lundi , 23 juillet 2018
Accueil / International / Europe / Wimbledon : Chuté de Federer

Wimbledon : Chuté de Federer

Dernière mise à jour, le 13 juillet 2018 à 02:23

Pas de neuvième sacre à Wimbledon pour Roger Federer! Le maître des lieux a chuté lors des quarts de finale face au Sud-Africain Kevin Anderson, alors que Rafael Nadal a franchi le cap à l’issue d’un duel homérique avec l’Argentin Juan Martin Del Potro mercredi.

Les spectateurs du « Centre court » ont vibré lors d’une bataille d’une rare intensité entre Nadal et Del Potro tout en suivant une autre bataille, grâce à leur smartphone, celle perdue par l’Angleterre face à la Croatie (1-2 a.p.) en demi-finale de la Coupe du monde de football.

Le dernier duel entre le Majorquin et l’Argentin, en demi-finale de Roland-Garros le mois dernier, avait laissé le public parisien sur sa faim tant Nadal, lauréat de son 11e titre dans la capitale française, avait dominé (6-4, 6-1, 6-2).

Mais sur gazon, une surface qui s’accorde mieux avec son service massue et son coup droit tranchant comme un scalpel, la « Tour de Tandil » (1,98 m) avait une chance d’espérer. Elle a fait mieux que ça en prenant l’avantage après avoir perdu la première manche et n’a jamais abdiqué dans le cinquième set. « Je n’étais pas loin de le battre mais Rafa a ce petit truc en plus par rapport aux autres joueurs », a commenté Del Potro, « triste » mais « heureux » en même temps d’avoir rivalisé avec le N.1 mondial.

C’est dans la manche décisive que le niveau a atteint son point culminant. Dans le même jeu, le troisième à 1-1, Nadal a tenté de rattraper un smash de Del Potro, en vain, et a terminé sa course sur des spectateurs dans les tribunes. Quelques instants plus tôt, le 4e mondial avait dû plonger à la volée pour contrer un passing shot de l’Espagnol.

Del Potro, de retour à son meilleur niveau cette saison, après avoir songé raccrocher en 2015 à la suite d’une troisième opération du poignet droit, a fait la démonstration de son incroyable résilience.

Mais Nadal s’est montré insubmersible en sortant des coups venus d’une autre planète pour le breaker dans cette ultime acte (3-2) d’un spectacle de 4h47! Mené 4-2, Del Potro s’est accroché de toutes ses forces, poussant Nadal à écarter trois balles de débreak dans le huitième jeu (5-3).

Djokovic avec autorité

Le placide géant n’a pas craqué sur son service et le N.1 mondial a dû faire preuve de sang-froid pour boucler cette partie sur une volée de revers qui a mis à genoux l’Argentin (7-5, 6-7 (7/9), 4-6, 6-4, 6-4). Nadal a enjambé le filet pour lui offrir une chaleureuse accolade sous une ovation du public. Après l’élimination surprise de son vieux rival Federer, tenant du titre, il a une belle opportunité de réaliser un troisième doublé Paris-Londres, comme un certain Björn Borg.

Mais il lui faudra d’abord écarter un Djokovic en grand progrès, qui a éliminé avec autorité le Japonais Kei Nishikori (6-3, 3-6, 6-2, 6-2). « C’est toujours un grand défi d’affronter Novak », a souligné Nadal convaincu que le Serbe est de retour à son meilleur niveau. Il disputera sa première demi-finale majeure depuis septembre 2016 et la finale de l’US Open perdue face à Stan Wawrinka.

Sur le court N.1, qu’il foulait pour la première fois depuis 2015, Federer, habitué du Central, a perdu sa couronne après s’être pourtant créé une balle de match face à Anderson (2-6, 6-7 (5/7), 7-5, 6-4, 13-11).

Anderson-Isner: bataille de géants

Tout allait pour le mieux pour l’homme aux vingt trophées majeurs jusqu’à cette opportunité manquée de boucler le match à 5-4 dans la troisième manche sur le service adverse. Après, Federer a passé le reste de la partie à tenter de freiner la remontée du finaliste de l’US Open.

« Dans un match, vous vous créez des occasions et vous élevez votre niveau. Mais aujourd’hui, je n’ai pas eu le sentiment d’avoir joué incroyablement bien », a expliqué Federer qui a subi la puissance en coup droit du 8e mondial et son redoutable service (28 aces).

« Quand j’étais mené deux sets à rien, j’ai essayé de tenir le coup et de continuer de batailler. Battre Federer à Wimbledon, c’est quelque chose dont je me souviendrai toujours, surtout après un match aussi serré », a souligné Anderson.

Le géant Sud-Africain (2,03 m) affrontera un autre géant vendredi, l’Américain John Isner (2,08 m), vainqueur en quatre sets (6-7 (5/7), 7-6 (9/7), 6-4, 6-3) du Canadien Milos Raonic, dans cette journée riche en rebondissements.

[Afp]

A lire aussi

Paul POGBA : Un avenir brillant

José Mourinho, entraîneur de Manchester United et de Paul Pogba, est persuadé que son milieu …

Laisser un commentaire