mardi , 17 septembre 2019
Accueil / Afrique / RDC : UDPS/Tshisekedi appelée à choisir entre « vaincre la pauvreté » et campagne de séduction
Felix TSHISEKEDI dit Fatshi, president natiional de l'UDPS, au milieu des journalistes.
Felix TSHISEKEDI dit Fatshi, president natiional de l'UDPS, au milieu des journalistes.

RDC : UDPS/Tshisekedi appelée à choisir entre « vaincre la pauvreté » et campagne de séduction

Dernière mise à jour, le 23 août 2018 à 11:02

Félix Tshisekedi Tshilombo, Candidat à la Présidence du pays pour le compte de l’UDPS/Tshisekedi, a dévoilé mercredi 15 août 2018, à Kinshasa, son programme du Gouvernement intitulé « Vaincre la pauvreté ». Dans ce programme d’action évalué à 86 milliards 710 millions de dollars USD, il fait de la lutte contre la pauvreté son champ de bataille. Le leader de l’UDPS s’engage à combattre la corruption, fléau dont les proportions se chiffrent par milliards. Quant à sa prétendue inexpérience dans la gestion des affaires de l’Etat, Fatshi répond : « C’est vrai, je n’ai pas d’expérience dans le bradage et le pillage des deniers publics, mais j’ai de l’expérience dans le respect des libertés publiques et des droits de mes concitoyens… ». Pour les observateurs, UDPS/Tshisekedi doit choisir entre « vaincre la pauvreté » et campagne de séduction.

Celui que l’on a surnommé Fatshi a abordé son programme en martelant sur trois piliers nécessaires, en vue d’accomplir son rêve, celui d’instaurer un pays émergent et prospère, à l’image des grands pays occidentaux. Ainsi donc, après Moise Katumbi en Afrique du Sud, Vital Kamerhe lors de son congrès et Jean-Pierre Bemba juste après son atterrissage à Kinshasa, Félix Tshisekedi s’est livré corps et âme à cet exercice capitale, pour quiconque qui se positionne pour briguer la magistrature suprême. Sera-t-il élu sur base de ce programme ? Le dimanche 23 décembre 2018 va tout trancher… Qu’à cela ne tienne, le Président de la fille aînée de l’Opposition, Félix Tshisekedi Tshilombo, présente l’homme comme acteur principal du développement en RDC. D’où, ce dernier est-il la voie primordiale pouvant faciliter l’émergence du pays, notamment en travaillant dur pour éradiquer la pauvreté et faire de ce riche pays, une nation forte et plus belle qu’avant. Ce faisant, en cas de son investiture à la tête du pays, il promet de mobiliser toutes les énergies possibles, les moyens d’Etat et les appuis extérieurs pour développer le pays le plus rapidement possible. Loin de vouloir jeter de la poudre aux yeux, ce programme d’action est tout simplement précis et présente, par ailleurs, une vision globale de la RD Congo.

En effet, pour Félix Tshisekedi, en dehors de miser sur l’homme congolais, son regard est tourné vers la croissance économique avec un taux de 25% qu’il espère largement améliorer à la tête du pays. Comme si cela ne suffisait pas, ce Candidat à la Présidence du 23 décembre 2018 prévoit de mettre sur pied une société solidaire, animée par l’amour de la patrie et l’esprit nationaliste, en mettant fin bien évidemment à la corruption et à l’impunité. Il a affirmé haut et fort que lorsqu’il prendra le pouvoir dans ce pays, il va multiplier par 5 le revenu annuel des congolais qui pourra probablement passer de 450$ en 2018 à 4.288$. Et, par jour, le revenu des congolais de 1.25$ (2018) à 11.75$ à l’horizon 2028. Il trouve scandaleux que la RDC considérée comme un scandale géologique par ses richesses naturelles du sol et sous sol, vive dans la misère.

