mercredi , 14 novembre 2018
Accueil / Élections / UDPS : Loseke s’insurge contre la décision du CNSA

UDPS : Loseke s’insurge contre la décision du CNSA

Dernière mise à jour, le 6 avril 2018 à 08:19

 » Le CNSA a outrepassé sa mission et ses compétences lui confiées par l’Accord de la Saint-Sylvestre en voulant trancher des questions qui relèvent des cours et tribunaux « , a soutenu Tharcisse Loseke, président délégué de l’UDPS/Tshibala, au cours d’une conférence de presse organisée vendredi 30 mars à Kinshasa. Loseke s’insurge contre la décision prise par le Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA) en rapport avec le dédoublement voire le triplement de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDSP) de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Au terme d’une réunion marathon, jeudi 29 mars, l’institution dirigée par Joseph Olenghankoy a opté de ne reconnaitre que l’aile de l’UDPS qui siège à Limete sous la désormais direction de Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi.

Le camp Tshibala affirme ne pas être concerné par cette décision du CNSA, rappelant que leur formation n’a pas le problème de dédoublement en son sein. « Notre parti n’a jamais saisi le CNSA », rage Loseke qui juge ambiguë la décision du Conseil national de suivi de l’Accord. Le seul problème, selon Tharcisse Loseke, c’était la succession à la présidence du parti après la mort de son populaire et charismatique leader, Etienne Tshisekedi.

Interpretation partisane de l’article 26

Le président délégué de l’UDPS/Tshibala dénonce « l’interprétation partisane de l’article 26 des anciens statuts de l’Udps » par le CNSA. Cette disposition régit le fonctionnement du parti pendant l’absence de son président.

 » On se rend manifestement compte que le CNSA n’a pas bien lu les dispositions de cet article qui ne prête nullement à confusion », affirme-t-il. Loseke explique que l’article dont question parle du Directoire et non d’un seul membre du Directoire à qui le CNSA reconnait abusivement les compétences de présider seul le parti après le décès du président. Il relève également que ledit article fait partie des statuts de l’UDPS tout court et non de l’UDPS/Tshisekedi qui, insiste-t-il,  » ne dispose ni des statuts, moins encore d’existence légale « . Loseke ne comprend pas non plus le silence de l’institution dirigée par Olenghankoy quant au délai de 30 jours.

En définitive pour le camp Tshibala, la décision du CNSA attribuant la dénomination UDPS/Tshisekedi à l’aile de Jean Marc Kabund est « une blague de mauvais goût dans la mesure où ce parti est un fantôme. »

Selon tharcisse Loseke, le document du CNSA, du point de vue de la forme, brille par son illisibilité. Il prend, selon lui, tour à tour la forme d’un procès verbal, d’un compte rendu et d’une décision. A la fin, « cette décision se termine par des recommandations et ne désigne aucune structure appropriée pour son exécution », analyse-t-il.

L’accord de la saint-sylvestre viole

En un mot comme en cent, pour le camp Tshibala, le CNSA n’a pas qu’outrepassé ses compétentces, l’institution a aussi violé, selon Loseke, le chapitre 5 point 4 de l’Accord du 31 décembre 2016 qui recommande que « les parties prenantes demandent au ministère ayant l’Intérieur et la Sécurité dans ses attributions de s’abstenir de se mêler de quelle que manière que ce soit ou d’arbitrer les conflits internes des partis politiques qui relèvent des cours et tribunaux… »

Quant au congrès de l’Udps/Tshisekedi qui a vu Fatshi être élu président de l’UDPS avec 98,38%, en remplacement de feu Etienne Tshisekedi, Loseke le juge d’illégal car convoqué, selon lui, par un « usurpateur ». Et donc  » toutes les décisions qui sortiront de ce congrès seront nulles et de nul effet. Nous avons suffisamment démontré que ce Monsieur Jean Marc Kabund n’a ni qualité, ni titre », avait-il soutenu le jour même de l’ouverture de ces assises.

Tharcisse Loseke a diligenté une citation directe au tribunal de paix de Kinshasa/Matete contre Jean-Marc Kabund, secrétaire général de l’UDPS/Tshisekedi, qu’il accuse d’avoir convoqué un congrès au nom de l’UDPS. L’affaire a été prise en délibéré, la décision de la justice attendue dans quelques jours.

[Didier KEBONGO]

A lire aussi

Après Genève : Quelle crédibilité pour Vika et Fatshi devant la communauté internationale ?

Il faut dire qu’à l’espace de 24 heures, Félix Tshisekedi a fait un virage spectaculaire. …

Laisser un commentaire