samedi , 18 août 2018
Accueil / Afrique / Viols de Paris : Koffi OLOMIDE interdit d’entrer en Zambie sur instruction de la France
Koffi OLOMIDE - head down.
Koffi OLOMIDE - head down.

Viols de Paris : Koffi OLOMIDE interdit d’entrer en Zambie sur instruction de la France

Dernière mise à jour, le 17 août 2018 à 12:48

Le Rambo de la musique congolaise, Koffi Olomide, mis en examen lundi 13 Février 2012 par une juge d’instruction de Nanterre pour viols et séquestrations de trois ex-danseuses de son groupe, s’apprête pour une petite tournée musicale en Afrique Australe. La star de la rumba romantique doit, en principe, ouvrir son périple par Lusaka où elle est vivement attendue pour deux productions sélectes. Mais, les dernières nouvelles à notre possession renseignent que la Zambie refuse l’entrée sur son sol au chanteur congolais, sur instruction de la France. D’où, ces deux concerts prévus le week-end prochain ont été annulés dans la capitale Zambienne. Selon nos fins limiers, les autorités Zambienne ont décidé de fermer leurs portes à Koffindy à cause des allégations criminelles qui pèsent sur lui dans ce pays d’Afrique australe et en France. Koffi ne peut plus fouler le sol français où il serait immédiatement incarcéré.

Après sa dernière soirée réussie, dans le cadre de la célébration de ses 62 ans d’âge à Kinshasa, le Rambo de la musique congolaise, Koffi Olomide, qui a été honoré par la présence de Fally IPupa, s’apprête pour une petite tournée musicale en Afrique Australe. La star de la rumba romantique doit, en principe, ouvrir son périple par Lusaka où elle est vivement attendue pour deux productions selectes.

Mais, les dernières nouvelles à notre possession renseignent que la Zambie refuse l’entrée sur son sol au chanteur congolais, sur instruction de la France.

D’où, ces deux concerts prévus le week-end prochain ont été annulés dans la capitale Zambienne.

Selon nos fins limiers, les autorités Zambienne ont décidé de fermer leurs portes à Koffi Olomidé à cause des allégations criminelles qui pèsent sur lui dans ce pays d’Afrique australe et en France.

Il lui est reproché surtout une agression sur un photojournaliste en Zambie lors d’une précédente tournée musicale. Avant sa visite annulée, la star Congolaise a décrit la Zambie comme sa “deuxième maison” et a déclaré qu’il aimerait se produire dans ce pays avant de “mourir”.

Mopao Mokonzi avait même reconnu sa faute et a présenté ses excuses qui ont été également diffusées par la radio zambienne, rapportent des sources concordantes. Certes, l’artiste n’aborde pas spécifiquement les allégations contre lui, mais dit qu’il aime les femmes zambiennes. Qu’à cela tienne, le gouvernement zambien avait prévenu que Koffi Olomidé serait arrêté si jamais il mettait ses pieds dans ce pays. Le chanteur de 62 ans est également accusé d’avoir agressé sexuellement ses danseuses, de les avoir séquestrées et de les avoir fait travailler sans permis en France.

Le patron du groupe Quartier Latin n’est pas étranger à ce type de revers et de controverses. En 2016, rappelle-t-on, il a été filmé en train de donner des coups de pied à sa danseuse à son arrivée au Kenya. Il a été rapidement expulsé du pays.

De son côté, l’artiste se refuse à tout commentaire au sujet de ce feuilleton zambien, qui fait bouger la toile.

Viols de Paris

Koffindy était censé tenir deux spectacles en Zambie ce mois-ci, mais le Réverend Godfridah Sumaili, ministre de l’Orientation et des Affaires religieuses, avait prévenu qu’il serait arrêté dès qu’il mettrait le pied dans le pays. Samedi, l’ambassade de France en Zambie a également appelé à l’arrestation de Koffi. L’Ambassadeur de France en Zambie, Sylvain Berger, a menacé d’impliquer Interpol pour arrêter Koffindy, qui, selon lui, n’a pas encore été blanchi des accusations de viols portées contre lui en France.

Koffi Olomide a été mis en examen lundi 13 Février 2012 par une juge d’instruction de Nanterre pour viols et séquestrations de trois ex-danseuses de son groupe. Koffindy, a selon les quatre danseuses, assouvi sa libido quand bon lui semblait, avec des pratiques digne d’un sadomasochiste, dans un appartement loué pour elles dans la capitale française. Appartement que les jeunes filles ne devaient quitter sous aucun prétexte au risque de se faire brutaliser par les hommes de main du musicien.

