.
  • Extirper de notre environnement la corruption, la concussion, l’ethnisme, le clientélisme et toutes les dérives de gouvernance.

Au plan social et culturel, je vais inscrire l’Éducation et la Formation Continue parmi les priorités de la mandature. A cet égard, je vais :

  • Revaloriser les métiers de l’éducation de la petite enfance. Sans éducation, une jeunesse est une bombe sociale à retardement.
  • Imposer et mettre en pratique le principe selon lequel, chaque jeune Congolais a le droit d’accéder et d’accomplir, à égalité de chances, les cycles de scolarité qui couvrent l’école maternelle, les degrés primaire et secondaire.
  • Refonder notre système éducatif, organiser les états généraux de l’éducation, de la formation et de la recherche, qui vont se consacrer sur la mission éducative, sur les questions de l’accessibilité et de la réussite, sur le curriculum d’études, sur les matières relatives à la dynamique pédagogique, sur la situation de la formation professionnelle et technique, sur la formation continue et sur le financement.
  • Promouvoir un partenariat public-privé en vue de créer un centre d’excellence du type « Silicon Valley », destiné à stimuler la Recherche et l’enseignement de nouvelles technologies, en collaboration avec des Universités congolaises et étrangères. Tout autant qu’à servir de catalyseur à la création ainsi qu’à l’implantation des PMI, nationales et internationales, de technologies.

Je mettrai en place une politique de santé pour tous. A cet égard, il s’agira :

  • D’instaurer un système d’Assurance Maladie Universelle. Toutes les branches d’activités pourront y souscrire. Des modalités particulières en la matière seront arrêtées en ce qui concerne respectivement les secteurs agricole, artisanal et des travailleurs indépendants.
  • De promouvoir une politique incitative pour encourager les jeunes Médecins, assistants médicaux, Infirmiers et autres personnel de santé à s’installer dans l’arrière pays.
  • De promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, notamment par l’accès à la formation et au travail.
  • De soutenir l’organisation et la pratique des sports de compétition et de loisir.

Mes chers compatriotes,

Améliorer les indicateurs d’appréciation du climat des affaires, fait partie des tâches prioritaires que je vais assigner à mon Gouvernement.

Je vais faire de l’assainissement du Climat des Affaires en RDC, un atout majeur pour son développement socio-économique, en confiant au Comité de Pilotage et de Réforme des Entreprises du Portefeuille (COPIREP), dont les missions seront repensées, la responsabilité d’établir l’état d’avancement du Document de Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSCRP) et de faire des recommandations au gouvernement d’une part et, d’autre part, faire le suivi du Comité de Pilotage des Indicateurs d’appréciation du Climat des Affaires édicté par le « Doing Business » de la Banque Mondiale.

De même, je vais mettre en place une Charte d’investissement, qui va activer un système fiscal incitatif, relatif aux nouvelles sociétés industrielles et aux Grandes ainsi qu’aux Petites et Moyennes Industries (PMI).

Changer les mentalités. Depuis plus de cinquante ans les dirigeants congolais ont désacralisé les valeurs qui ont conduit à la déstructuration physique, mentale et morale de toute notre nation, de tout notre peuple, qui ont laissé des traces dans toute notre société.

Le mépris de la dignité humaine, la banalisation de la misère, l’indifférence à la pauvreté et la marginalisation, le goût de l’argent facile, l’enrichissement sans cause, la prédation, l’escroquerie, la concussion, la culture de la corruption, l’impunité, le culte de la personnalité, le trafic d’influence, et j’en passe, font hélas office de valeurs chez nous.

Cela doit cesser, en particulier en ce qui concerne la corruption et l’impunité. Je m’engage à faire de la lutte contre la corruption, fléau dont les proportions se chiffrent par milliards, notre cheval de bataille et à mettre effectivement fin au règne de l’impunité.

Mes chers Compatriotes,

Mon Programme sera réalisable en dix ans, si au bout de cinq ans vous voulez bien m’accorder à nouveau votre confiance. Il poursuit des objectifs concrets et mesurables, en faveur du grand nombre.

