mardi , 25 septembre 2018
Accueil / Afrique / Présidentielle : Matungulu conscient du calvaire qu’endurent les Congolais
Freddy MATUNGULU MBUYAMU ILANKIR MWALIMU, candidat présidentiel 2018 RDC.
Freddy MATUNGULU MBUYAMU ILANKIR MWALIMU, candidat présidentiel 2018 RDC.

Présidentielle : Matungulu conscient du calvaire qu’endurent les Congolais

Dernière mise à jour, le 17 août 2018 à 07:29

Approché par des journalistes qui n’avaient pas pu l’interviewer peu après le dépôt de sa candidature pour leur dire ce que les Congolais peuvent attendre de lui s’il triomphe à l’élection présidentielle de décembre 2018, Matungulu a répondu qu’il était conscient du calvaire qu’endurent les populations de Beni, du Kasai et d’autres coins du pays. Et d’ajouter que le geste qu’il venait de poser est un acte de civisme.  Se rappelant son passé d’étudiant, il a reconnu avoir étudié aux frais de l’Etat congolais. Et lui Matungulu a le devoir moral de faire bénéficier à la population congolaise ce que les Congolais attendent de lui s’il est élu à la tête du pays. Il a fait savoir aussi qu’une fois élu, il va se mettre immédiatement au travail pour trouver des solutions aux nombreux problèmes qui se posent dans notre pays.

La canicule de mardi 7 août 2018 n’a pas empêché les sympathisants des partis dont les autorités morales briguent la magistrature suprême d’envahir la place de la Gare en fin de matinée pour les soutenir moralement. Vêtus aux couleurs de leurs partis, ces militants ne manifestaient pas des signes de fatigue, attendant patiemment la venue de leurs leaders. Désigné par des militants et cadres de la plate-forme électorale dénommée Synergie Electorale Notre Congo « SYENCO » à la fin du mois passé pour concourir à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018, Freddy Matungulu a formalisé cet acte mardi 7 août 2018 en début d’après-midi. Arrivé à la CENI en fin de matinée, ce présidentiable et une poignée de ses fidèles lieutenants se sont dirigés vers les bureaux de ladite institution pour remplir les formalités d’usage et échanger avec les ténors de la CENI.

C’est peu après 15 heures que l’animateur principal de SYENCO et de Congo na Biso « CNB » a quitté le siège de la CENI pour saluer les cadres et militants de la plate-forme et parti politique évoqués ci-haut rassemblés à la Gare. Ce devoir accompli, Matungulu s’est rendu immédiatement au siège de CNB mais aussi de SYENCO à Limete.

Approché par des journalistes qui n’avaient pas pu l’interviewer peu après le dépôt de sa candidature pour leur dire ce que les Congolais peuvent attendre de lui s’il triomphe à l’élection présidentielle de décembre 2018, Matungulu a répondu  qu’il était conscient du calvaire qu’endurent  les populations de Beni, du Kasai et d’autres coins du pays. Et d’ajouter que le geste qu’il venait de poser est un acte de civisme.  Se rappelant son passé d’étudiant, il a reconnu avoir étudié aux frais de l’Etat congolais. Et lui Matungulu a le devoir moral de faire bénéficier à la population congolaise ce que  les Congolais attendent de lui s’il est élu à la tête du pays.  Il a fait savoir aussi qu’une fois élu, il va se mettre immédiatement au travail pour trouver des solutions aux nombreux problèmes qui se posent dans notre pays.

Prié de dire s’il tient toujours à l’idée d’une candidature commune de l’opposition alors que les ténors de cette famille ont l’habitude de concourir en ordre dispersé, l’intéressé a répondu par l’affirmative, précisant que c’est un sujet important et que lui et ses pairs de l’opposition travaillent sur ce point depuis plusieurs mois. Il a révélé avoir abordé ce problème avec Jean-Pierre Bemba. Il a émis le vœu de voir les têtes couronnées de l’opposition accélérer la finalisation de ce dossier pour qu’on arrive à un aboutissement heureux de ce processus.

Freddy MATUNGULU MBUYAMU ILANKIR MWALIMU. Qui est-il ?

Fils d’Agent de la Territoriale Congolaise, Freddy Matungulu voit le jour le 04 Janvier 1955 à Lubembo, Province de Bandundu, en République démocratique du Congo. Elève brillant des Ecoles Catholiques du Congo, il obtient son Certificat d’Etudes Primaires en 1967 à l’Ecole Primaire Saint Joseph de la Ville de Bandundu, alors Banningville. Après des études secondaires à l’Institut Saint Jean-Baptiste de la Salle, toujours à Bandundu, sanctionnées par un Diplôme d’Etat en 1973, il s’inscrit à la Faculté des Sciences Economiques de l’Université de Kinshasa (UNIKIN). En 1977 Il y décroche, avec mention Distinction, une License en Sciences Economiques, option économie internationale et monétaire. Nommé Professeur Assistant, Freddy Matungulu est aussi embauché, au cours de la même année, au siège de la Banque Zairoise/Congolaise du Commerce Extérieur (Banque du Peuple), à Kinshasa, en qualité d’analyste des crédits.

