mercredi , 26 septembre 2018
Dernières nouvelles
Accueil / International / Amérique / Démocratie : Les États-Unis restent fermes pour que cela aboutisse en RDC

Démocratie : Les États-Unis restent fermes pour que cela aboutisse en RDC

Dernière mise à jour, le 6 juillet 2018 à 05:15

Jennifer Haskell, Chargée d’Affaires de l’ambassade des USA de souligner : « Je crois que le Président Kabila peut devenir un héros dans l’histoire congolaise, ce qu’il fera en façonnant, en décembre de cette année, le premier transfert pacifique, crédible et démocratique du pouvoir de votre pays « . « A 48 heures de l’indépendance de la République démocratique du Congo et à six mois des élections, les USA croient que la démocratie congolaise va progresser et se renforcer  » Les Etats-Unis restent fermes dans leur partenariat avec vous pour que cela aboutisse », lâche Jennifer Haskell.

Pour la chargée d’affaires américaines,  » ce changement n’est pas uniquement la responsabilité du gouvernement, mais aussi du peuple. L’engagement du pouvoir, à travers la préparation et la mise en œuvre des élections crédibles cette année reste essentiel. Mais cela ne suffira pas. Le changement doit venir aussi d’en bas. Cela signifie que chaque électeur congolais doit s’engager à se rendre aux urnes pour voter le 23 décembre prochain « , a exhorté Jennifer Haskell.

Elle a, par ailleurs, souhaité que les acteurs congolais se mettent ensemble pour relever les défis de la démocratie et du développement. Et d’enchaîner :  » Les Etats-Unis vous soutiennent pour que vous puissiez mettre en commun vos immenses talents pour prouver ensemble au monde entier que le Congo peut et veut avancer pour construire une démocratie forte et prospère, tirer profit des ressources incomparables de ce pays « , a-t-elle noté.

Mme Jennifer Haskell n’a pas manqué de rappeler que le Département d’Etat est le donateur bilatéral le plus important en RDC. Pour ce, au fil des ans, les Etats-Unis ont travaillé main dans la main avec la République démocratique du Congo sur plusieurs priorités, notamment pour : accroître la croissance économique et le développement, améliorer l’accès aux soins de santé et à l’éducation, promouvoir la paix et la sécurité, et renforcer les institutions démocratiques.

[Emma MUNTU]

ALLOCUTION DE JENNIFER HASKELL, CHARGÉE D’AFFAIRES US À KINSHASA À L’OCCASION DU 242ÈME ANNIVERSAIRE DE SON PAYS

Excellences,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

Bienvenue à notre célébration de la liberté américaine !

Il y a deux cent quarante-deux ans, le quatre juillet, mille sept cent soixante-seize, le Congrès continental a signé la déclaration d’indépendance des Etats-Unis. Chaque année, nous marquons ce moment historique. Les américains sont connus comme des gens ponctuels, et pour cette année nous, à Kinshasa, avons décidé de surpasser notre réputation en avançant cette cérémonie au vingt-sept juin.

Merci d’avoir répondu nombreux pour nous joindre aujourd’hui à cette fête anticipée.

La déclaration d’indépendance a été la proclamation officielle des treize colonies fondatrices de notre pays, dans laquelle elles ont affirmé leur droit de choisir un système de gouvernement propre.

Aujourd’hui, le document reste une grande inspiration : il propose que nous sommes tous créés égaux, et que chacun possède des droits fondamentaux, parmi lesquels sont la vie, la liberté, et la poursuite du bonheur.

Et, bien d’avantage, il avance la thèse que tout gouvernement qui se veut démocratique tire son pouvoir du consentement du peuple gouverné.

Les citoyens parlent avec leurs votes.

Leurs votes sont leur voix, et les meilleurs dirigeants politiques tiennent compte de ce fait.

Le premier président des Etats Unis, George Washington, a annoncé à la fin de son deuxième mandat en mille sept cent quatre-vingt-seize, qu’il ne se porterait pas comme candidat pour un troisième. Le départ de Washington a occasionné la première élection présidentielle contestée par plusieurs candidats et partis politiques de notre histoire, et elle a été controversée.

Néanmoins, elle a eu comme résultat une alternance pacifique du pouvoir exécutif. John Adams a remporté l’élection de mille sept cent quatre-vingt-seize, et son adversaire, Thomas Jefferson, est devenu vice-président.

Quatre ans plus tard, Jefferson a été élu président a son tour lors d’élections qui ont marqué un deuxième transfert pacifique du pouvoir exécutif.

Après avoir quitté la présidence, Jefferson, principal auteur de la déclaration d’indépendance, a vigoureusement déployé dans sa vie de citoyen privé tous ses formidables talents, notamment dans les secteurs agricoles, scientifiques, et littéraires, et a fondé, dans son état natal, la première université laïque du pays, l’université de la Virginie.

