lundi , 24 septembre 2018
Accueil / Élections / RDC : Le processus électoral va droit dans le mur

RDC : Le processus électoral va droit dans le mur

Tant, la majorité au pouvoir refuse de s’inscrire sincèrement pour des élections véritablement démocratiques, inclusives et crédibles dans le respect de l’accord de la Saint-sylvestre et de la Constitution de la République. C’est le nœud de la crise politique en cours en RDC. À six mois de la date butoir de ces élections, tout indique que le processus électoral va droit dans le mur avec toutes les conséquences fâcheuses que cela pourrait impliquer sur la fragile stabilité du pays et de la sous-région.

La République démocratique du Congo est loin de sortir de la crise politique qui la plombe depuis que le régime en place à Kinshasa s’est empêtré dans le schéma de torpiller le processus électoral par toute sorte de subterfuges. Les élections qui devraient avoir lieu dès 2016 pour favoriser, dans le délai constitutionnel l’alternance démocratique pacifique, restent incertaines même cette année.

Tant, la majorité au pouvoir refuse de s’inscrire sincèrement pour des élections véritablement démocratiques, inclusives et crédibles dans le respect de l’accord de la Saint-sylvestre et de la Constitution de la République. C’est le nœud de la crise politique en cours en RDC. À six mois de la date butoir de ces élections, tout indique que le processus électoral va droit dans le mur avec toutes les conséquences fâcheuses que cela pourrait impliquer sur la fragile stabilité du pays et de la sous-région.

Le chef de l’État était attendu, lors de son discours traditionnel de la fête nationale du 30 juin, pour rassurer l’opinion quant à la tenue effective de ces élections et dissiper les rumeurs persistantes sur son 3ème mandat dont sa famille politique ne fait doute d’aucun mystère. Que nenni. Joseph Kabila est resté taiseux sur toutes ces questions qui fâchent. Il a ainsi raté l’occasion de s’affirmer comme une solution à la crise congolaise.

Le chef de l’État n’a daigné rassurer l’opinion nationale s’il va organiser des élections auxquelles il ne sera pas candidat comme le lui interdit la Constitution. De même, il n’a accédé à aucune recommandation de la communauté internationale qui attendait un signal fort du régime avant d’envisager un plan de sauvetage de la jeune démocratie congolaise.

Autant dire que les incertitudes continuent à planer non seulement sur le processus électoral en panne, mais aussi sur la RDC, livrée à une insécurité de plus en plus grandissante non sans compter les drames humanitaires.

Pour tout dire, le chef de l’État continue donc de s’enfermer dans sa tour d’ivoire, faisant fi de toutes les doléances voire des sommations tant des parties prenantes aux élections, des Congolais que de la communauté internationale.

A lire aussi

Suède : Victoire de l’extrême droite aux législatives

Une période d’incertitude s’ouvrait lundi en Suède après les législatives qui ont confirmé l’ancrage de …

Laisser un commentaire