Toutefois, « Vaincre la pauvreté » de Félix Tshisekedi se classe parmi les programmes auxquels les Opposants comptent s’en servir, pour relever l’économie de la RDC. En quête d’une candidature unique pour arracher l’alternance tant voulue par les acteurs de l’opposition. Raison pour laquelle, ce programme a été applaudi par la représentation de la plénière, composée des cadres des partis politiques de l’Opposition.

Details sur le Programme de gouvernement de l’UDPS/Tshisekedi

Le président de l’Union pour la Démocratie et le progrès social (UDPS), Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain, a présenté mercredi 15 août à Kinshasa, son programme de gouvernement. Celui-ci, intitulé « Vaincre la pauvreté », et qui vise la transformation de la RD Congo, est chiffré à 86 milliards 710 millions de dollars USD, étalés sur deux fois 5 ans (2019-2023) et (2024-2028). Fatshi, comme l’appellent si affectueusement ses innombrables partisans, a détaillé les grands axes de son programme de gouvernement devant un auditoire constitué de plusieurs dirigeants des partis de l’Opposition, mais aussi de chefs de missions diplomatiques accrédités à Kinshasa.

Selon le Président de l’UDPS, la lutte contre la pauvreté sera la « Grande cause nationale ». Pour cela, Fatshi entend « mobiliser toutes les énergies, tous les moyens d’Etat et tous les appuis extérieurs, pour les faire converger vers ce dessein commun, dont la réalisation va reposer sur trois piliers ». A savoir : l’homme, la croissance économique et une société solidaire.

« Une fois élu, je ferai de la lutte contre la corruption mon cheval de bataille et, dans 10 ans, je sortirai le Congo de la pauvreté avec une mobilisation de 86 milliards de dollars », a fait savoir le leader de l’UDPS. Il affirme que si son programme est appliqué, « dans dix ans, la RDC, actuellement classée parmi les Etats les plus pauvres et les plus inégalitaires du monde, sortira par le haut de ce statut humiliant… »

Conscient du fait que « le progrès ne vaut que quand il est partagé », Fatshi assure que la redistribution équitable du revenu sera au coeur de la nouvelle politique qu’il entend impulser et dont « l’axe central est la promotion d’une société à la fois performante et solidaire ». Le président de l’UDPS souligne le fait qu’on ne peut redistribuer ce qui n’a pas été préalablement produit. Aussi est-il inadmissible, dit-il, qu’ »une caste de privilégiés s’accapare de la quasi-totalité du revenu national, fruit de tous, chacun pour sa part ».

Pour un pays continent, le volet sécuritaire n’a pas été oublié. Bien au contraire, la défense occupe d’ailleurs une place privilégiée dans le projet de gouvernement de Fatshi. Car, le président du RASSOP reconnait que la réalisation de son programme postule, avant tout, que la RDC cesse d’être un non-Etat pour devenir un Etat de droit. « Un Etat capable de gérer et de défendre ses frontières, d’asseoir une administration efficace autant que d’exercer son autorité sur toute l’étendue du territoire national ».

S’agissant donc du domaine de la défense, Félix Tshisekedi entend mettre en place un plan de cinq ans dénommé : »une nation, une armée ». L’objectif dudit plan, explique Fatshi, est de doter la RDC d’une armée dont les principales missions seront, entre autres, de protéger le territoire national à ses frontières et à l’intérieur du pays. Pour cela, Félix Tshisekedi promet de s’employer pour « redonner à la jeunesse congolaise le goût de s’engager à servir sous le drapeau. »

« Je n’ai pas d’expérience dans la gabegie mais dans le respect des droits de l’homme »

Le candidat de l’UDPS n’a pas loupé ses détracteurs. Au cours de la présentation de son programme, Félix Tshisekedi a, du haut de sa tribune, répondu de la meilleure des manières aux sempiternelles critiques formulées à son endroit sur son « manque d’expérience » dans la gestion de la res publica au moment où il brigue la Magistrature suprême.

