dimanche , 27 septembre 2020
Accueil / Afrique / Présidentielle : Séjour réussi pour Bemba en RDC ?

Présidentielle : Séjour réussi pour Bemba en RDC ?

Dans un communiqué signé en date du 6 août, la secrétaire générale du MLC remercie la population congolaise pour l’accueil qu’elle a réservé au sénateur Jean-Pierre Bemba à l’occasion de son retour dans son pays après 11 ans d’absence. Dans ce même message, Eve Bazaïba félicite les forces de l’ordre qui ont presté avec professionnalisme. Pour rappel, la Police/Ville de Kinshasa conduite par le Général Sylvano Kasongo n’a menagé aucun effort pour assurer la sécurité du leader du MLC.

Le commissariat provincial de la police ville de Kinshasa informe les kinoises et kinois que l’arrivée du sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo dans la capitale s’est déroulée globalement dans le calme. La police a encadré, avec professionnalisme, le cortège du sénateur de l’aéroport international de N’djili jusqu’au siège de son parti sur l’avenue de l’enseignement dans la commune de Kasavubu. Bien qu’ayant fait l’objet des insultes et provocations de la part des plusieurs accompagnateurs du cortège, la police n’a aucunement réagi.

Néanmoins, un incident a été enregistré à la hauteur du quartier Mikondo dans le district de la Tshangu. Un groupe d’inciviques s’est attaqué à la police avec des projectiles. Un véhicule de la police a été caillassé. Le sénateur Bemba a failli attraper un projectile sur le visage. C’est grâce à la vigilance des éléments commis à la sécurité du cortège que monsieur Jean-Pierre Bemba a gardé son intégrité physique. La police rappelle que conformément aux ordres reçus de la hiérarchie et d’après les arrangements trouvés avec le MLC lors des différentes réunions préparatoires, le cortège du sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo n’a pas été autorisé à franchir la commune de la Gombe pour des raisons d’ordre sécuritaire. Toutefois, le sénateur va loger dans un hôtel de la Gombe en attendant d’autres dispositions pratiques. KASONGO KITENGE Sylvano, Commissaire Provincial et comd ville de Kinshasa.

ACCUEIL AUX ALLURES ÉLECTORALES

Arrivé de Bruxelles dans la matinée d’hier mercredi 1er août à bord d’un avion privé, Jean-Pierre Bemba a reçu un accueil délirant à Kinshasa. Mobilisés, ses nombreux partisans ont tenu à lui réserver un triomphe, après les onze années dont dix passées dans les geôles de la Cour Pénale Internationale (CPI) de la Haye, aux Pays-Bas.

C’est sous le cri de « Igwe » (titre honorifique attribué aux chefs coutumiers au Nigeria, NDLR) que les Kinois ont accueilli Jean-Pierre Bemba Gombo hier mercredi 1er août à l’aéroport de Kinshasa. Tassés le long du Boulevard Lumumba, des dizaines de milliers de militants et sympathisants du MLC ont pris d’assaut l’aéroport de N’djili dès les premières heures de la matinée.

Encadrés par quelques dizaines de policiers, sans armes, ils étaient tout heureux d’attendre le retour du président national du Mouvement de Libération du Congo (MLC) qui vient, comme promis, déposer sa candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain. Munis de leurs sifflets et « vuvuzelas », ils étaient fiers de brandir leurs banderoles sur lesquelles on pouvait lire des messages de bienvenue à Jean-Pierre Bemba.

D’autres agitaient à cœur joie des rameaux ainsi que des drapeaux et drapelets bleus et jaunes, les couleurs symboliques du MLC. Fiers de leur parti, ces militants du MLC arboraient des tee-shirts blancs à l’effigie de leur leader. Sur leurs dos, transparaissait en gros la mention ‘‘Avec Dieu, nous avons vaincu’’, qui remplace désormais le slogan d’antan : ‘‘Avec Dieu, nous vaincrons’’.

Un signe dans le ciel

En attendant l’arrivée du ‘‘chairman’’, des militants du MLC, venus des quatre coins de la ville, ne cessaient d’affluer par centaines, fredonnant des cantiques exaltant leur leader et hostiles au chef de l’Etat et à la CPI. Certains manifestants sont même allés jusqu’à ressusciter le drapeau du Zaïre de Mobutu, en entonnant l’ancien hymne national « La zaïroise ».

Rivés à leurs téléphones, ils ont subitement explosé de joie lorsqu’ils ont appris que l’aéronef de Jean-Pierre Bemba venait d’atterrir. Tout le monde ne pouvait toutefois pas accéder au tarmac.

Il leur a fallu attendre plus d’une heure pour espérer voir celui qu’ils appellent affectueusement « Igwe ».Et lorsque, fixant le firmament, ils ont vu apparaitre autour du soleil une couronne auréolée des couleurs d’arc-en-ciel, ils se sont mis à jubiler. ‘‘C’est justement un signe du ciel qui nous montre que la royauté de Bemba est proche’’, commentaient aussitôt quelques militants.

