lundi , 17 décembre 2018
Accueil / Société / La vie au milieu des inondations en Somalie

La vie au milieu des inondations en Somalie

Dernière mise à jour, le 20 juin 2018 à 11:28

Après la sécheresse, de fortes pluies et des rivières débordantes apportent de nouveaux soucis. Après avoir souffert d’une année de sécheresse et des pluies les plus abondantes depuis plus de trois décennies, plus de 750 000 Somaliens doivent maintenant trouver comment se procurer de la nourriture et un abri et faire face aux nouveaux risques pour la santé. Le mois dernier, le gouvernement somalien et l’ONU ont demandé 80 millions de dollars pour aider les personnes touchées par les inondations dans le sud et le centre du pays.

La journaliste et photographe Christina Goldbaum a récemment passé une semaine à visiter Baidoa, où des crues subites ont fait place à des colonies temporaires, et Belet Weyne, où la rivière Shabelle a éclaté, plongeant la ville sous près d’un mètre d’eau.

Au moins 300 personnes ont été tuées par des inondations en Afrique de l’Est et dans la Corne cette année, la Somalie, le Kenya et le Rwanda étant particulièrement touchés. En Somalie, plus de 200 000 personnes ont été déplacées de leurs maisons – dont beaucoup étaient des abris de fortune destinés à offrir un répit à court terme après la sécheresse.

Voici quelques-unes de leurs histoires en attendant de rentrer chez eux, à la terre qui a été nourrie par les pluies mais reste souvent peu accueillante, sous le contrôle des militants d’al-Shabab. Alors que les organisations humanitaires réorientent des ressources déjà limitées vers les personnes qui font face aux conséquences des inondations, la plupart des familles de Baidoa attendent simplement de voir ce que les nuages ​​apportent.

Comme l’a expliqué une femme: « Je garde les yeux ouverts et je regarde toujours le ciel. »

Comment sauver cinq enfants

Quand les premières pluies sont arrivées fin avril, signalant la fin de la terrible sécheresse qui a balayé la Corne de l’Afrique l’année dernière, Fatuma Mohamed, 30 ans, les a accueillis comme un signe qu’elle et sa famille pourraient enfin revenir d’un camp à l’extérieur de la ville de Baidoa à leur terrain desséché à Bakool, au sud de la Somalie.

Les pluies ont continué. Et continué. Une nuit, le toit en bâche de la hutte de Fatuma a commencé à fuir. En quelques heures, l’eau à l’intérieur mesurait plus d’un demi-mètre de profondeur.

Fatuma savait qu’elle avait des ennuis. Elle était seule avec les enfants: son mari, Mohamed, avait ramené le trek de 150 kilomètres à la maison, espérant ramener suffisamment de vie dans la terre pour justifier le retour de la famille. Elle a réveillé ses enfants, a dit à sa fille de 13 ans, Deerin, de porter les deux plus jeunes, et a mis en bandoulière les deux autres enfants dans son dos. Rapidement, elle remplit deux bidons d’eau pour les alourdir, les plaça sur le sol à l’intérieur de sa hutte et y plaça un enfant. Puis elle resserra les cordes de la bâche et saisit tous les ustensiles de cuisine qu’elle pouvait atteindre avant qu’ils ne soient emportés.

Entrant dans la nuit humide, elle a commencé à pousser à travers l’eau jusqu’aux genoux et des tas de boue, menant sa famille à un centre communautaire sur les hauteurs.

« J’ai vu comment certains enfants peuvent aller sous l’eau et suffoquer », a déclaré Fatuma, en racontant cette nuit-là. « Je suis une mère. Ma première pensée sera toujours mes enfants et comment les garder en sécurité, surtout quand nos conditions deviennent plus difficiles.  »

Cabanes de fortune comme à la maison : Une femme, trois rôles

Kalia Abdi Qaasim, 35 ans, a marché 45 kilomètres du district de Kasahadhere à Baidoa l’année dernière avec ses enfants pour échapper au pire de la sécheresse. Son mari est resté sur le complot familial et est mort depuis. « Je suis le père et la mère ici », a-t-elle dit. Kalia vend du bois de chauffage pour gagner de l’argent, mais les pluies et les routes boueuses ont rendu difficile d’atteindre la périphérie du camp pour ramasser le bois. « Il y a beaucoup de commerce et plus d’opportunités pour moi de gagner ici [à Baidoa] », a-t-elle dit. « Mais les affaires ont disparu avec ces inondations, et nous ne savons pas combien de temps ils vont durer. »

En attendant de retourner à la ferme

Shamso Hassan, 25 ans, avec son enfant, est arrivée à Baidoa l’année dernière après que la sécheresse ait dévasté la petite ferme de sa famille, à environ 45 kilomètres de là. Shamso est arrivée avec environ 50 autres personnes de son village, une randonnée de 10 jours à pied. Ils ont rejoint plus de 240 000 personnes, dont de nombreux agriculteurs, qui ont vécu dans des camps de fortune l’année dernière après avoir fui la sécheresse. Quand les pluies sont arrivées, la plupart de sa maison de fortune a été emportée par une inondation. Pendant trois jours, elle a récupéré des bâtons, des cordes et des bâches pour les reconstruire. Son mari est retourné à la ferme familiale et, bien que la communauté ait été favorable, elle dit qu’il est toujours difficile de prendre soin de sa famille toute seule. « Je prie pour que la ferme produise cette année », a-t-elle dit. « Si c’est le cas, nous pouvons enfin rentrer chez nous. »

Un paysage modifié

Beaucoup de bâtiments et de colonies à Belet Weyne, une ville le long de la rivière Shabelle, ont été submergés sous près d’un mètre d’eau quand il a débordé de ses berges. Des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées et les craintes d’épidémies de choléra, de diarrhée aqueuse aiguë et de paludisme sont en augmentation.