Les premiers jours de la démocratie américaine ont été troubles :

Pour différentes raisons, le pays était ingérable par endroits et les désaccords politiques à la suite d’un choc robuste d’idées entre personnalités fortes étaient monnaie courante. On pourrait conclure que ces traits restent bien présents dans la vie politique américaine contemporaine. Mais c’est cet esprit de débat et de désaccord pacifique qui forge une démocratie durable. En fin de compte, un discours politique ouvert, robuste et parfois inconfortable-qui passe forcément par une presse libre et vigoureuse-est la fondation d’une démocratie dynamique. Ce genre de discours politique mène à de nouvelles idées, à de meilleures politiques et à une nation plus forte.

Au fil des ans, les Etats-Unis ont travaillé main dans la main avec la République démocratique du Congo sur plusieurs priorités, notamment pour : accroître la croissance économique et le développement, améliorer l’accès aux soins de santé et à l’éducation, promouvoir la paix et la sécurité, et renforcer les institutions démocratiques.

Le gouvernement des Etats-Unis est le donateur bilatéral le plus important en RDC.

Nous travaillons en étroite collaboration avec les dirigeants nationaux, ses enseignants, ses scientifiques, ses entrepreneurs et bien d’autres, tout en consacrant environ cinq cent millions de dollars par an au développement et aux programmes humanitaires.

Les Etats-Unis est le plus important fournisseur d’aide humanitaire en RDC, une coopération qui touche, chaque année, des millions des Congolais vulnérables pour leur doter d’une aide vitale. Nos programmes de santé procurent des services de santé de base a un tiers de la population congolaise, soit environ trente millions de personnes.

Notre agence pour le développement international, USAID, a versé huit millions de dollars pour appuyer la réponse du gouvernement de la RDC pendant la plus récente éruption d’Ebola dans la province de l’Equateur. Aussi dans le cadre de cette riposte, nos centres pour le contrôle des maladies, CDC, ont mobilisé des dizaines d’experts techniques pour conseiller leurs collègues au ministère de la Santé et l’Organisation mondiale de la santé.

Dans nos engagements à travers ce vaste et beau pays, je me suis senti privilégiée de collaborer et travailler avec tant de Congolais exceptionnels, et nous sommes honorés d’être ici cet après-midi parmi vous qui représentez si bien votre magnifique pays.

La RDC est arrivée à un tournant décisif :

Je crois que le Président Kabila peut devenir un héros dans l’histoire congolaise, ce qu’il fera en façonnant, en décembre de cette année, le premier transfert pacifique, crédible et démocratique du pouvoir de votre pays.

Ce changement n’est pas uniquement la responsabilité du gouvernement, mais aussi du peuple. Oui, l’engagement du pouvoir, à travers la préparation et la mise en œuvre des élections crédibles cette année reste essentiel. Mais cela ne suffira pas. Le changement doit venir aussi d’en bas. Cela signifie que chaque électeur congolais doit s’engager à se rendre aux urnes pour voter le vingt-trois décembre prochain.

Et pour cette pièce du puzzle, je vous regarde tous. En vous regardant, je suis inspirée par les leaders talentueux que vous êtes et je vous vois dans tous les secteurs de la société, notamment du monde académique, de la culture, des affaires, de la société civile, du gouvernement, et de la politique.

Et je sais qu’il y a beaucoup, beaucoup plus comme vous à travers cette grande nation. Les Etats-Unis vous soutiennent pour que vous puissiez mettre en commun vos immenses talents pour prouver ensemble-au monde tout entier-que le Congo peut et veut : avancer pour construire une démocratie forte et prospère, tirer profit des ressources incomparables de ce pays – non seulement des ressources naturelles, mais avant tout et surtout du talentueux et imbattable peuple congolais-au profit de tout un chacun.

Les Etats-Unis sont disposés de vous accompagner vers une telle réussite et nous savons qu’elle aboutira.

Au moment de fêter les deux cent quarante-deux ans d’indépendance des Etats-Unis, nous réfléchissons à la fois au courage de nos pères fondateurs qui ont tracé une nouvelle voie, audacieuse et démocratique, et aux nombreuses luttes dans lesquelles nos propres citoyens se sont engagés pour sauvegarder et nourrir leur République.

Ces luttes continuent. Avec le jour de l’indépendance de la République démocratique du Congo-dans trois jours, et ses élections dans six mois seulement -nous croyons que la démocratie congolaise peut et va progresser et se renforcer. Les Etats-Unis restent fermes dans leur partenariat avec vous pour que cela aboutisse. Selon l’Ambassadeur Nikki Haley : « Vous avez beaucoup d’amis qui veulent vous voir réussir. Il n’y aura pas de repos jusqu’à ce que vous ayez des élections libres et équitables. »

Au nom de tous les employés congolais et américains de l’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa, je vous remercie de nous avoir rejoints. Je vous invite à continuer à célébrer avec nous.

Joyeuse fête de l’indépendance !

A lire aussi

UE et sa réforme du droit d’auteur

Le parlement européen a voté mercredi en faveur de la très sensible réforme du droit …

Laisser un commentaire