dimanche , 22 juillet 2018
Accueil / Afrique / « Lions de la Teranga » : Le match nul fait partie de la dure loi du foot

« Lions de la Teranga » : Le match nul fait partie de la dure loi du foot

De Dakar à Saint-Louis, les fans des « Lions de la Teranga » promettent de continuer à se mobiliser pour soutenir la bande à Sadio Mané, toujours en course pour les 8e de finale du Mondial-2018, malgré le match nul concédé contre le Japon (2-2) dimanche à Ekaterinbourg. « C’était un très beau match, on a mené au score deux fois. Le match nul fait partie de la dure loi du foot », se console, juste après le coup de sifflet final, Ismaël Thiam, un étudiant en russe de 22 ans venu supporter les hommes du sélectionneur Aliou Cissé dans la fan zone installée sur la place de l’Obélisque, dans un quartier populaire de Dakar.

A Saint-Louis, 250 km plus au nord, François Gaye, se veut également positif: « Il y a lieu de remarquer que le Sénégal n’a pas perdu et que l’on peut se mobiliser pour soutenir les Lions afin que l’équipe nationale réussisse une prouesse contre la Colombie », lors de la troisième journée, jeudi 28 juin.

Après la victoire contre la Pologne (2-1) en début de semaine, les supporters des Lions affichaient leur optimisme au moment d’affronter les « Samouraïs bleus ». Les alentours de l’obélisque, lieu traditionnel de rassemblements, étaient envahis dès le début de l’après-midi par des milliers de fans portant les maillots de l’équipe nationale.

Au son des vuvuzelas et de tambours, au milieu de drapeaux vert-jaune-rouge, Pape Mane, un tailleur de 36 ans, se voulait serein. « On est toujours confiants. Le Sénégal va battre le Japon 2-0. On a de très bons joueurs », disait-il.

Le début du match lui a donné raison. Dès la 11e minute, le capitaine sénégalais et attaquant vedette de Liverpool, Sadio Mané, poussait le ballon avec un brin de chance dans le but de Kawashima. La foule rugit de bonheur, chante et danse…

Mais cela ne dure qu’un quart d’heure. Le temps pour Inui de ramener les deux équipes à égalité (34e).

Trop contents

La mi-temps est sifflée sur ce score de parité. « Je suis très concentré, et je suis surpris. Je pensais que nous allions gagner 2-0, ou pourquoi pas 5-0 », confie, un sourire aux lèvres malgré tout, Abou Aziz Ndiaye, un étudiant de 21 ans.

La seconde mi-temps est tendue. Les deux équipes font jeu égal. Jusqu’à la 71e, quand Moussa Wagué redonne l’avantage au Sénégal. Au pied de l’obélisque, nouvelle explosion de joie. Les chants de victoire retentissent, les bouteilles d’eau sont projetées en l’air, la foule exulte.

« On est trop contents de participer à cette Coupe du Monde, et surtout de voir notre pays gagner ! On souhaite que ça continue ainsi ! », s’enthousiasme alors Mami Gueye, 27 ans, une actrice venue avec une copine.

Le vrai coup de froid tombe six minutes plus tard. Nouvelle égalisation du Japon, par Honda. Et les 10 dernières minutes n’y changeront rien, la qualification ne sera pas pour aujourd’hui.

« Je me sens hyper stressé, parce que le Japon était vraiment l’adversaire contre qui gagner. La Colombie est une équipe très forte », s’inquiète Assan Badiane, 23 ans, étudiant à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar. D’autres relativisent. « Le foot c’est d’abord du fun », lance Babacar Ndiaye, un jeune informaticien, avant de repartir, écharpe à la main, toujours « confiant ».

LES CO-LEADERS DU GROUPE H EN BONNE POSITION POUR UNE QUALIFICATION EN HUITIÈMES

Au classement, les « Lions de la Teranga » et les « Blue Samouraïs » comptent quatre points, une longueur de plus que les coéquipiers de James et Falcao.

Ce résultat élimine donc la bande à Robert Lewandowski, qui partait pourtant favorite dans cette poule, battue 3-0 en soirée.

Le nul d’Ekaterinbourg peut toutefois laisser plus d’amertume que de satisfactions de part et d’autres.

« Bien sûr que nous sommes déçus, nous n’avons pas vu un grand Sénégal ce soir par rapport au match précédent contre la Pologne (2-1) », a estimé le sélectionneur du Sénégal Aliou Cissé.

Ses joueurs peuvent regretter de ne pas avoir conservé l’avantage du score après avoir mené deux fois.

La première en profitant d’une erreur d’Eiji Kawashima en début de match. Pas toujours exempt de tous reproches lors de la saison qui a couté sa place en Ligue 1 à Metz, le portier japonnais a repoussé un centre sans danger de Youssouf Sabaly des deux poings directement sur la jambe de Sadio Mané, avant de voir le ballon finir dans son but (1-0, 11).

Les hommes d’Aliou Cissé ont ensuite repris l’avantage à vingt minutes de la fin par le jeune arrière droit Moussa Wagué, 19 ans, arrivé à point nommé au deuxième poteau pour reprendre un nouveau centre de Sabaly (2-1, 71).

Position de force

Pour le reste, malgré un nombre de tirs et de tirs cadrés supérieur à leur adversaire, les Sénégalais ont été peu souvent dangereux, à l’image de la reprise trop molle d’Ismaïla Sarr (24) ou de la frappe facilement bloquée par Kawashima de Mbaye Niang.

Une défaite aurait même été cruelle pour des Japonnais qui ont eu le ballon et les occasions les plus dangereuses.

« C’était très important de neutraliser (Sadio) Mané et nous avons plutôt bien réussi à atténuer la menace qu’il représente », s’est félicité le coach nippon Akira Nishino.

Ils sont logiquement revenus au score d’abord par Takeshi Inui, d’une belle frappe enroulée après une action où la défense sénégalaise a semblé un peu passive (1-1, 34).

Leur attaquant Yuya Osako a notamment raté le ballon sur un centre parfait à ras de terre alors qu’il se trouvait à six mètres des buts (60) avant de voir Salif Sané contrer sa reprise aux six mètres après un corner (75).

C’est finalement le toujours vaillant Keisuke Honda (32 ans), qui a sauvé le Japon à 12 minutes de la fin (2-2, 78), alors qu’Inui avait touché le haut de la transversale sur une nouvelle frappe enroulée (65).

Malgré cela, les deux équipes seront en position de force jeudi prochain pour poursuivre l’aventure russe lors de la dernière journée, qui s’annonce intense.

[Afp]

A lire aussi

Moise KATUMBI, Jean-Pierre BEMBA et Felix TSHISEKEDI. Photo montage par KongoTimes

Présidentielle : L’Opposition en RDC se trouve devant un choix cornélien

A cinq mois et six jours des élections prévues le 23 décembre en République Démocratique …

Laisser un commentaire