lundi , 24 septembre 2018
Accueil / Culture / Moïse MUSANGANA : Un livre sur machine à voter en RDC

Moïse MUSANGANA : Un livre sur machine à voter en RDC

« Qu’est-ce que le vote électronique ? Qu’est-ce que la machine à voter ? Ceni : un choix hypothétique et peu rassurant », c’est le titre de l’ouvrage écrit par le journaliste Moise Musangana Muamba, porté sur les fonts baptismaux jeudi 29 mars par Stéphane Kitutu, Dg de CCTV. En écrivant sur la machine à voter, l’auteur contribue au débat en cours dans l’opinion. Sur la scène politique congolaise, deux camps s’affrontent au sujet de cette technologie dont la Centrale électorale dit ne pas pouvoir se passer pour organiser la présidentielle de décembre 2018.

Moïse Musangana, en se posant des questions dans un élan non seulement pédagogique mais aussi patriotique, indique clairement que le cadre conceptuel pose problème : est-ce une machine à voter ? Est-ce une machine pour voter ? Est-ce une imprimante ? Est-ce un ordinateur ? « Quand on ne s’accorde pas sur l’entendement des mots, ils deviennent eux-mêmes des maux « , fait remarquer l’auteur.

Moïse Musangana indexe également « l’opacité » qui a caractérisé la passation de marché avec « Miru Système », la firme coréenne fabricante desdites machines. Selon l’auteur, le pays de Kabila n’est pas le premier à expérimenter cette technologie, mais aussi invraisemblable que cela puisse paraitre, toutes ces nations y auraient renoncé. Imperfections mais surtout la non fiabilité des résultats des élections obligent. Les désavantages seraient plus nombreux que les avantages.

L’ouvrage est préfacé par l’ancien premier vice-président de la CENI, le Pr Jacques Adam Djoli. Citant le président de la Commission électorale sud-africaine, Djoli explique que le processus électoral étant l’affaire des politiques, les organisateurs (CENI) doivent dans leurs différentes procédures ou à chaque étape arriver au consensus entre les acteurs politiques ou les parties prenantes, pour que le résultat soit accepté par tous. « La CENI devra éviter de célébrer des messes noires en s’accrochant à cette innovation technologique hypothétique et peu rassurante. »

A quelque 9 mois des élections, les parties prenantes voient en la machine à voter matière à débat, le projet de la Commission électorale ne fait pas l’unanimité de la classe politique et ne semble pas rassurer la population. Ce qui présage la contestation des résultats.

Mais la Centrale électorale a un argument de taille pour faire fléchir les sceptiques : pour que les Congolais puissent voter le 23 décembre 2018, cette innovation est le seul moyen. Sinon, prévient-elle, il faudra encore attendre plusieurs mois pour des élections.

L’ouvrage de Moïse Musangana contient quelques conseils à l’attention de la CENI pour mener à bon port la consultation politique de décembre 2018.

[Didier KEBONGO]

A lire aussi

Suède : Victoire de l’extrême droite aux législatives

Une période d’incertitude s’ouvrait lundi en Suède après les législatives qui ont confirmé l’ancrage de …

Laisser un commentaire