‘‘Jean-Pierre Bemba, c’est l’espoir de l’alternance’’

Pendant ce temps, au salon d’honneur de l’aéroport de N’Djili, Jean-Pierre Bemba se retrouvait pour quelques minutes dans un cercle réduit avec ses proches. Accueilli par une délégation des cadres de son parti, conduite par la Secrétaire générale du parti, Eve Bazaïba, il renouait aussi des contact avec ses collègues sénateurs du MLC, venus les réconforter. Parmi eux, un de ses fidèles, le professeur Jacques Djoli.

L’air grave, Jean-Pierre Bemba n’a prononcé qu’une courte phrase dans le cercle restreint : « Je suis content de rentrer chez moi ». Enthousiasmée aussi par son arrivée, la Secrétaire générale du MLC, Eve Bazaïba : ‘‘Le retour de Jean-Pierre Bemba, c’est l’espoir de l’alternance. S’il n’y a pas d’alternance, la démocratie est comme asphyxiée’’, a-t-elle déclaré à la presse.

‘‘Avec dieu, nous avons vaincu’’

Près de deux heures après son atterrissage, le ‘‘chairman’’et sa suite ont levé l’ancre pour communier avec leurs partisans. Leur collège s’est ébranlé vers le Boulevard Lumumba où des dizaines de milliers de militants, sympathisants et curieux, arrivés sur le lieu depuis 6 heures, attendaient le patron du MLC. A bout de patience, la foule en liesse est allée « cueillir » Jean-Pierre Bembaà l’entrée même de l’aéroport, obstruant du coup le passage sur la grand’ route.

A 11h15, lorsque sa Mercédès blanche franchit les grilles qui mènent sur le Boulevard du 30 juin, la foule se déchaîne. « Igwe ! Igwe ! Jean-Pierre Bemba est bel et bien parmi nous ! », scandent ses militants en délire. Soufflant sur leurs sifflets et « vuvuzelas », ils agitent à cœur joie qui un rameau, qui une banderole, qui un drapeau, qui un drapelet aux couleurs du MLC.Tout autour de la jeep blanche transportant le nouvel arrivant, se bousculent des dizaines de membres du parti, arborant des tee-shirts blancs à l’effigie de Jean-Pierre Bemba.

Sous une pluie d’ovations

Confronté à la masse compacte, tassée au travers du boulevard, le véhicule de Bemba, ceinturé de jeeps de la Police nationale congolaise, est contraint d’avancer à pas de tortue. Difficile ici de se frayer un chemin.Occasion pour les ‘‘Saints Thomas’’ présents d’exiger au ‘‘libéré de la CPI’’ de se montrer au grand public.

Se pliant à la demande de ses partisans, Jean-Pierre Bemba se dresse du siège pour saluerla foule, à partir du toit coulissant de sa jeep. Le poing levé, à la manière de Nelson Mandela sortant d’une prison où il a passé plus de 27 ans, il reçoit une pluie d’ovations de la part de ses sympathisants qui crient haut et fort : « Igwe ! ».

A une dizaine de reprises, sous la pression de la masse, le candidat annoncé à la présidentielle du 23 décembre 2018 s’extirpe du toit de sa jeep pour saluer la foule et être ovationné. On l’a même vu se lever aux côtés de son épouse Liliane, qui l’a soutenu pendant les dix années d’incarcération.

« L’heure a sonne pour qu’il prenne le pouvoir »

« Jean-Pierre Bemba est revenu plus beau qu’il était parti ! L’heure a maintenant sonné pour qu’il prenne le pouvoir », lâche un admirateur, ébloui de le voir regarder de temps en temps sa montre dorée et supplier une foule qui lui barre la route de céder le passage. Mais, l’appel est loin d’être suivi, la population tenant à voir ‘‘le chairman’’ descendre de sa voiture et marcher avec elle. Même les pressions des forces de l’ordre n’ont pas suffi pour faire bouger les lignes.

Mobilisés pour assurer la protection de Jean-Pierre Bemba, la Police a déployé, depuis la veille, un important dispositif sécuritaire le long de principales artères de la capitale. L’effectif déployé a toutefois été jugé insuffisant pour contenir la population attendue, estimée à environ un million de personnes, selon Eve Bazaïba qui a dû négocier la veille avec la hiérarchie de la Police et,quelques jours plus tôt, avec le Gouverneur de la ville pour que l’effectif d’agents de l’ordre soit revu à la hausse. En vain.

La débandade

Bien avant l’atterrissage de Jean-Pierre Bemba, la Police a tâché de contenir la foule, la maintenant tout au bord du boulevard. Mais dès l’arrivée de Bemba, elle a été débordée. Des curieux se sont mêlés aux militants, perturbant la circulation. Freinée pendant une heure et demie le long de la clôture de l’aéroport, la police a fini par recourir au gaz lacrymogène aux environs de 12h30 pour frayer le passage au cortège.

Une débandade s’en est suivie. Plusieurs enfants, entrainés sur le lieu par leurs aînés se sont égarés et certains ont été percutés par des véhicules.

Pendant ce temps, le cortège a trouvé la voie libre pour se rendre au siège provincial du MLC, sur l’avenue de l’Enseignement, où des milliers d’autres partisans attendaient impatiemment leur « Igwe » depuis 7 heures du matin.

[avecYves KALIKAT]

A lire aussi

Les oubliés : Chronique des Héros de Wenge Musica

C’est le nom de cette chronique qui retrace dans les moindres détails les noms et …

Laisser un commentaire