vendredi , 19 octobre 2018
Accueil / Afrique / John NUMBI : Nomination d’un criminel et un assassin au sein de FARDC

John NUMBI : Nomination d’un criminel et un assassin au sein de FARDC

Le Général John Numbi Banza Tambo, a été nommé Inspecteur général des Forces armées de la RD Congo (FARDC), au terme d’une ordonnance, parmi tant d’autres signées le samedi 14 juillet par le Président Joseph Kabila. Impliqué dans l’assassinat de Floribert Chebeya Bahizire et de son chauffeur Fidèle Bazana Edadi, John Numbi Banza Tambo, alors patron de la police nationale congolaise (PNC), reste le principal suspect.

Le 1er juin 2010, celui-ci avait donné rendez-vous à Chebeya au Quartier général de la PNC. Le corps de ce militant des droits de l’Homme sera retrouvé le lendemain sans vie. Son collaborateur Bazana n’a plus été revu. Volatilisé. La vérité dans ce double crime d’Etat est détenue par une sorte d’« association de malfaiteurs » composée de quatre personnes : « Joseph Kabila », le « général » John Numbi Banza Tambo, le « colonel » Daniel Mukalay wa Mateso et le « major » Christian Ngoy Kenga-Kenga. Face à l’impuissance de la justice congolaise, il ne reste plus aux familles de victimes qu’à saisir les instances judiciaires internationales.

Au cours de la conférence de presse tenue, ce lundi 16 juillet 2018 à Kinshasa, le directeur exécutif de la VSV, Rostin Manketa, a exprimé non seulement sa déception mais également ses inquiétudes quant à la sécurité des Défenseurs des Droits Humains (DDH) en général et ceux de la VSV en particulier.

Pour cette organisation de la société civile, la nomination en qualité d’Inspecteur général des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) constitue « une menace pour les défenseurs des droits de l’homme en RDC ».

« La déception et les inquiétudes de la VSV sont grandes car le général John Numbi Banza Tambo est toujours considéré par les Défenseurs des Droits Humains comme le suspect n°1 dans l’assassinat des défenseurs de droits humains Floribert Chebeya Bahizire, ancien Directeur exécutif et Fidèle Bazana Edadi, Chauffeur, chargé de dispaching, tous deux membres effectifs de la VSV », s’est indigné Rostin Manketa.

Pour la VSV, le procès organisé en RDC sur ledit assassinat n’a jamais contribué à la manifestation de la vérité sur les circonstances réelles de l’assassinat de deux défenseurs des Droits Humains précités.

Aussi, la VSV pense-t-elle que pour avoir été cité dans l’assassinat, dès le premier jour de la découverte du corps sans vie de Floribert Chebeya, le général John Numbi suspendu de ses fonctions depuis le 05 juin 2010jusqu’au 14 juillet 2018, consécutivement à cette affaire n’aurait pas dû bénéficier d’une nomination à une fonction aussi importante que celle d’Inspecteur Général des FARDC appelé entre autres à « veiller à la discipline et au respect des droits humains au sein des FARDC ».

« Une mission de représailles » ?

En outre, la VSV considère que « la nomination du Général John Numbi Banza Tambo frise une prime à l’impunité de violation des droits des défenseurs des Droits humains en Rd Congo et un motif réel d’inquiétudes pour ces derniers au regard du contexte socio-politique de l’heure au pays », a poursuivi Rostin Manketa.

Ainsi, la VSV craint qu’« à la suite de l’assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana que le Général John Numbi, fort aujourd’hui de ses nouvelles fonctions en RDC, soit chargé d’une autre mission de représailles contre les Défenseurs des Droits humains, en général, et les membres de la VSV, en particulier ».  Dans la même veine, le président national de l’Association africaine de défense des Droits de l’homme (ASADHO), Jean Claude Katende, considère que « la nomination des militaires frappés par les sanctions ciblées est un message clair: les prochains jours seront difficiles », a-t-il prédit sur sa page Facebook.

Par ailleurs, la VSV prend à témoin l’opinion nationale et internationale, les autorités congolaises en général et le Président de la République en particulier sur la sécurité de tous les défenseurs des Droits humains congolais, particulièrement les membres de la VSV. Ce, compte tenu des antécédents liés à la lutte que mènent ces derniers pour que justice soit rendue à Floribert Chebeya et à son compagnon d’infortune, Fidèle Bazana.

En définitive, la VSV exige au Chef de l’Etat de « relever de ses nouvelles fonctions le Général John Numbi Banza Tambo afin de se conformer, entre autres, à la Déclaration des Nations Unies de 1998 sur la protection des Défenseurs de Droits Humains », a déclaré le Directeur exécutif de la Voix des sans Voix.

A lire aussi

"M.B.S.", Mister Bone Saw, the crown prince of Saudi Arabia.

Jamal Khashoggi : Mohammed Ben Salman, un meurtrier de sang-froid

Dernière mise à jour, le 18 octobre 2018 à 11:01 Le secrétaire d’Etat Mike Pompeo …

Laisser un commentaire