mercredi , 26 septembre 2018
Dernières nouvelles
Accueil / Élections / Denis MUKWEGE brosse un tableau apocalyptique de la situation sociopolitique de RDC
Dr Denis Mukwege [left] and Fistula Foundation CEO Kate Grant
Dr Denis Mukwege [left] and Fistula Foundation CEO Kate Grant

Denis MUKWEGE brosse un tableau apocalyptique de la situation sociopolitique de RDC

Dernière mise à jour, le 17 juillet 2018 à 02:42

Dr Denis Mukwege est monté au créneau dans son message adressé aux Congolais lors du 58ème anniversaire de l’accession à la souveraineté internationale. Il brosse un tableau apocalyptique de la situation sociopolitique du pays. Un pays aux fabuleuses potentialités en ressources naturelles mais dont la population est des plus démunies de toute la planète. Il poursuit avec des hôpitaux sans aucun lit pour les malades, ceux-ci dormant à même le sol exposés à d’autres maladies. En ce qui concerne le processus électoral, Dr Denis Mukwege n’y croit pas du tout. Pour lui et il est formel à ce sujet, il n’y aura rien au 23 décembre 2018. Et pour cause. L’homme à la blouse blanche, Prix Sakharov de l’UE en 2014, égrène les peaux de banane qui jalonnent le processus électoral.

Dr Denis Mukwege, le directeur de l’Hôpital Gynéco-obstétrique de Panzi, dans les faubourgs de la ville de Bukavu, capitale du Sud-Kivu, est monté au créneau dans son message adressé aux Congolais lors du 58ème anniversaire de l’accession à la souveraineté internationale. Le praticien appelé « l’homme qui répare les femmes » brosse un tableau apocalyptique de la situation sociopolitique du pays. Un pays aux fabuleuses potentialités en ressources naturelles mais dont la population est des plus démunies de toute la planète.

Il poursuit avec des hôpitaux sans aucun lit pour les malades, ceux-ci dormant à même le sol exposés à d’autres maladies. En ce qui concerne le processus électoral, Dr Denis Mukwege n’y croit pas du tout. Pour lui et il est formel à ce sujet, il n’y aura rien au 23 décembre 2018. Et pour cause. L’homme à la blouse blanche, Prix Sakharov de l’UE en 2014, égrène les peaux de banane qui jalonnent le processus électoral.

La principale est logée à la CENI, la centrale électorale qui ne lui inspire aucune confiance dans sa façon de conduire le processus électoral. Puisqu’il n’y aura pas d’élections en décembre prochain, Denis Mukwege a trouvé une piste de contournement du danger qui menace le pays. Il appelle alors tous les Congolais à une mobilisation générale en vue de lutter pacifiquement pour libérer la RDC.

C’est seulement après cette étape, soutient-il à brule-pourpoint qu’on pourrait penser enfin à organiser les élections générales et surtout pas avant. On note que cette option de cet homme, le « réparateur des femmes de Panzi » correspond à celle défendue par les ténors de l’Opposition radicale qui prônent une transition sans Joseph Kabila au cas où il n’y aurait pas d’élections le 23 décembre 2018.

C’est le cas au RASSOP de Félix Tshisekedi et la plateforme électorale « Ensemble pour le changement » de Moïse Katumbi Chapwe. Eux aussi comme le Dr Dénis Mukwege doutent de la tenue des élections le 23 décembre 2018. A leurs yeux, cette conviction est renforcée par le fait que jusqu’à ce jour le volet décrispation politique de l’Accord de la Saint-Sylvestre n’est toujours pas mis en œuvre pour permettre à ceux comme Moïse Katumbi, candidat Président de la République de revenir au pays pour déposer sa candidature sans risque d’être arrêté.

Lors de leur dernier message d’exhortation publié vendredi dernier, les Pères Eveques de la CENCO qui ont négocié de haute lutte ce compromis politique entre la MP et le « Rassemblement » d’Etienne Tshisekedi en ont, une nouvelle fois appelé au parachèvement des mesures de décrispation politique. Chaque fois qu’on évoque une transition sans le Président Kabila, c’est toujours le nom du Dr Mukwege qu’on entend sur les lèvres dans la Communauté internationale pour conduire cet ordre politique jusqu’aux élections. On peut s’interroger pour savoir s’il y a un lien entre la position du Dr Denis Mukwege qui est une transition sans Joseph Kabila et l’initiative dont avait parlé le Président français Emmanuel Macron lors de la visite à Paris de Paul Kagame, Président de l’UA en accord avec le Président angolais Joao Lourenço et qui avait provoqué les foudres à Kinshasa. Problème, comment mettre en oeuvre cette idée de « Transition sans Kabila » sans énerver la Constitution. Violer la loi fondamentale au motif de la sauver ? Une vraie quadrature du cercle.

[KANDOLO M.]

A lire aussi

UE et sa réforme du droit d’auteur

Le parlement européen a voté mercredi en faveur de la très sensible réforme du droit …

Un commentaire

  1. Docteur Mukwege est une personnalité atypique, du genre qu’il faut à la tête de la RDC pour redresser les choses. Je formule le voeu de le voir diriger mon pays !

Laisser un commentaire