mercredi , 29 janvier 2020
Dernières nouvelles
Accueil / Afrique / Afrique de l'Est / Burundi / RDC : 58 ans de Non-Indépendance !

RDC : 58 ans de Non-Indépendance !

Le Parti Démocratique et Socialiste Congolais, P.D.S.CO. en sigle, tient à rappeler au peuple Congo et à tout le monde entier que depuis 1997 jusqu’à ce jour, la RDC (République à Démocratiser du Congo) est sous l’Occupation des armées étrangères composées principalement de « Tueurs extrémistes Tutsi » – Expansionnistes hégémonistes génocidaires de l’International Tutsi-Power – du Rwanda, du Burundi, de l’Ouganda et de tous leurs mercenaires venus notamment de l’Érythrée, de l’Éthiopie (ancienne Abyssinie), de la Somalie, de la Tanzanie et du Kenya. Sans oublier leurs mentors : des multinationales, des lobbies occidentaux et d’autres receleurs qui continuent à les soutenir financièrement, matériellement, militairement et logistiquement (satellites, drones, experts militaires, matériels militaires, armements, CPI comme machine à broyer ou comme bras armé pour neutraliser les indociles ou récalcitrants, etc.).

Voilà déjà 21 ans de lutte, de souffrance, d’humiliation, de manipulation, de privation de liberté, d’infantilisation, de chosification et du néo-esclavagisme sauvage et barbare. Les ennemis extérieurs du Congo-Kinshasa sont aidés dans leur sale besogne par des Congolais égarés que nous appelons communément des « COLLABOS » (COLLABORATIONNISTES) qui font la honte du sang congolais, sang sacré, coulant dans leurs veines.

Depuis l’assassinat de notre compatriote Laurent-Désiré Kabila, le 16 janvier 2001, ces Occupants se sont emparés de toutes nos institutions politiques, économiques, financières, militaires et culturelles. Du sommet de l’État aux gestionnaires locaux, on ne retrouve que ces Occupants (des Tutsi en majorité) venus principalement du Rwanda : ce sont les principaux ennemis du peuple congolais. Et leurs complices (Collabos) se comptent à tous les niveaux de la société congolaise. L’Église catholique romaine y joue un grand rôle néfaste et récurrent dans l’abrutissement et l’aliénation mentale notamment.

L’Église catholique romaine du Congo – qui s’est déjà rendue coupable de complicité de génocide et de crime contre l’humanité avec plus de 15 millions de morts – se rend aujourd’hui coupable de la haute trahison pour la vente du pays aux « Extrémistes et Tueurs Tutsi », les occupants prédateurs que celle-ci ne cesse d’accompagner par cupidité inavouée. Les évêques du Congo, très corrompus jusqu’à la moelle spinale (ou moelle épinière), continuent à fouler aux pieds le principe de laïcité. Rappelez-vous par exemple du rôle très nuisible joué en 2006 par l’Abbé Apollinaire Malu-Malu (que son âme ne repose pas en paix ; autrement dit, que son âme subisse des tourments éternels !) pour avoir légitimer le petit Rwandais « Joseph Kabila ».

En fouillant dans ce panier à crabes (qui est la CENCO), on comprend aisément à qui nous avons affaire. Au sein de cette CENCO, il y a des Évêques Rwandais, Burundais, Ougandais, Belges, et autres. Ces missionnaires catholiques s’ingèrent dans les affaires de l’État tout en oubliant que ce pays (le Congo) est, depuis 1960 jusqu’à ce jour, est un État laïque et social. Il y a une ligne de démarcation entre l’Église et l’État : cette ligne rouge à ne pas franchir interdit aux Églises de se mêler dans les affaires étatiques. Le Congo-Kinshasa (Zaïre à cette époque) avait passé deux ans de « Conférence Nationale Souveraine » (CNS) avec un prélat catholique à sa tête – en l’occurrence Mgr Laurent Monsengwo Pasinya, pour ne pas le nommer –, mais celle-ci (CNS) s’était terminée en queue de poisson. Un homme averti en vaut deux, dit-on !