En 2018, le revenu moyen annuel d’un Congolais (en USD courants) est de 458 USD par an, c’est-à-dire que le citoyen Congolais vit misérablement aujourd’hui avec seulement 1.25 USD par jour, alors que la contribution du PIB au Budget annuel n’est que de 5 milliards USD.

Mon ambition est de sortir notre Nation de cette situation indigne et de la faire accéder au bien-être, en portant cet indice à 4.288 USD par an, soient 11.75 USD par jour. Pour assurer le coût de ce Programme, nous mobiliserons une enveloppe budgétaire de $ 86,71 milliards soit 25% du PIB-N, qui sera répartie sur dix ans.

Notons, à l’attention de l’oligarchie, qui affectionne dilapider l’argent du Trésor public, en allant se faire soigner par exemple en Inde, au lieu de construire des hôpitaux chez-nous ; qu’en Inde, pays reconnu comme émergent, les citoyens vivent en moyenne par jour avec 5.30 USD.

On l’aura compris, si mon Programme est appliqué, dans dix ans, notre pays, actuellement classé parmi les États les plus pauvres et les plus inégalitaires du monde, sortira par le haut de ce statut humiliant. En ayant atteint un revenu annuel moyen par habitant de 11.75 USD, par jour, la République Démocratique du Congo rejoindra les nations qui figurent parmi les pays émergents, avec pour ambition additionnelle le bien-être collectif.

A cette distance de seulement deux mandats, les Indiens viendront se faire soigner en République Démocratique du Congo. Ce fut d’ailleurs déjà le cas des Sud-africains, dans les années 1960. L’hôpital de la GÉCAMINES de Lubumbashi, qui les accueillait, était alors l’un des meilleurs établissements de sa catégorie en Afrique.

Mes chers compatriotes,

Pour autant, le progrès ne vaut que quand il est partagé.

La redistribution équitable du revenu sera au cœur de la nouvelle politique que je vais impulser et dont l’axe central est la promotion d’une société à la fois performante et solidaire.

En d’autres termes, je tiens à le souligner, de même qu’on ne peut redistribuer ce qui n’a pas été préalablement produit, il est inadmissible qu’une caste de privilégiés s’accapare de la quasi-totalité du revenu national, fruit du travail de tous, chacun pour sa part.

Mes chers Compatriotes,

La République Démocratique du Congo, comme tous les autres pays qui se trouvent dans son cas, ne peut d’abord compter que sur ses propres forces, comme qui dirait « aide-toi et le ciel t’aidera ». Mais, une nation n’est forte que lorsqu’elle est unie autour de l’essentiel, autour d’un « dessein commun ».

Je lance donc un vibrant appel, à toutes les forces de progrès, à tous les Patriotes ! A l’occasion de la tenue prochaine des élections, que nous voulons tous crédibles, apaisées et inclusives, rassemblons-nous autour de mon Programme.

Dans l’unité, menons la lutte contre la pauvreté pour, d’ici à dix ans, vaincre ce fléau indigne de notre Nation.

Main dans la main, tissons une chaîne d’union, qui nous rendra capables de mettre en mouvement notre capital humain, pour transformer les 2.340.000 Km2 de notre pays en un gigantesque chantier, sans doute le plus grand du siècle.

Les conditions, politiques, économiques et sociales catastrophiques dans lesquelles le pouvoir sortant, en dépit de ses diatribes choquantes envers le peuple, a plongé et laisse le pays, indiquent que les Congolaises et les Congolais, même différents et même adversaires, ont le devoir transcendant de regarder dans la même direction, dans le respect mutuel des opinions et des personnes.

Le salut de notre Patrie est là, nous le devons à nos Enfants !

Nous le pouvons. Aussi, sur mon honneur et sur ma conscience, je vous dis que le moment de le faire, C’EST MAINTENANT.

Mesdames et messieurs, Distingués invités,
Chers compatriotes,

Je vous remercie.

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire