mardi , 10 décembre 2019
Accueil / Politique / Ebola : Première vaccination lancée en RDC

Ebola : Première vaccination lancée en RDC

Dernière mise à jour, le 24 mai 2018 à 11:57

Supervisée par le ministre congolais de la Santé, la campagne de vaccination contre l’épidémie d’Ébola, lancée hier à Mbandaka s’est déroulée devant l’œil témoin des délégués des partenaires d’appui au secteur de la Santé et des autorités provinciales. Cette première vaccination en RDC a commencé avec les prestataires ayant des contacts avec les malades. Épidémie mortelle, certes. Ébola n’est pas cependant, une maladie incurable. A preuve, deux personnes qui souffraient de cette fièvre dans la zone de Santé de Bikoro, dans la province de l’Équateur, ont été guéries et sont partis de l’hôpital. La nouvelle, aux allures d’un témoignage encourageant, a été personnellement rapportée par le médecin des médecins congolais, au cours d’une interview dimanche dernier à Radio Okapi.  » Ces malades ont été autorisés à regagner leurs domiciles, après avoir subi un traitement curatif encore dans sa phase expérimentale « , a précisé le ministre Oly Ilunga ; assurant que  » toute personne atteinte du virus n’est pas nécessairement condamné à la mort.  » La Chine suit de près l’épidémie d’Ébola en République démocratique du Congo (RDC) et elle est prête à offrir ses expériences en cas de besoin. Le Gouvernement américain a, à cet effet, mobilisé 7 millions de dollars pour appuyer la lutte contre cette maladie, a annoncé un communiqué du Département d’État.

Une campagne de vaccination contre la fièvre hémorragique à virus Ébola, a été lancée hier lundi 21 mai à Mbandaka, capitale provinciale de L’Équateur, dans le Nord-Ouest de la RD Congo. Dans son adresse, le ministre de la santé, Oly Ilunga, cité par Radio Okapi, a insisté notamment sur l’engagement des partenaires, des dirigeants et de la population, à la surveillance épidémiologique. Aussi, a-t-il préconisé une vaccination ciblée qui doit s’opérer à 3 cercles : le personnel soignant, les contacts des malades et les contacts de ces contacts.

A en croire la Radio de la Fondation Hirondelle émettant de Kinshasa, la campagne d’immunisation contre cette maladie mortelle a été lancée par une équipe d’experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), partie de Kinshasa. Mais le tout se passe sous la supervision du Dr Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé publique. Lors de cette première journée de la campagne, les infos en notre disposition renseignent que le directeur du Programme élargi de vaccination (PEV) s’est offert en cobaye. M. Guillaume Ngoie Muamba – parce que c’est de lui qu’il s’agit – a été le premier Congolais à recevoir le vaccin contre la fièvre hémorragique à virus Ebola.

Le numéro 1 du PEV, précise-t-on, compte parmi les 73 prestataires visés par cette campagne de vaccination. « C’est pour donner un message de sûreté et d’assurance à toute la population exposée. Je me sens toujours normal après avoir pris ce vaccin. Les effets secondaires peuvent toujours être ressentis après. Ils dépendent d’un corps à un autre, ce n’est pas à craindre », a-t-il affirmé à Radio Okapi.

Optimiste, le représentant de l’OMS, Dr Allarangar Yokoude cité par le média onusien en RD Congo, reste convaincu qu’en ce début de l’épidémie, la vaccination demeure efficace pour briser rapidement la chaîne de contamination.  » Si on arrive à vacciner ces cibles déterminées, à savoir le personnel de santé, les contacts des cas confirmés, et les contacts de ces contacts, on a plus de chance de vaincre cette maladie », dit-il.

Les raisons d’esperer

Supervisée par le ministre congolais de la Santé, la campagne de vaccination contre l’épidémie d’Ébola, lancée hier à Mbandaka s’est déroulée devant l’œil témoin des délégués des partenaires d’appui au secteur de la Santé et des autorités provinciales. Cette première vaccination en RDC a commencé avec les prestataires ayant des contacts avec les malades.

Épidémie mortelle, certes. Ébola n’est pas cependant, une maladie incurable. A preuve, deux personnes qui souffraient de cette fièvre dans la zone de Santé de Bikoro, dans la province de l’Équateur, ont été guéries et sont partis de l’hôpital. La nouvelle, aux allures d’un témoignage encourageant, a été personnellement rapportée par le médecin des médecins congolais, au cours d’une interview dimanche dernier à Radio Okapi.  » Ces malades ont été autorisés à regagner leurs domiciles, après avoir subi un traitement curatif encore dans sa phase expérimentale « , a précisé le ministre Oly Ilunga ; assurant que  » toute personne atteinte du virus n’est pas nécessairement condamné à la mort.  »

Les deux cas de malades guéris de la fièvre hémorragique à virus Ébola, constituent un motif de réconfort moral pour l’ensemble de la population de Bokoro, considéré encore jusqu’ici comme l’épicentre de cette épidémie. D’où, les raisons d’espérer à l’efficacité d’une riposte à la fin de la campagne de vaccination lancée hier lundi.

Il convient de rappeler qu’au cours de son entretien avec Radio Okapi, le ministre Oly Ilunga a également révélé qu’un nouveau cas de décès à la suite d’Ébola a été enregistré à Bikoro.  » Et à ce jour, 49 cas d’Ebola sont surveillés dont 22 confirmés, 21 probables et 6 cas suspects « , a-t-il détaillé. Toutefois, au-delà du vaccin, des analystes pensent qu’une campagne de sensibilisation des populations autochtones aux règles élémentaires d’hygiène, reste fortement conseillée. Il s’agit, entre autres, du lavage systématique des mains avec du savon, d’arrêter momentanément la consommation de la viande de cadavres des gibiers et même celle d’un singe supposé abattu dans des conditions régulières.

LACHINE EST PRÊTE À OFFRIR SES EXPÉRIENCES EN CAS DE BESOIN

La Chine suit de près l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) et elle est prête à offrir ses expériences en cas de besoin, a déclaré dimanche le ministre chinois chargé de la Commission nationale de la santé, Ma Xiaowei.

Ma a tenu ces propos lors d’une conférence de presse à Genève. Il est à la tête de la délégation chinoise pour l’Assemblée mondiale de la santé.

« Nous sommes très préoccupés par le développement de l’épidémie d’Ebola en RDC », a indiqué le ministre chinois.

« Comme vous le savez tous, en 2014 lorsque l’épidémie d’Ebola s’est déclarée en Afrique de l’Ouest, le gouvernement chinois et son peuple ont réagi rapidement et … nous avons envoyé des experts et du personnel de la santé pour aider les pays d’Afrique de l’Ouest. »

Selon lui, la Chine suit de près l’épidémie d’Ebola en RDC, et « au cas de besoin », le gouvernement et le peuple chinois peuvent également y envoyer des experts et du personnel de la santé.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré vendredi que la réaction rapide a réduit les risques liés à l’épidémie d’Ebola en RDC, tout en déclarant confiante que cette épidémie pourrait être contrôlée.

La réaction à l’épidémie d’Ebola en RDC est encourageante, a déclaré vendredi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, lors d’une conférence de presse à Genève.

« Je pense que la réaction est très positive », a déclaré M. Tedros, notant qu’il était particulièrement heureux de voir un consensus de la part des partenaires, selon lequel, ce qui s’est passé en 2014 en Afrique de l’Ouest ne doit pas se répéter.

Des milliers de personnes dans le monde entier ont été mobilisées pour combattre l’épidémie d’Ebola, a ajouté le directeur général de l’OMS.

La 71ème Assemblée mondiale de la santé qui est l’organe décisionnel suprême de l’OMS se tiendra du 21 au 26 mai 2018 à Genève.

Pour rappel, le Gouvernement chinois a fait don d’un lot important de médicaments le mercredi 16 mai.

C’est le ministre de la Santé publique, Dr Oly Ilunga, qui a réceptionné, à Kinshasa, de l’ambassadeur de Chine en RDC, Wang Tongqing, ce don du gouvernement chinois, pour lutter contre la maladie à virus Ébola qui s’est déclarée le 8 mai courant dans le grand Équateur.

Selon le ministre de la Santé, l’épidémie qui sévit actuellement dans le grand Équateur, particulièrement à Bikoro, est grave, précisant que le lot de médicaments offerts par le gouvernement chinois va aider le personnel soignant à se protéger afin de continuer à travailler sans prendre de risque.

Dr Oly Ilunga a salué la qualité de la coopération entre la RDC et la Chine, particulièrement dans le secteur médical, soulignant qu’à tous les moments difficiles traversés par la RDC notamment lors des épidémies de fièvre jaune, de choléra ou d’Ébola, la Chine a toujours manifesté son soutien.

LES USA MOBILISENT 7 MILLIONS USD POUR LA RDC

« C’est dans le malheur qu’on reconnait les bons amis », dit-on. Les USA font leur ce dicton. Face à l’épidémie d’Ébola qui sévit en République Démocratique du Congo, Washington a jugé le moment propice pour mettre la main dans la poche. Le Gouvernement américain a, à cet effet, mobilisé 7 millions de dollars pour appuyer la lutte contre cette maladie, a annoncé un communiqué du Département d’État.

Selon ce communiqué diffusé par le Service de communication de l’ambassade américaine à Kinshasa et relayé sur Twitter, les États-Unis ont tenu à préciser que ce décaissement de 7 millions de dollars est un montant supplémentaire mobilisé pour combattre cette épidémie en République démocratique du Congo.

Ce geste du Gouvernement américain vient s’ajouter à ceux d’autres partenaires d’appui au secteur de la santé qui se sont mobilisés pour mettre un terme à la fièvre hémorragique à virus Ébola dans la province de l’Équateur.

[avec Laurel KANKOLE, Xinhua]

A lire aussi

Vérité des urnes : Nous devons évoluer

Martin Fayulu, qui continue à revendiquer la victoire à la présidentielle du 30 décembre 2018, …

Laisser un commentaire