lundi , 21 septembre 2020
Accueil / Afrique / Malnutrition : Les chiffres sont effrayants en RDC

Malnutrition : Les chiffres sont effrayants en RDC

La malnutrition est un problème de santé publique. Elle préoccupe plus d’un congolais, car les chiffres sont effrayants. 21 provinces de la République sont touchées par ce fléau, selon les dernières données statistiques. La même source indique que 6 provinces de la RDC dépassent 50% de prévalence, ce qui est considéré comme un seuil d’urgence. En plus, 43% des enfants de moins de 5 ans souffrent de la malnutrition chronique soit un enfant sur 2 a une forme de malnutrition longtemps ignorée ayant des conséquences dévastatrices. Cette problématique était au centre d’une tribune organisée par les journalistes amis de l’enfant (RJAE) en partenariat avec l’UNICEF afin de sensibiliser la communauté sur les conséquences liées à cette maladie et inciter le gouvernement à faire de la nutrition sa priorité en augmentant le budget alloué pour renverser la tendance.

Pour ce faire, le directeur de Pronanut, la cheffe de section nutrition à l’UNICEF/RDC, le chef de département nutrition à l’école de santé publique et le représentant de bailleurs, le chargé de programme à la coopération Suisse étaient mis en contribution pour répondre aux préoccupations des journalistes sur la malnutrition chronique, les défis à relever et les perspectives. Les intervenants n’ont pas manqué de mettre un accent sur la situation actuelle dans le Kasaï où la moitié des enfants de moins de 5ans souffre d’un retard de croissance.

La malnutrition est une maladie grave due à un déséquilibre d’apport alimentaire qui ne satisfait pas les besoins de l’organisme, a expliqué Dr Guylain Kaya de Pronanut. Selon lui, la malnutrition peut être chronique ou aigue avant de poursuivre chronique, c’est quand l’enfant connait un retard de croissance et aigue, lorsqu’il y a un problème de déséquilibre d’apport alimentaire qui peut être en excès, là on parle de l’obésité ou tout comme en carence, on fait allusion au Kwashiorkor. Et de souligner, cette forme de malnutrition aigue constitue un boulevard pour d’autres maladies qui conduisent à la mortalité.

Pour renverser la tendance, le directeur de Pronanut a fait savoir que le gouvernement et ses partenaires se mobilisent avec des différentes interventions. Parmi les quelles, les interventions préventives qui consistent notamment à allaiter exclusivement l’enfant durant les 1000 jours qui suivent sa naissance, la consultation préscolaire pour le suivi de la croissance de l’enfant jusqu’à 5ans. Dans sa conclusion, Guylain Kaya a exhorté le gouvernement à accroitre ces efforts dans la nutrition qui doit être sa priorité afin de contribuer à la fin de la mortalité infanto-Juvénile.

MALNUTRITION MULTIFACTORIELLE

Le chef de département nutrition à l’école de santé publique est d’avis que la malnutrition est multifactorielle et résulte d’une conjonction de causes immédiates, sous-jacentes et fondamentales. A en croire Ali Mapatano52% des nourrissons de moins de 6 mois n’est pas allaité exclusivement au sein, 9,3% seulement des enfants de 6 à 23 mois reçoivent une diète minimale acceptable, 38% de la population à un régime alimentaire pauvre et limité, la moitié des ménages a accès à une source d’eau améliorée et 18% des ménages utilisent un assainissement approprié.

Il n’a pas manqué de relever que la réponse à cette problématique doit êtremultisectorielle. C’est ainsi, qu’il demande au gouvernement de multiplier les efforts pour renverser la tendance car, la malnutrition compromet d’avenir d’une nation.

Pour sa part, la cheffe de section nutrition à l’UNICEF a souligné les conséquences de la malnutrition. Face au tableau sombre de ce fléauen RDC, l’UNICEF est déterminé à faire de la lutte contre la malnutrition des enfants, précisément la malnutrition chronique une priorité dans le cadre de son programme de coopération avec le gouvernement.

Inès Lezama a fait remarquer qu’à matière de nutrition, ce ne sont pas seulement les enfants qui meurent dont le nombre est estimé à 160.000 enfants de moins de5 ans chaque année, mais également des femmes suite à une anémie. La malnutrition, a-t-elle martelé, entraine des déficits cognitifs qui se manifestent par des difficultés de mémoire, une lenteur intellectuelle ou des troubles spécifiques d’apprentissages en lecture, écriture ou encore en mathématiques. Avant de mentionner que sur le plan économique, la RDC enregistre des pertes énormes estimées entre 3 et 8% du produit intérieur brut, soit une perte annuelle de plus d’un milliard d’USD.

BESOIN DE FINANCEMENT ADDITIONNEL

Le représentant du groupe inter bailleur nutrition en RDC a reconnu que les besoins sont énormes et il y a nécessité des financements additionnels pour booster le secteur de nutrition en RDC. Il a fait remarquer que la coopération suisse soutient les efforts du gouvernement dans le secteur de la santé et dans d’autres domaines tels que la nutrition.

Cependant, Eustache Ndokabiya Dunia a rappelé que c’est depuis 2015 que la coopération suisse avec le gouvernement, le FAO, le PAM et l’UNICEF a développé ensemble un modèle pilote d’un projet de lutte contre la malnutrition dans le Sud-Kivu où un enfant sur deux souffre de la malnutrition chronique. Dans le cadre de ce programme, le groupe inter bailleurs a apporté quelques ressources techniques et financières, qui au bout de deux ans, le projet a aidé les femmes enceintes et les enfants de moins de 5ans en dépit de certains défis sur lesquels il travaille avec le gouvernement et les agences des NU et la société civile pour mener des efforts ensemble dans la lutte contre la malnutrition.

En outre, il a évoqué l’approche innovante qui va au délà du domaine de la santé. Cette approche s’articule autour de 4 axes qui sont entre autres le développement des mécanismes sensibles à la malnutrition, faire des interventions qui ciblent la population vulnérables, les activités visant à assurer la sécurité alimentaire à travers l’agriculture ainsi que le changement de comportement. Le groupe inter bailleur est composé notamment de l’UE, USAID, UKAID, la Banque Mondiale ainsi que le CANADA.

[Mathy MUSAU]

A lire aussi

Les oubliés : Chronique des Héros de Wenge Musica

C’est le nom de cette chronique qui retrace dans les moindres détails les noms et …

Laisser un commentaire