mercredi , 14 novembre 2018
Accueil / Afrique / Afrique de l'Est / Burundi / Briser le mal au Burundi
Pierre Nkurunziza received in audience Miss Burundi 2017.
Pierre Nkurunziza received in audience Miss Burundi 2017.

Briser le mal au Burundi

Dernière mise à jour, le 13 juillet 2018 à 12:12

Le référendum constitutionnel du mois dernier a été largement considéré comme une initiative visant à permettre au président Pierre Nkurunziza de rester en place pour les années à venir. Le fait que l’ancien chef rebelle semble prêt à s’incliner gracieusement en 2020 laisse espérer que le Burundi se rapprochera de la stabilité et de la primauté du droit – 300 000 personnes sont mortes dans une guerre civile de 1993-2005 et des années récentes marquées par des troubles politiques et l’oppression violente. Peut-être que vous étiez parmi les nombreux qui ont été agréablement surpris. Préparez-vous à être déçu. Les dernières conclusions des enquêteurs de l’ONU ne sont pas trop optimistes. Ils ont constaté que « des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des actes de torture et d’autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, visant ceux qui s’opposaient à la proposition de modification de la constitution » avaient eu lieu cette année. Le contexte global de la sécurité, ont-ils averti, risquait de s’aggraver et de jeter le doute sur la sincérité de l’annonce de Nkurunziza. Pour sa part, le Burundi a rejeté les résultats comme le fruit des « appétits géopolitiques ».

A lire aussi

Après Genève : Quelle crédibilité pour Vika et Fatshi devant la communauté internationale ?

Il faut dire qu’à l’espace de 24 heures, Félix Tshisekedi a fait un virage spectaculaire. …

Laisser un commentaire