samedi , 15 décembre 2018
Accueil / Business / Kaaris et ses khros corrigés ? : Booba, le vraie Gangster du ghetto français ?

Kaaris et ses khros corrigés ? : Booba, le vraie Gangster du ghetto français ?

Dernière mise à jour, le 14 août 2018 à 11:17

Luc*, vendeur au sein d’une boutique voisine, a assisté à la scène. « Pour moi, la bande de Kaaris attendait Booba, affirme-t-il. J’ai vraiment perçu une sorte de guet-apens. Ils l’avaient repéré dans le sas de sécurité avant la salle d’embarquement. D’ailleurs, on se doutait que ça allait chauffer : des clients en parlaient avant que cela ne se produise. » Selon le jeune homme, « les proches de Kaaris se sont précipités sur Booba dès qu’ils l’ont vu, et l’ont frappé avant même de dire un mot. Je pense qu’ils étaient sept dans chaque bande à peu près. C’est allé très vite, peut-être en cinq minutes. » Dans les nombreuses vidéos circulant sur les réseaux sociaux, on voit les groupes d’hommes s’échanger des coups violents dans les couloirs de la salle d’embarquement de l’aéroport, très fréquenté en cette période estivale, et entre les rayons de la boutique duty free, saccagée. Selon l’AFP, le responsable du magasin souhaiterait porter plainte. « Quand on parle, faut assumer ! », exulte Booba dans une vidéo tournée au moment où les forces de l’ordre semblent reprendre la situation en main. Avant de narguer son homologue : « Va à l’infirmerie, khro (frère, ndlr) ». Peu après, Luc a apporté des mouchoirs et des pansements à certains des individus impliqués. « Il y avait du sang par terre, relate-t-il. J’ai vu au moins cinq blessés, davantage au sein du clan de Kaaris que celui de Booba, avec les mains ouvertes ou des blessures à la tête. » Selon nos informations, les secours ont brièvement examiné deux hommes, victimes de coups de bouteille.

Les rappeurs Booba et Kaaris ont été interpellés et placés en garde à vue mercredi à l’aéroport d’Orly après une bagarre ayant également impliqué des membres de leur entourage, qui a provoqué retards de vols et fermeture temporaire d’un hall. Onze personnes ont au total été interpellées par la police aux frontières après cette altercation qui a eu lieu dans une salle d’embarquement du hall 1 du terminal ouest, selon des sources policière et aéroportuaire.

« Un petit nombre de vols a été retardé de 15 à 30 minutes au moment de la bagarre et le hall a été temporairement fermé », a indiqué Paris Aéroport à l’AFP.

Dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux par des passagers, on voit des hommes se battre entre les rayons d’une boutique et dans les couloirs d’une salle d’embarquement de l’aéroport, très fréquenté en cette période estivale.

Les embarquements prévus dans ce hall ont été temporairement reportés vers d’autres zones, selon Paris Aéroport.

Les deux rappeurs se rendaient chacun de leur côté à un concert à Barcelone, a indiqué une source aéroportuaire.

Des dégâts ont été occasionnés dans une boutique de duty free, dont le responsable devait porter plainte, selon cette même source.

Triste spectacle

Vraie bagarre ou buzz orchestré ? S’interroge les observateurs.

Luc*, vendeur au sein d’une boutique voisine, a assisté à la scène. « Pour moi, la bande de Kaaris attendait Booba, affirme-t-il. J’ai vraiment perçu une sorte de guet-apens. Ils l’avaient repéré dans le sas de sécurité avant la salle d’embarquement. D’ailleurs, on se doutait que ça allait chauffer : des clients en parlaient avant que cela ne se produise. »

Selon le jeune homme, « les proches de Kaaris se sont précipités sur Booba dès qu’ils l’ont vu, et l’ont frappé avant même de dire un mot. Je pense qu’ils étaient sept dans chaque bande à peu près. C’est allé très vite, peut-être en cinq minutes. »

Dans les nombreuses vidéos circulant sur les réseaux sociaux, on voit les groupes d’hommes s’échanger des coups violents dans les couloirs de la salle d’embarquement de l’aéroport, très fréquenté en cette période estivale, et entre les rayons de la boutique duty free, saccagée. Selon l’AFP, le responsable du magasin souhaiterait porter plainte.

« Quand on parle, faut assumer ! », exulte Booba dans une vidéo tournée au moment où les forces de l’ordre semblent reprendre la situation en main. Avant de narguer son homologue : « Va à l’infirmerie, khro (frère, ndlr) ».

Peu après, Luc a apporté des mouchoirs et des pansements à certains des individus impliqués. « Il y avait du sang par terre, relate-t-il. J’ai vu au moins cinq blessés, davantage au sein du clan de Kaaris que celui de Booba, avec les mains ouvertes ou des blessures à la tête. » Selon nos informations, les secours ont brièvement examiné deux hommes, victimes de coups de bouteille.

La guerre d’ego dure depuis des années entre le « Duc » de Boulogne, 41 ans, et celui qui fut un temps son protégé, de trois ans son cadet. Le premier avait intronisé le second en 2012 avec le titre en duo « Kalash ». Mais depuis 2013, c’est la guerre entre les deux hommes. À l’origine de cette inimitié très scénarisée, une autre dispute…

« Quand j’étais en clash avec Rohff et La Fouine, Kaaris n’est pas intervenu, lâchait Booba en 2015 dans une interview accordée aux Inrockuptibles. Nous avons organisé une interview pour qu’il marque son soutien mais il flippait. Ce mec je l’ai fait, je l’ai modelé, mais il a refusé de se mouiller ».

Les deux hommes s’invectivent depuis régulièrement sur les réseaux sociaux et en concert. C’est toutefois la première fois qu’ils en viennent aux mains.

Fort de 2,5 millions d’albums vendus, Booba était attendu ce mercredi soir en Espagne pour un showcase au Pacha, à Barcelone. C’est dans l’attente de ce vol que l’altercation s’est produite. Dans un communiqué, son avocat, Me Yann Le Bras, « constate qu’un groupe d’individus comprenant le rappeur Kaaris s’en est pris à Booba qui était sur le point d’embarquer ».

« Il est clair sur les vidéos que ce groupe est arrivé de façon agressive et déterminée et a tenté de l’encercle, estime-t-il. À partir de ce moment là seulement, Booba et ses accompagnateurs se sont défendus jusqu’à disperser ce groupe agresseur ».

[avec Agence, (*) un nom d’emprunt]

A lire aussi

Discours : Macron n’a pas convaincu les « gilets jaunes »

Emmanuel Macron a tenté lundi de calmer la colère des « gilets jaunes » en annonçant une …

Laisser un commentaire