La terre est verte, mais des problèmes surgissent

Les pluies ont de nouveau tourné la terre autour de la rivière Shabelle et de nombreux hommes sont retournés dans leurs fermes pour planter des cultures. Mais amener ces cultures dans des villages où elles peuvent être vendues est une autre affaire. « Les inondations affectent aussi les fermes, car avec les routes délavées, les agriculteurs ne peuvent pas vendre leurs produits au marché », a déclaré Thomas Nyambane, OCHA, l’organe de coordination de l’aide d’urgence de l’ONU. « Si la pluie est trop forte », at-il ajouté, « cela affectera la germination des graines dans ces fermes, forçant les agriculteurs à devoir replanter ».

Ce n’est pas sécuritaire de rentrer à la maison

Ado Hassan, 32 ans, est arrivé à Baidoa il y a 10 mois avec sa femme et ses deux enfants d’un village situé à 30 kilomètres et a ouvert une petite boutique. Les pluies récentes ont rendu son terrain prêt à être cultivé, mais il n’a aucun projet de retour. « L’endroit d’où nous venons est contrôlé par les militants d’Al-Shabab et quand nous voulons cultiver, ils nous demandent de l’argent pour le faire », a-t-il dit. « De nos jours, je n’ai pas cet argent à payer; c’est mieux si ma famille reste ici. »Il est l’un des rares hommes à prendre la décision de ne pas retourner dans leur pays. Pour ceux qui retournent dans leurs champs, il n’y a aucune garantie que la terre produira du temps de récolte.

Prêt à combattre le paludisme et le choléra

« Avec les fortes pluies, il y a généralement des épidémies de choléra et de paludisme », explique Abdifatah Ibrahim, directeur du Bay Regional Hospital, où la clinique de diagnostic du paludisme était encore en construction. L’année dernière, le ministère de la Santé a signalé plus de 17 000 cas de choléra à travers le pays, les pluies annuelles apportant des moustiques porteurs du paludisme. Cette année, seulement environ 3.000 cas ont été rapportés, selon l’Organisation mondiale de la santé. Ibrahim attribue ce déclin à de plus grands efforts de prévention et de préparation entrepris par les travailleurs de la santé et les organisations d’aide internationale.

Là où la maladie se cache

À la périphérie d’un camp au nord-est de Baidoa, les inondations ont laissé derrière elles un lac, un terrain de jeu tentant pour les enfants. Mais les autorités s’inquiètent que l’eau contaminée par les latrines à fosse cassée puisse provoquer des flambées de diarrhée aqueuse et d’autres maladies. « Notre principale préoccupation est la santé de la population », a déclaré Mustafa Haji Noor, ministre des affaires humanitaires et de l’invalidité de l’État du Sud-Ouest, qui comprend la région de la Baie. «Les latrines sont brisées, de sorte que les déchets se trouvent à l’extérieur et les inondations subites déplacent les déchets dans la rue où les enfants jouent. Si une épidémie de choléra revient, que se passera-t-il?

Lorsque Adroos, la fille de Jello Adan Ali âgée de trois ans, a commencé à vomir et souffrait de diarrhée pendant trois jours, Jello a quitté ses filles avec une voisine pour chercher des sels de réhydratation orale. Elle en a finalement eu d’un autre résident du camp. Mais elle est inquiète parce qu’elle n’a pas les moyens de se rendre à l’hôpital pour demander un traitement supplémentaire à Adroos. « Je prends soin de ma fille du mieux que je peux, mais le médicament n’est pas là, et je répare aussi ma maison et essaie d’empêcher mon autre fille de tomber malade à cause de la mauvaise eau », a-t-elle dit.

Les inondations ont rendu plus difficile pour les agents de santé d’aider les gens comme Jello. «Nous utilisons habituellement l’ambulance pour atteindre les personnes qui ne peuvent pas venir à l’hôpital, mais la plupart des routes ne sont pas goudronnées, alors cela devient beaucoup plus difficile», a déclaré Ibrahim, le directeur de l’hôpital.

En l’absence de travailleurs de la santé, Jello fait tout ce qu’elle peut pour s’occuper de ses filles. « Je ferai tout, » dit-elle, « mais les inondations rendent nos enfants malades, et que pouvons-nous faire contre la pluie? »

[Irin, traduire en français par kongotimes.info]

A lire aussi

Denis MUKWEGE, lauréat du Prix Nobel de la Paix 2018, Oslo, 10 décembre 2018.

Nobel de la paix : Incroyable discours du Dr. Denis MUKWEGE

Dernière mise à jour, le 13 décembre 2018 à 07:06 Dans son discours, Denis MUKWEGE …

Laisser un commentaire