mercredi , 14 novembre 2018
Accueil / Afrique / RDC : Parole d’honneur du Raïs

RDC : Parole d’honneur du Raïs

Les opposants et autres acteurs de la société civile, qui accusaient à tort le Président de la République de vouloir briguer un troisième mandat, sont fixés sur la parole d’honneur du Raïs sur le respect de la Constitution et le caractère irréversible du processus électoral. Avec la clôture du dépôt de candidatures à la présidentielle et aux législatives, la voie est désormais grandement ouverte pour les élections du 23 décembre prochain avec le souverain primaire, détenteur du pouvoir à titre originel.

A la suite de la désignation d’Emmanuel Ramazani Shadary comme candidat du Front commun pour le Congo (FCC), au scrutin présidentiel du 23 décembre prochain, le député Alain Lubamba wa Lubamba salue la décision courageuse de Joseph Kabila.

« Ce choix, a déclaré l’élu de Kabinda, est celui de la consolidation, d’un Etat de droit, d’un cadre de première heure, capable de porter le projet de société de tout un peuple. Alain Lubamba soutient que c’est le choix de fidélité pour un homme qui contre vents et marées, a su rester constant sur ses convictions politiques et son attachement au chef de l’Etat Joseph Kabila ».

D’après cet élu national, le candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Shadary est « un opérateur politique et un homme d’Etat pétri d’expérience avérée dans la grande et la petite territoriale. Il est aussi rompu dans la mobilisation des masses, la résolution des conflits tribaux et la réconciliation des populations ainsi que dans la gestion de la Res publica ».

Le député Alain Lubamba a exprimé à cet effet le soutien de tous les cadres et militants membres du parti et de la grande coalition électorale et politique, réunis autour du chef de l’Etat. « De ce fait, les opposants et autres acteurs de la société civile, qui accusaient à tort le Président de la République de vouloir briguer un troisième mandat, sont fixés sur la parole d’honneur du Raïs sur le respect de la Constitution et le caractère irréversible du processus électoral », a renchéri Alain Lubamba.

« Avec la clôture du dépôt de candidatures à la présidentielle et aux législatives, la voie est désormais grandement ouverte pour les élections du 23 décembre prochain avec le souverain primaire, détenteur du pouvoir à titre originel », a soutenu ce cadre du PPRD.

Les réactions de Elikya Mbokolo, Makila, Bazaïba, Musemena, Bussa, …

Elikya Mbokolo :  » Cette nomination est le terme d’un processus de longue durée pendant lequel, les 155 membres du Front Commun pour le Congo ont été priés de déposer 4 noms dont 2 hommes et 2 femmes, qui répondaient aux 11 conditions, qu’il énonçait comme étant les conditions auxquelles doit obéir le futur président ou la future présidente de la RDC ».

 » C’est le choix de la raison certainement et c’est aussi le choix de l’espoir. C’est-à-dire un jeune, un candidat qui n’a jamais exercé une fonction présidentielle, qui est donc entièrement disponible « .

José Makila :  » Je suis content et Shadary a tout mon soutien, c’est un homme loyal et sa loyauté a fini par payer « . Pour José Makila, cela ne fait aucun doute, il reste disposé à travailler pour la victoire du candidat du FCC à la prochaine présidentielle.

Eve Bazaiba :  » Je félicite ardemment le peuple Congolais pour la victoire obtenue en ce jour pour le respect de la constitution. Enfin pas de troisième mandat pour Joseph Kabila « .

Sindika Dokolo :  » La non candidature de Joseph Kabila respecte la Constitution et renforce la démocratie. Le chemin doit s’ouvrir pour de vraies élections inclusives, en toute liberté et sans triche le 23 décembre ». « La répression, l’exclusion de certains candidats, la machine à voter sont des urgences à resoudre », conclu-t-il.

Gaston Musemena :  » Le peuple congolais qui a fait confiance au visionnaire Joseph Kabila, soutiendra son choix, Emmanuel Shadary « 

Jean-Lucien Bussa : « C’est la victoire de la classe politique qui a choisi la voie politique contre la violence pour obtenir, pour la première fois depuis l’indépendance, l’alternance politique en République démocratique du Congo. Des morts et des casses pour rien « .  » Les dispositions intangibles de la constitution ont été respectées, le référendum n’a pas eu lieu, le Président Kabila n’est pas candidat et l’élection est irréversible « , a-t-il conclu.

[avec Mathy MUSAU, Emma MUNTU]

A lire aussi

Les Oppositions congolaise, en Suisse, après avoir désigné un candidat commun.

RDC : Un coup de théâtre après une candidature commune de l’opposition

L’unité de l’opposition vient de voler en éclats seulement vingt-quatre heures après avoir choisi Martin …

Laisser un commentaire