jeudi , 15 novembre 2018
Accueil / Élections / RDC : Publier la liste actualisée de partis et regroupements politiques

RDC : Publier la liste actualisée de partis et regroupements politiques

Dernière mise à jour, le 12 avril 2018 à 12:53

Depuis le 26 mars 2018, la Céni (Commission électorale nationale indépendante) est en possession de la liste actualisée des partis et regroupements devant concourir aux élections du 23 décembre 2018. Il y a cependant un hic : la liste n’a jamais été publiée jusqu’à ce jour. Pour quelle raison ? Seuls Corneille Nangaa, président de la Céni, et Henri Mova Sakanyi, vice-Premier ministre de l’Intérieur et Sécurité, en détiennent le secret. Dans les états-majors politiques, c’est l’embarras, assorti d’inquiétude. On se rappelle que, dans un point inscrit dans ses contraintes légales au calendrier électoral du 5 novembre 2017, la Céni attendait du gouvernement la liste des partis et regroupements, après sa publication par le ministère de l’Intérieur. Cette recommandation a volé en éclats. La question reste de savoir les raisons pour lesquelles le gouvernement a préféré transmettre sous pli fermé la fameuse liste, sans l’avoir préalablement publiée.

Le 26 mars 2018, le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, Henri Mova Sakanyi, transmettait sous pli fermé à la Céni la liste actualisée de partis et regroupements politiques. En violation d’une des contraintes légales du calendrier électoral. Dans les états-majors politiques, l’incertitude commence à gagner du terrain. Certains craignent que le gouvernement n’ait soustrait de cette liste des partis et regroupements jugés gênants par la majorité au pouvoir. Que cache finalement la liste d’Henri Mova ? Suspense.

Depuis le 26 mars 2018, la Céni (Commission électorale nationale indépendante) est en possession de la liste actualisée des partis et regroupements devant concourir aux élections du 23 décembre 2018. Il y a cependant un hic : la liste n’a jamais été publiée jusqu’à ce jour. Pour quelle raison ? Seuls Corneille Nangaa, président de la Céni, et Henri Mova Sakanyi, vice-Premier ministre de l’Intérieur et Sécurité, en détiennent le secret. Dans les états-majors politiques, c’est l’embarras, assorti d’inquiétude.

A ce jour, aucun parti ou regroupement n’est assuré de figurer sur le sésame du ministère de l’Intérieur. Tous doutent et redoutent le sort qui leur est réservé le jour ‘’j’’. Pourtant, on se rappelle que, dans un point inscrit dans ses contraintes légales au calendrier électoral du 5 novembre 2017, la Céni attendait du gouvernement la liste des partis et regroupements, après sa publication par le ministère de l’Intérieur. Cette recommandation a volé en éclats. La question reste de savoir les raisons pour lesquelles le gouvernement a préféré transmettre sous pli fermé la fameuse liste, sans l’avoir préalablement publiée.

Toutefois, le 26 mars 2018, l’opinion retient qu’au moment de la transmission de cette liste, Henri Mova avait rassuré qu’aucun parti ou regroupement politique n’a été laissé de côté. C’était bien dit, mais cette assurance s’effrite du fait du suspense qui est entretenu sur la publication des « heureux élus ».

Dans les partis et regroupements, on craint que le gouvernement ne leur joue une fois encore un mauvais tour lorsque le moment sera arrivé de présenter les candidats aux élections. Tous les regards sont donc tournés vers Henri Mova, autorité habilitée à lever ce pan de voile.

Pour l’instant, la question ne semble pas le préoccuper. La liste ayant d’ores et déjà été transmise à la Céni, le patron de l’Intérieur donne l’impression que la publication de la fameuse liste relèverait désormais de la compétence de la centrale électorale. Quel est le soubassement juridique de cette procédure qui commence à exaspérer la classe politique, toutes tendances confondues. Tous devraient prendre leur mal en patience et attendre, avec tout ce que cela charrie comme émotions, le verdict de la centrale électorale.

Nombre de leaders, principalement ceux de l’Opposition, soupçonnent un coup fourré qui serait en préparation contre eux au niveau du ministère de l’Intérieur. Sinon, arguent-ils, rien ne saurait empêcher le vice-Premier ministre de l’Intérieur à dévoiler finalement le contenu de la liste transmise à la Céni.

En réalité, les élections apaisées ne sont pas inscrites dans le plan de la majorité au pouvoir. Très attachée à son autorité morale, non encore assurée de prendre part à la course présidentielle de décembre 2018, la majorité au pouvoir multiplie des stratégies pour éloigner des élections ceux qui semblent gênants à ses yeux. D’où, l’opacité qui entoure la liste déposée le 26 mars 2018 à la Céni.

Le scenario probable

Il faut donc s’attendre à de grandes surprises – sans doute désagréables – lorsque le contenu de cette liste sera rendue publique. L’on pourrait se trouver dans le cas de beaucoup d’appelés et peu d’élus. Pris au dépourvu à la dernière minute, les débarqués pourraient être priés d’aller en justice. Et pendant ce temps, le processus se poursuivrait sans eux ; l’on connaît la lenteur de la justice à se prononcer sur certains dossiers, surtout ceux relatifs au contentieux électoral. Un coup parfait, si jamais cela se réalisait !

Le moment venu, lorsqu’ils seront appelés à déposer les listes de leurs candidats, certains seront surpris de ne pas voir leur parti ou regroupement politique sur la fameuse liste du gouvernement. Disqualifiés de la course électorale, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer. Pour sa part, la Céni s’en dédouanera, dans la mesure où l’agrément des partis politiques ne relève pas de sa compétence.

D’aucuns craignent qu’il n’existe entre la Céni et le ministère de l’Intérieur, un deal dont la divulgation n’interviendra qu’au jour convenu.

A tout prendre, il y a des partis et regroupements qui ne sont pas du goût de la majorité. N’étant pas parvenus à les neutraliser par des voies légales, la MP pourrait récupérer la situation en dernière minute et les raisons ne manqueront, comme à l’accoutumée, pour justifier telle ou telle autre déconvenue. Pour l’instant, il faudrait préparer les esprits à des jours particulièrement agités, lorsque les acteurs politiques seront conviés à déposer devant la Céni la liste de leurs candidats. La surprise sera au rendez-vous.

[LePotentiel]

A lire aussi

Après Genève : Quelle crédibilité pour Vika et Fatshi devant la communauté internationale ?

Il faut dire qu’à l’espace de 24 heures, Félix Tshisekedi a fait un virage spectaculaire. …

Laisser un commentaire