dimanche , 19 août 2018
Accueil / Afrique / Linafoot : Sanga Balende victime d’injustice et de partialité

Linafoot : Sanga Balende victime d’injustice et de partialité

Sa Majesté Sanga Balende conditionne sa participation à la prochaine édition de la Vodacom Ligue 1 à la démission du comité dirigé par Bosco Mwehu. L’équipe de Mbuji-Mayi se dit victime d’injustice et de partialité de la part de la commission de gestion du championnat national de la Division I congolaise. L’annonce a été faite lundi 16 juillet au cours d’une énième sortie médiatique du président de coordination des Anges et saints, Alphonse Ngoyi Kasanji. « Avec regret, j’annonce que Sanga Balende conditionne sa participation à la prochaine édition de la Linafoot par la démission du comité Mwehu, nommé unilatéralement par la Fecofa. Ce Comité fait preuve de partialité à l’égard de certains clubs. Quel que soit le délai que cela prendra. C’est une décision formelle et qui ne sera revue sous aucun prétexte », a-t-il fait savoir. « Nous avons vécu le pire avec cette commission nommée. Elle a fait des scandales en championnat national. Pourtant, nous avons connu des Comités élus. Bien que ces derniers aient leurs appartenances, ils s’efforçaient quand même de faire respecter le règlement. Mais avec M. Mwehu, nous avons vécu le banditisme. Au moins 18 changements des officiels « , tempêtait-il.

Le numéro 1 de cette formation sportive n’a pas mâché ses mots pour manifester son inquiétude à l’encontre des dirigeants de l’instance organisatrice du football congolais.

Devant la presse de sa province, Ngoyi Kasanji s’est dit déçu par « l’incompétence du Comité exécutif de l’ex-Linafoot ». Et pour lui, le mieux serait que son club, Sanga Balende, se retire et qu’il ne joue pas la Linafoot jusqu’au changement du Comité de gestion.

« Avec regret, j’annonce que Sanga Balende conditionne sa participation à la prochaine édition de la Linafoot par la démission du comité Mwehu, nommé unilatéralement par la Fecofa. Ce Comité fait preuve de partialité à l’égard de certains clubs. Quel que soit le délai que cela prendra. C’est une décision formelle et qui ne sera revue sous aucun prétexte », a-t-il fait savoir.

« Nous avons vécu le pire avec cette commission nommée. Elle a fait des scandales en championnat national. Pourtant, nous avons connu des Comités élus. Bien que ces derniers aient leurs appartenances, ils s’efforçaient quand même de faire respecter le règlement. Mais avec M. Mwehu, nous avons vécu le banditisme. Au moins 18 changements des officiels « , tempêtait-il.

Sanga Balende a terminé la 23ème édition du championnat d’élite au pied du podium, après avoir mené le peloton durant 17 journées. Il a perdu son dernier duel pour une 3ème place, synonyme de la participation à la coupe de la Confédération, face à Dcmp qui décroche le dernier ticket des interclubs.

Cette situation de vouloir le départ du Comité en place n’est pas un cas isolé. La dernière en date était celle de Shark XI avant le début de la saison 2017-2018 en cours. Dans la pléthore de reproches faits au Comité de l’époque, chapeauté par Jeff Kapondo, il y avait le manque du sponsor, le non-respect du calendrier, les violences dans les stades, le favoritisme, les reports intempestifs des matches, les sanctions infligées de façons partielle et partiale et le non-respect des textes. Bref, la mauvaise gestion.

« Le conseil d’administration de Shark avait déposé une lettre à la Linafoot et à la Fecofa, pour dire que ce club suspend sa participation à la Ligue nationale de Football », avait déclarée Secrétaire général de Shark, Marcel Lunda.

Le Club de la Gombe malgré les discussions avec le Comité, n’avait toutefois pas changé d’avis. L’édition 2017-2018 s’est jouée sans Shark XI.

[Bahati KASINDI]

A lire aussi

FCC de « Kabila » : Volonté dominante pour imposer le dauphin

La manière dont il a été procédé à ce choix laisse présager une volonté dominante …

Laisser un commentaire