Pour ce faire, nous lançons un dernier avertissement à cette ONG internationale (l’Église catholique romaine) pour lui demander de respecter les tenants et les aboutissants de la séparation de l’État et des églises. En 1960, pendant que le peuple Congolais luttait pour arracher notre indépendance nationale et notre souveraineté internationale face aux colonialistes Belges, nous avons vu que l’Église catholique romaine n’était pas du côté du peuple Congolais mais au contraire elle s’était placée du côté de nos bourreaux : les Occidentaux dont les Belges en tête de peloton. Donc, à cette période, les prêtres catholiques étaient des traîtres ; et malheureusement ils sont toujours restés traîtres jusqu’à ce jour. C’est ainsi que nous leur demandons de ne plus continuer à franchir la ligne de démarcation et de rester silencieux. Ces derniers risqueraient de subir les foudres du peuple Congolais, s’ils continuent à franchir cette ligne rouge ! N’oublions pas qu’il n’y a que 2% des Congolais qui acceptent de croire encore en cette « religion » importée de l’étranger !

Nota Bene : Notre « Indépendance » nationale, tout comme notre souveraineté internationale, a été confisquée par les « Affairistes impérialistes et néocolonialistes » (nos ennemis extérieurs) depuis la nuit des temps. Sur ce, il n y a qu’une seule et unique solution : la lutte, encore la lutte conformément à la Déclaration Universelle des Droits des Peuples de 1976 (Déclaration d’Alger) pour libérer notre pays (le Congo-Kinshasa) de ces vautours et occupants impénitents. Il n’y a pas d’autres solutions en dehors de la lutte ! Nous devons compter prioritairement sur nos propres forces et subsidiairement sur la solidarité internationaliste des peuples épris de la démocratie réelle.

BREF RAPPEL HISTORIQUE À L’INTENTION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D’ANGOLA, JOÃO LOURENÇO

Monsieur le président,

En 1975, lors de l’ultime lutte contre les forces du mal – impérialistes, esclavagistes, colonialistes et néocolonialistes qui n’étaient autres que les Américains avec la CIA, les racistes Sud-africains et Sud-ouest africains, les esclavagistes Français avec le président Giscard d’Estaing, les colonialistes Portugais avec le dictateur António de Oliveira Salazar, les esclavagistes Belges avec le premier ministre Wilfried Martens, les nègres de service ou agents Zaïrois de la CIA avec Joseph-Désiré Mobutu, et les sous-traitants locaux (angolais) manipulés par les Impérialistes occidentaux dont Holden Roberto et Jonas Malheiro Savimbi – mais le peuple angolais, rangé derrière votre parti, le M.P.L.A. (Movimento Popular de Libertação de Angola, en français : Mouvement populaire de libération de l’Angola), n’était soutenu que par les Ex-gendarmes katangais du F.N.L.C. (Front National de Libération du Congo), les experts militaires Cubains, quelques progressistes venus du Portugal (notamment du Parti communiste portugais, en portugais : Partido Comunista Português) et par certains pays faisant partie du Pacte de Varsovie. Ainsi, la victoire finale était revenue aux vaillants combattants du M.P.L.A. du Docteur António Agostinho Neto Kilamba et à leurs alliés cités ci-haut.

Aujourd’hui, le peuple Congolais, l’un des voisins immédiats du peuple angolais, se bat depuis 20 années, tout seul, sans aucun soutien, sans aucune solidarité internationaliste face non seulement aux forces occidentales d’occupation, mais aussi aux Tueurs extrémistes Tutsi de l’International Tutsi-Power.

Monsieur le président,

LEÇON À RETENIR DE CETTE HISTOIRE COMMUNE : S’il vous plaît, ne cherchez pas à négocier avec les esclavagistes et néocolonialistes Belges ou Français comme vous avez osé le faire. Ces derniers font partie intégrante des ces forces qui non seulement occupent et pillent le Congo mais également continuent à nous « esclavagiser » (nous réduire en esclavage) encore au XXIème siècle. Ne savez-vous pas que les plusieurs entreprises multinationales belges, françaises, voire sud-africaines sont parmi les 150 multinationales qui exploitent, pillent et exportent illégalement et illégitimement les minerais du Congo-Kinshasa vers ce pays receleur qui est le petit Rwanda, En allant donc vers eux, non seulement vous vous rabaissez, mais surtout vous trahissez et liquidez le peuple congolais qui lutte pour sa libération nationale. S’il vous plaît (comme on dit en portugais : Por favor), n’abandonnez pas vos frères Congolais qui sont en lutte : « les Maï-Maï, les Kamuina-Nsapu, les Makesa de BDK, les Inyele et tous les autres groupes non cités». Certains se battent déjà, souvent sans armes, depuis des années, et certains autres se réorganisent : ils ont besoin des matériels de guerre, armes, munitions et autres matériels assimilés nécessaires à la lutte de libération.

