mercredi , 26 septembre 2018
Dernières nouvelles
Accueil / Business / Impuissants, hémorroïdes, … : Les chauffeurs des taxis-motos en RDC sont malades

Impuissants, hémorroïdes, … : Les chauffeurs des taxis-motos en RDC sont malades

Dernière mise à jour, le 6 juillet 2018 à 05:16

Le Docteur Jean-Claude Gibemba et ses collègues de l’Université de Kinshasa ont prouvé que les chauffeurs des taxis-motos sont, pour la plupart, malades à la suite de leur travail. « Nous avons, dit-il, mené une étude avec des professeurs de l’Université de Kinshasa. Nous avons consulté 104 motocyclistes, et nous avons trouvé que 63% sont impuissants, 64% d’entre-eux souffrent d’hémorroïdes ».

Invité de l’émission « Parlons-en » de la radio Top Congo, le Docteur Jean-Claude Gibemba, directeur général de la fondation Gibemba, et ses collègues de l’Université de Kinshasa ont prouvé que les chauffeurs des taxis-motos sont, pour la plupart, malades à la suite de leur travail.

Les ennuis de santé guettent au quotidien les conducteurs des motos, à Kinshasa comme en province. Stimulé par les plaintes de plusieurs motocyclistes, qui concourraient aux enquêtes de la Fondation, Dr. Jean-Claude Gibemba a jugé utile de diligenter une étude approfondie sur les pathologies qui ménacent cette catégorie des transporteurs.

« Nous avons, dit-il, mené une étude avec des professeurs de l’Université de Kinshasa. Nous avons consulté 104 motocyclistes, et nous avons trouvé que 63% sont impuissants, 64% d’entre-eux souffrent d’hémorroïdes ».

D’après le directeur général de la Fondation Gibemba, un questionnaire a été aussitôt élaboré de commun accord avec ses collègues médecins, parmi lesquels des professeurs de l’Université de Kinshasa.

Les médecins ont à cet effet recouru à la méthode « international index for erectile fonction », un système qui aide à s’assurer qu’un patient est impuissant ou non.

DE L’ORIGINE DE L’IMPUISSANCE

Aux dires de Dr. Jean-Claude Gibemba, la compression des nerfs et des vaisseaux stimulant l’érection virile est la cause principale des faiblesses sexuelles et de l’impuissance.

L’enquête menée par la Fondation Gibemba a révélé que la compression des nerfs et des vaisseaux des conducteurs de motos est consécutive à leur position pendant les heures de service.

Ces chauffeurs s’asseyent généralement à califourchon sur le moteur de la moto quand ils transportent deux, trois, voire quatre passagers sur leur moto. Leurs poids reposent alors sur ce moteur qui chauffe au niveau des testicules.

Cependant, le fait de rester longtemps sur la moto compresse les nerfs et les vaisseaux au point d’entamer la capacité sexuelle de l’homme. D’où l’impuissance sexuelle.

COMMENT SAUVER CES MOTARDS ?

Pour ceux qui sont déjà malades ou qui sont encore bien portants, la Fondation Gibemba a créé une mutuelle de santé de motocyclistes du Congo (MSMC). Elle mène des campagnes de sensibilisation pour aider les malades.

Tous les chauffeurs sont-ils exposés ? « Bien sûr », note Dr. Jean-Claude Gibemba. Notre étude nous a indiqué que ceux qui sont au volant pendant six heures, voire huit heures sont les plus exposés. Ceux qui travaillent pendant plus de 12 heures, n’ont pas beaucoup de temps de repos. Ils deviennent ainsi impuissants en six mois. Il faut, pour ce faire, prendre en compte la durée du temps sur l’engin.

Tout est fonction de la durée du travail. Le fait que les chauffeurs s’assoient pendant longtemps, précipite aussi les maladies.

[GMC]

A lire aussi

Terrorisme : Réformer l’islam

Une structure chargée d’organiser et financer le culte musulman et une lutte accrue contre le …

Laisser un commentaire