Une danseuse y relate son quotidien lors des tournées françaises de Koffi Olomide : « Dès que le concert était terminé, on devait rentrer à la maison, à Asnières. On était gardées par trois vigiles. On était quatre dans la même chambre, on n’avait pas le droit de sortir sans autorisation. Je ne pouvais pas téléphoner, même à ma mère. On était payé 100 euros pour un concert de minuit à six heures de matin. On était forcées de coucher avec lui : il appelait un vigile pour qu’il amène une danseuse à l’Etape Hôtel ». Puis elle décrit la brutalité sexuelle de l’un des pères de la rumba congolaise également redouté pour ses pratiques mystiques : « il fait de la magie, des trucs bizarres, il nous soufflait sur le corps ». Lorsque ce n’était pas à l’hôtel, les « viols » se déroulaient parfois dans le studio d’enregistrement ou dans les toilettes d’un supermarché d’Asnières, se souvient une autre danseuse âgée de quatorze ans à l’époque des faits. « Il m’a demandé de l’accompagner faire des courses. (…) Il m’a demandé de déposer le caddie, que j’aille aux toilettes et que je ne ferme pas la porte. Après, il est venu. (…) Il m’a dit que je me tourne et a fait rentrer son truc. (…) J’avais mal. Il m’a dit “ne crie pas” parce qu’il y avait des gens à côté ». Celles qui se refusaient à lui étaient renvoyées. Ces danseuses ont aussi vécu enfermées dans la maison à Kinshasa de la mère du chanteur. À côté de cette maison-prison, il y a un hôtel où les vigiles amenaient des danseuses contraintes d’assouvir les pulsions de la star qui les y attendait, entièrement nue. Les viols étaient réguliers et brutaux.

Antoine Christophe Agbepa Mumba (né 13 juillet 1956), connu professionnellement sous le nom de Koffi Olomide, ne peut plus fouler le sol français où il serait immédiatement incarcéré.

ZNWL se félicite de l’interdiction du musicien congolais Koffi Olomide

Le Lobby national des femmes de Zambie (ZNWL) a salué la décision du gouvernement d’empêcher Koffi Olomide, de se produire en Zambie.

Nous pensons, comme beaucoup de Zambiens, que Koffi Olomide devrait d’abord être débarrassé de toutes les accusations portées contre lui avant qu’il puisse effectuer un concert sur le sol zambien.

Il est triste de constater que l’illustre carrière musicale de Koffi Olomide a été entachée d’allégations de violations des droits de l’homme et d’abus, en particulier de femmes, dont il a la garde en raison de son emploi.

Nous avons regardé des images de l’incident malheureux dans lequel Koffi Olomide a physiquement agressé une danseuse au Kenya, un incident qui a entraîné son interdiction temporelle de se produire en Zambie et dans de nombreux autres pays.

Ce qui est pire est que de toutes les indications, Koffi Olomide ne semble pas avoir réformé, et n’a pas de remords, comme les rapports de son comportement violent et abusif continue à faire surface.

Un musicien reconnu par Koffi devrait être à l’avant-garde de la défense d’un monde meilleur par le respect des droits de l’homme pour tous.

Nous applaudissons donc le gouvernement pour la décision d’interdire Koffi Olomide jusqu’à ce qu’il soit blanchi de toutes les accusations.

Nous pensons, comme beaucoup de Zambiens, que Koffi Olomide devrait d’abord être débarrassé de toutes les accusations portées contre lui avant qu’il puisse effectuer un concert sur le sol zambien.

Il est triste de constater que l’illustre carrière musicale de Koffi Olomide a été entachée d’allégations de violations des droits de l’homme et d’abus, en particulier de femmes, dont il a la garde en raison de son emploi.

Nous avons regardé des images de l’incident malheureux dans lequel Koffi Olomide a physiquement agressé une danseuse au Kenya, un incident qui a entraîné son interdiction temporelle de se produire en Zambie et dans de nombreux autres pays.

Ce qui est pire est que de toutes les indications, Koffi Olomide ne semble pas avoir réformé, et n’a pas de remords, comme les rapports de son comportement violent et abusif continue à faire surface.

Un musicien reconnu par Koffi devrait être à l’avant-garde de la défense d’un monde meilleur par le respect des droits de l’homme pour tous.

Nous applaudissons donc le gouvernement pour la décision d’interdire Koffi Olomide jusqu’à ce qu’il soit blanchi de toutes les accusations.

Beauty Katebe
Zambia National Women’s Lobby Board National Chairperson

[avec Jordache Diala, ZNWL]

A lire aussi

RDC : Vers une parodie d’élection qui ne vise qu’à consolider un régime de prédation

 » …Nous, signataires de l’Accord global inclusif de Sun City ainsi que de l’Accord du …

Laisser un commentaire