lundi , 17 décembre 2018
Accueil / International / Europe / Angleterre : Un Mondial idéal

Angleterre : Un Mondial idéal

Sur le papier, c’était déséquilibré. Sur le terrain, ça n’a pas fait un pli avec deux penalties du capitaine Harry Kane, nouveau meilleur buteur du Mondial, un doublé de la tête du défenseur John Stones et une magnifique frappe enroulée de Jesse Lingard. Et tout ça avant la mi-temps! Confiante, jeune, sereine et spectaculaire, Kane et sa bande sont en train de tirer un trait sur l’histoire récente catastrophique de l’Angleterre. Après la non-qualification pour l’Euro-2008, l’élimination dès les huitièmes de l’Euro-2016 par l’Islande, zéro victoire lors du Mondial-2014, voici le feu d’artifice! L’Angleterre, avec un triplé du nouveau meilleur buteur du Mondial-2018 Harry Kane, a étrillé le Panama (6-1) pour décrocher son billet pour les huitièmes de finale, où elle sera accompagnée par la Belgique, dimanche à Nijni Novgorod. Un but de Jesse Lingard (36), un doublé de John Stones (8, 40), et surtout un triplé d’Harry Kane (22 sp, 45+1 sp, 62), ont permis aux Trois Lions de revenir à égalité parfaite de points, buts marqués et encaissés avec les Belges en tête du groupe G, avant la tant attendue « finale » de la poule qui les opposera jeudi aux Diables Rouges. Le Panama et la Tunisie, éliminés après deux défaites chacun, s’affronteront en parallèle.

En mode croisière: Harry Kane a réussi un triplé et l’Angleterre s’est qualifiée pour les huitièmes de finale du Mondial-2018 après avoir humilié le Panama (6-1), dimanche à Nijni Novgorod.

Sur le papier, c’était déséquilibré. Sur le terrain, ça n’a pas fait un pli avec deux penalties du capitaine Harry Kane, nouveau meilleur buteur du Mondial, un doublé de la tête du défenseur John Stones et une magnifique frappe enroulée de Jesse Lingard. Et tout ça avant la mi-temps!

Confiante, jeune, sereine et spectaculaire, Kane et sa bande sont en train de tirer un trait sur l’histoire récente catastrophique de l’Angleterre. Après la non-qualification pour l’Euro-2008, l’élimination dès les huitièmes de l’Euro-2016 par l’Islande, zéro victoire lors du Mondial-2014, voici le feu d’artifice!

La démonstration anglaise a permis à l’Angleterre de rattraper la différence de buts (+6) pourtant confortable de la Belgique, explosive face à la Tunisie samedi (5-2). Mais elle a aussi assuré aux Belges leur ticket pour les 8es, qu’ils n’avaient pas encore mathématiquement.

Même nombres de buts marqués et encaissés: en cas de match nul lors du choc contre les Diables Rouges, véritable finale du groupe G jeudi, c’est pour l’instant l’Angleterre qui possède l’avantage, puisqu’elle n’a récolté que deux cartons jaunes, contre trois pour les « Diables rouges » au classement du fair play, qui départage dans cette situation assez surprenante.

Les « Trois Lions », frustrés offensivement contre la Tunisie (2-1), se sont cette fois régalés contre des Canaleros complètement dépassés. Bilan: c’est la plus large victoire anglaise dans son histoire en Coupe du monde.

Coup du Panama

Dès la huitième minute, Stones, seul au point de penalty, ouvrait le score d’une tête puissante.

Lingard était ensuite bousculé dans la surface par Escobar et Torres. Kane transformait le penalty en force dans la lucarne gauche (20). Imparable.

Combinant avec Sterling, Lingard (36) envoyait une magnifique frappe enroulée du droit qui se logeait dans le « timbre » (expression anglaise pour désigner la lucarne).

Sur une combinaison parfaite après un coup franc, Kane remettait de la tête à Sterling, dont la tête était repoussée par Penedo, mais Stones était bien là pour mettre le dernier coup de front et réussir un doublé (40).

Juste avant la pause, Murillo accrochait Stones dans la surface. Bis repetita pour Kane, qui envoyait son penalty exactement au même endroit que le premier (45).

Un peu chanceux, le capitaine s’offrait même un triplé avant son remplacement par Jamie Vardy, déviant du talon une frappe de Loftus-Cheek (62), sans vraiment le vouloir et à la limite du hors jeu (mais validé par la VAR).

L’attaquant est ainsi devenu le troisième anglais a réussir un « coup du Panama » en Coupe du monde, après Gary Lineker (1986) et Geoff Hurst (1966). Avec cinq réalisations, il prend au passage la tête du classement des buteurs de la Coupe du monde devant Cristiano Ronaldo et Romelu Lukaku. Pas mal pour celui qui était rentré bredouille de l’Euro-2016!