Monsieur le président,

Comme vous le savez, les Occupants, si coriaces, vaniteux et structurés, ne seront chassés que par la lutte armée. Les soi-disant élections à organier ne pourront jamais libérer ce pays occupé. En réalité, ce schéma (celui des élections dans le Congo occupé) proposé par les commanditaires du 3ème génocide congolais n’est, pour nous Congolais, qu’un schéma d’abdication, de démission, d’abandon, de capitulation et de haute trahison générale organisée.

Mais le peuple Congolais en lutte, derrière toute la Résistance nationale se battra jusqu’à la dernière goutte de sang, sans recul et sans pitié. Le Congo-Kinshasa est notre Patrie ! De ce fait, aucune portion de notre terre ne sera cédée aux « Tueurs extrémistes Tutsi » qui, jusqu’à ce jour, ont déjà massacré, gratuitement et en toute impunité, plus de 15.000.000 de Congolais autochtones.

Quelle ingratitude de la part de ces Expansionnistes Hégémonistes Tutsi ! Les Congolais autochtones (les Bantou) avaient accueilli, secouru, aidé, vêtu, nourri, logé et donné du travail aux Tutsi lorsque ce peuple maudit (peuple Tutsi) était jadis venu se réfugier au Congo pour échapper aux malheurs au Rwanda. Mais aujourd’hui, les Tutsi nous remercient en monnaie de singe en tuant, égorgeant les Bantou, violant et enterrant des femmes Congolaises vivantes, violant des filles, des mamans, des vieillard(e)s, des hommes, même des bébés de 3 mois, en envahissant et occupant notre territoire, et en pillant aussi toutes nos richesses naturelles. Ces crimes de guerre, de génocide, et crimes contre l’humanité sont imprescriptibles. Tous ces crimes indescriptibles sont pires que ceux commis par les Nazis entre 1939 et 1945 ! C’est pourquoi, aucune autre négociation bidon ou aucun autre dialogue de dupes ne pourra avoir lieu avant la Libération totale de tout notre territoire ! Aucun sujet belge, français, portugais, espagnol ; bref, aucun européen ne pourra nous contraindre de dialoguer avec nos bourreaux visibles (les Tutsi). Ensuite, l’Église catholique romaine doit apprendre à appliquer la Loi de séparation des Églises et de l’État, au cas contraire cette dernière sera expulsée de notre territoire. Nous n’avons pas oublié toutes les insoupçonnables dérives de l’Église catholique romaine depuis l’époque de l’ESCLAVAGISME jusqu’à l’actuelle OCCUPATION au Congo-Kinshasa. Un homme averti en vaut deux !

Monsieur le président,

Nous nous sommes permis de faire ce petit rappel de notre histoire commune pour vous montrer que ce n’est pas la peine de négocier ou suivre ceux qui sont à la base de la tragédie congolaise, c’est-à-dire l’Occident et leurs sous-traitants de l’International Tutsi-Power. Nous profitons également de cette occasion pour vous annoncer la formation imminente d’un GOUVERNEMENT EN EXIL DU PEUPLE CONGOLAIS EN LUTTE. Ce gouvernement sera un instrument efficace de combat pour ne pas faire comme toutes ces racailles (Collabos) qui se trouvent à Kinshasa avec non seulement une affaire de 1.000 « ligablos », dits « partis politiques », mais également une dizaine de soi-disant plateformes formées sur instructions des Occupants.

LE PDSCO LANCE UN APPEL PATRIOTIQUE À TOUS LES COMBATTANTS, PARTISANS ET RÉSISTANTS DE LA DIASPORA POUR SOUTENIR NOS COMPATRIOTES LUTTANT SUR LE TERRAIN : LES « MAÏ-MAÏ », LES « MOKOMBOZI », LES « KAMUINA-NSAPU », LES « MULELE MAYI », LES « MAKESA DE BDK » ET LES « ENYELE » EN VUE DE METTRE FIN A L’OCCUPATION DE NOTRE PATRIE.

VIVE LE PEUPLE CONGOLAIS EN LUTTE !
VIVE LE COURANT SOCIALISTE AU CONGO !
POUR LA PATRIE, NOUS VAINCRONS !

FAIT À LAUSANNE, LE LUNDI 16 JUILLET 2018

MULOPO KAPITA ya DITUNGA
Politologue, Maître de conférences,
Député National honoraire, et
Représentant extérieur du PDSCO

A lire aussi

RDC : Baisse du taux de croissance économique

Le taux de croissance économique en République démocratique du Congo (RDC) va decrescendo, atteste le …

Laisser un commentaire