« Je voudrais tordre le cou à ce procès en manque d’expérience. C’est vrai, je n’ai pas d’expérience dans le bradage et le pillage de deniers publics, je n’ai pas d’expérience dans la gabegie et dans la corruption, je n’ai pas d’expérience dans la violation des droits et libertés de mes concitoyens », a souligné Félix Tshisekedi, qui a fait vibrer la salle en lançant « j’ai de l’expérience dans le respect des libertés publiques et des droits de mes concitoyens… »

Fatshi explique que s’il n’a pas occupé de postes ministériels, ni gouverné jusque-là, en revanche, il a passé toute sa vie à œuvrer pour la défense des droits de la personne et lutte contre la corruption.

(avec DN, Merdi Bosengele & Didier KEBONGO)

PROGRAMME DE GOUVERNEMENT DU PRÉSIDENT DE L’UNION POUR LA DÉMOCRATIE ET LE PROGRÈS SOCIAL (UDPS), FÉLIX-ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO DIT FATSHI

Mesdames et messieurs,
Distingués invités,
Chers compatriotes,

Je vous salue et vous exprime le plaisir que je ressens, en ce moment où je présente, à travers vous, au peuple congolais, mon programme comme candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain.

Au terme de ce scrutin, la République Démocratique du Congo prendra un nouveau départ qui sera le bon, celui qui, sous mon leadership, permettra l’alternance démocratique !

Nous aurons ainsi mis fin au cycle infernal des crises de légitimité récurrentes et à la gouvernance chaotique, qui a fait sombrer le pays.

Voilà le fait majeur qui marque un tournant décisif pour la RDC.

Cette élection présidentielle est, pour moi, une occasion de nouer un dialogue avec les Congolaises et les Congolais, pour les entendre et pour leur parler.

La situation actuelle de notre pays est comparable à un avion en voie d’atterrissage sous un temps orageux. Les Congolais s’interrogent avec anxiété sur leur devenir, ils hésitent sur l’idée qu’ils ont d’eux-mêmes. Les voici partagés par des inquiétudes légitimes. Ils sentent combien le potentiel de notre pays a été si souvent gaspillé.

La crise est sévère, nous en mesurons d’autant plus la gravité, qu’elle s’accompagne des pertes en vies humaines incommensurables.

Cette situation de convulsion politique dramatique a été voulue, planifiée et entretenue par un pouvoir illégitime finissant. Notre pays et notre peuple, ont connu toutes les abominations.

Cela doit finir.

Pour répondre à cette exigence, je me porte candidat à l’élection présidentielle dé cette année dans notre pays, la République Démocratique du Congo.

Je me réjouis donc de partager avec vous l’enthousiasme pour ce nouveau départ et aussi mon ambition, nourrie par la vision qui m’anime, d’un meilleur devenir de notre mère-patrie.

Car, il nous faut bâtir un pays plus beau, une nation sans pauvreté.

Le chemin, qui mène de la pauvreté au bien-être du peuple congolais, a été balisé par le projet de société de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS, qui est ma principale source d’inspiration.

Par ailleurs, agissant au non de l’ensemble de la communauté internationale, les Nations-Unies (ONU), guidées par la conviction que la paix durable et la sécurité internationale ne sont possibles que sur la base du bien-être économique et social assuré pour tous, ont promu le projet, dénommé « Objectifs du Millénaire pour le Développement » les OMD, destiné à réduire l’extrême pauvreté et à construire un monde plus sûr.

Devant la défaillance du pouvoir sortant de conduire le peuple vers ce mieux-être, ce beau rêve a, malheureusement, tourné au cauchemar !

Pour ma part, Congolaises et Congolais, je vous invite de nous rassembler autour de mon Programme.

Solidaires et rassemblés, nous ferons de notre rêve une réalité.

A lire aussi

Gouvernement : Un programme ambitieux mais utopique en RDC

Dernière mise à jour, le 16 septembre 2019 à 04:05 Le gouvernement de la République …

Laisser un commentaire