En 1980, en tant qu’Assistant à l’UNIKIN, il bénéficie d’une bourse du gouvernement américain et part Outre-Atlantique pour poursuivre ses études. Il obtient d’abord un diplôme spécial d’anglais et d’économie à The Economics Institute de l’Université du Colorado, à Boulder. Vient ensuite, en 1981, un diplôme d’Anglais de New York State University à Buffalo. En 1983, il obtient une Maîtrise en Economie Internationale à The Fletcher School, Tufts University, dans la région de Boston, Etat de Massachusetts.

Pendant la même période, il suit un enseignement d’économie à la prestigieuse université de Harvard, à Boston. Avide de connaissances, Il pousse son cursus universitaire plus loin et obtient un Doctorat en Sciences Economiques en 1986. Sa thèse de doctorat est intitulée : « Exchange Rate Policy, Resource Allocation and Growth Patterns in the Zairian Economy, 1967-1983” (“La politique des taux de change et son impact sur les mécanismes d’allocation des ressources et la croissance dans l’économie zaïroise: 1967- 1983”).

De retour au pays en 1986, il regagne la Faculté des Sciences Economiques de l’UNIKIN et se consacre au noble métier de l’enseignement. Comme Professeur Associé, il dispense les cours d’économie politique (Facultés des Sciences Economiques et de Droit) et de politique monétaire (Faculté des sciences économiques). Il enseigne aussi, pendant une année, le cours de Monnaie et Crédit à l’Institut Supérieur de Commerce de Kinshasa.

En quête d’expérience dans la gestion de l’Etat, le Professeur Matungulu accepte, de 1986 à 1992, des postes de conseiller dans plusieurs ministères de son pays:

  • Conseiller Spécial du Vice Gouverneur de la Banque Centrale du Congo
  • Conseiller Economique au Ministère du Plan
  • Conseiller Principal au Ministère des Transports et Communications
  • Conseiller Principal au Ministère du Commerce Extérieur
  • Conseiller Economique au Ministère du Budget
  • Coordinateur de la Cellule d’Etudes du Ministère du Budget
  • Conseiller Principal et Coordinateur du Collège des Conseillers Economiques et Techniques au Cabinet du Premier Ministre
  • Conseiller Principal au Cabinet du Ministère du Budget

En juillet 1992, il intègre le Fonds Monétaire International (FMI) à Washington DC, aux Etats Unis, en tant qu’économiste.

En 1994, il crée le Prix Professeur Matungulu, destiné à récompenser chaque année le meilleur étudiant de première licence en sciences économiques de l’UNIKIN (toutes options confondues). En effet, pour le Professeur Matungulu, un système éducatif de qualité, permettant la création de compétences nécessaires au bon fonctionnement des différents domaines de la nation, constitue le socle du développement socio-économique durable d’un pays.

En 1998, Freddy Matungulu se voit confier le poste de Représentant Résident du FMI au Cameroun, où il supervise à la grande satisfaction des autorités de ce pays, l’exécution d’un programme de réforme économique débuté en 1996 qui permettra au Cameroun de bénéficier d’un important allégement de sa dette extérieure au titre de l’Initiative en faveur des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).

En avril 2001, il est nommé Ministre de l’Economie, des Finances, et du Budget de la RDC. Durant son mandat à la tête de ce méga ministère, il exécute en un temps record un programme de stabilisation économique et financier, maîtrise l’inflation, stabilise la monnaie nationale et permet le retour de la croissance économique après plus d’une décennie de récession. La coopération multilatérale entre la RDC, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international est rétablie. La communauté internationale s’engage alors à soutenir le Congo dans ses efforts de redressement économique.

En Février 2003, Freddy Matungulu démissionne de son poste de Ministre des Finances. Décriant au sein du gouvernement des abus dans la gestion des ressources publiques, il préfère ne pas trahir ses convictions en abandonnant son poste d’argentier national.

En Juillet 2003, il regagne le Fonds monétaire international où il assure les fonctions d’économiste/ chef d’équipe pays pour la conception et le suivi des programmes économiques de nombreux pays ayant des accords d’assistance financière et technique avec le FMI.

M. Matungulu vient de prendre une retraite anticipée du Fonds monétaire international. Il entend participer à la course pour la présidentielle de 2016.

D’origine modeste, le Professeur Matungulu reconnaît volontiers que le privilège d’avoir étudié aux niveaux universitaire et postuniversitaire, suivi d’un parcours professionnel élogieux, n’a été possible pour lui que grâce aux diverses bourses d’études mises à la disposition de la jeunesse congolaise de sa génération par l’Etat zairois/congolais. Pour cette raison, il proclame sa volonté de toujours rester à la disposition de la nation congolaise, et de répondre favorablement à tout appel du peuple Congolais.

Homme de grande expérience et intègre, Freddy Matungulu présente le profil idéal du compatriote qui peut aider la RDC à se remettre au travail en utilisant au mieux les compétences de ses filles et fils.

A lire aussi

La RDC et ses martyrs 19 septembre

De nombreux Congolais et Congolaises étaient tombés, le 19 septembre 2016, à Kinshasa comme dans …

Laisser un commentaire