mardi , 18 décembre 2018
Accueil / Afrique / RDC : Prolonger l’opération des dépôts des candidatures aux provinciales
Poignée de main entre l'Ambassade de Corée du sud [droite] et le president de la CENI, à Kinshasa.
Poignée de main entre l'Ambassade de Corée du sud [droite] et le president de la CENI, à Kinshasa.

RDC : Prolonger l’opération des dépôts des candidatures aux provinciales

Dernière mise à jour, le 17 juillet 2018 à 12:29

Le vœu de nombre de leaders politiques et de certains observateurs est de la voir accéder à la demande pressante formulée par presque tous les partis politiques y compris le regroupement « PALU et alliés » d’Antoine Gizenga d’ouvrir une prolongation de quelques jours pour permettre aux partis politiques d’acheminer les documents originaux. Ils estiment, à juste titre, qu’il ne sert à rien de courir en passant à la prochaine opération électorale alors que plusieurs partis politiques compétiteurs risquent de rester au bord de la route uniquement pour un problème d’acheminement des documents originaux. Il faut bien trouver des aménagements. Jusqu’ici la CENI s’applique à respecter les prescrits de la loi électorale qui parle des documents originaux et non des photocopies du moins pour la lettre d’investiture du parti politique et la preuve de paiement de la caution de la DGRAD. Ce qui est impossible dans la pratique.

mardi 10 juillet à minuit devait sonner la fin de prolongation accordée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) aux regroupements, partis politiques et autres candidats indépendants pour boucler le dépôt de candidatures aux élections provinciales. Aux dernières nouvelles, tous les retardataires n’ont pas répondu à l’appel. Mais, des sources concordantes attestent que les deux principaux partis de l’échiquier politique rd congolais, à savoir le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) côté Pouvoir et l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) dans les rangs de l’Opposition, ont déposé chacun leur liste de candidats.

Au parti présidentiel, l’on précise même que ce dépôt concerne toute l’étendue du territoire national. En d’autres termes, le PPRD sera présent dans toutes les circonscriptions que compte la RDC pour ce qui est des élections à la députation provinciale. Bien plus, un hiérarque de la première formation politique de la MP confie qu’ils entendent rafler la majorité de sièges lors des joutes provinciales.

Même son de cloche du côté de l’UDPS. Par la voix de Jacquemain Shabani, le  » monsieur élections du parti tshisekediste « , la formation chère à Fatshi affirme avoir déposé ses listes hier mardi. Cet exercice, renchérit le chargé de la Commission électorale permanente de l’UDPS, concerne aussi bien Kinshasa que toutes les provinces où son parti entend solliciter les suffrages pour les élections provinciales.

L’UDPS dépose les listes de ses candidats

C’est hier que Me Jacquemin Shabani, le coordonnateur de la structure chargée des élections dénommée « Commission électorale permanente de l’UDPS » a déposé toutes les listes des candidats aux législatives provinciales de ce parti présidé par Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi (Fatshi). Il l’a fait aussi bien pour la ville de Kinshasa que pour toutes les provinces où l’UDPS compétit. Jacquemin Shabani a relevé des difficultés majeures qu’il a rencontrées entre autres d’acheminer dans toutes les circonscriptions où l’UDPS est engagé les orignaux des documents comme la preuve de paiement de la caution versée à la DGRAD ou encore l’attestation d’investiture des candidats députés provinciaux par leur parti, l’UDPS.

Le coordonnateur de la Commission permanente de l’UDPS s’interroge pour savoir comment dans un pays comme la RDC, sans voies de communications, sans avions et sans aéroports, on peut faire parvenir ces documents authentiques dans des coins reculés et inaccessibles comme par exemple la localité de Bongandanga. On note que plusieurs partis politiques qui sont en compétition aux provinciales sont confrontés à cette difficulté pratique, des documents originaux à faire parvenir partout.

C’est le cas d’’ « Ensemble pour le changement », la plateforme électorale qui soutient la candidature de Moïse Katumbi Chapwe qui a aussi déposé, toujours hier, ses listes des candidats dans toutes les provinces. Son secrétaire général, Delly Sasanga Hipungu a exprimé les mêmes préoccupations que Me Jacquemin Shabani, le coordonateur de la « Commission électorale » de l’UDPS.

De fait, le délai de 48 heures accordé par la CENI à ceux qui disposaient des jetons des Bureaux de traitement et qui a expiré hier n’a pas du tout suffi à éponger tous ces obstacles pour les documents administratifs. La centrale électorale elle –même en est bien consciente. Le voeu de nombre de leaders politiques et de certains obserrvateurs est de la voir accéder à la demande pressante formulée par presque tous les partis politiques y compris le regroupement « PALU et alliés » d’Antoine Gizenga d’ouvrir une prolongation de quelques jours pour permettre aux partis politiques d’acheminer les documents originaux.

Ils estiment, à juste titre, qu’il ne sert à rien de courir en passant à la prochaine opération électorale alors que plusieurs partis politiques compétiteurs risquent de rester au bord de la route uniquement pour un problème d’acheminement des documents originaux. Il faut bien trouver des aménagements. Jusqu’ici la CENI s’applique à respecter les prescrits de la loi électorale qui parle des documents originaux et non des photocopies du moins pour la lettre d’investiture du parti politique et la preuve de paiement de la caution de la DGRAD. Ce qui est impossible dans la pratique.

C’est là où la CENI devrait être réaliste et tenir compte de cet obstacle de taille. La conséquence fâcheuse qui s‘en dégage est que jusqu’à ce jour, il n’y a que 300 dossiers déposés qui sont conformes à la loi, selon les statistiques de la centrale électorale. Alors que le nombre des sièges pour les législatives provinciales est de 780 députés provinciaux. Il y a un déficit de près de 500 députés. C’est trop !

La province du Kasaï central avec capitale à Kananga qui a été dévastée par la guerre de « Kamwina Nsapu » est la plus touchée et risque d’être sans la Chambre provinciale si la CENI s’en tient aux délais fixés dans le calendrier électoral qui a prévu 14 jours pour le dépôt de candidatures aux législatives provinciales sans un jour de plus. Car il faut passer aux autres étapes dont le contentieux des listes de candidats devant les Cours et Tribunaux. Ce que ses contradicteurs lui objectent en argumentant que le calendrier électoral est une création de la CENI et non une loi ni la Constitution. D’où, estiment-ils, on peut prolonger l’opération des dépôts des candidatures aux provinciales de quelques jours sans aucune conséquence sur la date du 23 décembre 2018. Un avis que ne partage pas la Centrale électorale.

[KANDOLO M.]

A lire aussi

Kashala Bonzola : Après-midi cauchemardesque pour Sanga Balende

Comme dans un conte des fées. Le club de Mbuji-mayi s’est vu humilié devant ses …

Laisser un commentaire