En fin de match, les Canaleros ont sauvé l’honneur, Baloy reprenant un coup franc d’Avila (78).

KANE DÉPASSE RONALDO ET LUKAKU

Les artificiers anglais du dimanche s’appellent Jesse Lingard (25 ans), 1 but, John Stones (24 ans), auteur d’un doublé et Harry Kane (24 ans), trois buts dont deux penalties – la défense panaméenne impuissante n’a pu que lui donner des coups pour tenter de le ralentir. Avec son triplé, « Prince Harry » prend seul la tête du classement des buteurs devant Cristiano Ronaldo (Portugal) et Romelu Lukaku (Belgique), tous deux à quatre buts.

C’était le premier Mondial pour le Panama, et ça s’est vu: défaite inaugurale contre la Belgique (3-0) puis ce calvaire contre les Trois Lions: 9 buts encaissés en deux matches, c’est la pire défense du tournoi devant la Tunisie (7 buts encaissés).

Avec ce large succès, les Anglais font le ménage dans le groupe G: ils sont qualifiés pour les 8es de finale, de même que, par rebond, la Belgique. Le Panama et la Tunisie sont d’ores et déjà éliminés.

C’est une mauvaise nouvelle pour l’Afrique: trois de ses équipes sur cinq sont déjà au tapis, puisque le Maroc et l’Egypte n’ont déjà plus rien à espérer. Seuls le Sénégal et le Nigeria peuvent sauver l’honneur du continent africain.

Avec ce large succès contre les Canaleros, les jeunes Trois Lions »de Gareth Southgate s’offrent également cette finale de groupe très attendue contre la Belgique, jeudi à Kaliningrad. Ce duel fait saliver d’avance: les deux équipes sont à égalité parfaite (points, buts marqués et encaissés…).

Tellement sereins…

Il y a fort longtemps que le public anglais n’avait pas eu autant d’espoir, entre la non-qualification pour l’Euro-2008, l’élimination dès les huitièmes de l’Euro-2016 par l’Islande, zéro victoire lors du Mondial-2014 et des performances léthargiques en qualifications.

Southgate, en rajeunissant l’Angleterre et en lui donnant plus de libertés offensives, a apporté un vent de fraîcheur qui a balayé, jusque-là, les affres du passé.

En Russie, son équipe a pour l’instant séduit, entre son discours détendu, sans prétention, et ses belles performances. En dépit de la faiblesse des adversaires. Le teste contre la Belgique sera autrement révélateur.

Son capitaine « Prince Harry » Kane est au rendez-vous, alors pourquoi ne pas imaginer un joli parcours?

« On a une équipe qui a faim, qui veut s’améliorer », avait assuré Southgate avant le match. « On veut montrer aux gens que l’Angleterre peut jouer d’une façon différente. On a des joueurs techniques. On veut qu’ils gardent la balle, s’expriment avec et entament vraiment le match comme ils l’ont fait l’autre fois. »

Indécis groupe H

En soirée, le duel entre la Pologne et la Colombie est déjà crucial. Les deux nations, favorites du groupe H mais défaites lors du premier match, se battent pour leur survie.

Dans le stade de Kazan, la rencontre offrira une chance de se rattraper à deux stars du Bayern Munich.

D’un côté, Robert Lewandowski, idole polonaise et meilleur buteur des qualifications européennes, était resté muet lors de la défaite contre le Sénégal (2-1). « Il n’a pas oublié comment jouer au football », a prévenu son sélectionneur Adam Nawalka.

De l’autre, James Rodriguez, à peine remis d’une blessure au mollet gauche, avait été transparent après son entrée en jeu dans le revers contre le Japon (2-1). « Il va très bien », a rassuré le patron des Cafeteros José Pekerman.

Lequel des deux pays suivra l’exemple allemand, vainqueur de la Suède samedi après sa défaite initiale contre le Mexique?

Enfin, dans le troisième match du jour, eux veulent confirmer: après avoir fait chuter les favoris, le Japon et le Sénégal de Sadio Mané auront donc l’occasion de faire un grand pas vers les huitièmes de finale.

Une victoire à Ekaterinbourg et c’est une Coupe du monde réussie qui leur tend les bras, un scénario difficile à imaginer au début du Mondial, tant Colombiens et Polonais semblaient au-dessus. Mais, en Russie, les favoris sont à la peine…

[Afp]

A lire aussi

Acte V : Mobilisation dans le calme des « gilets jaunes » en France

Peu d’interpellations, pas de heurts: l’acte V des « gilets jaunes » se déroulait samedi à Paris …

Laisser un commentaire