lundi , 23 juillet 2018
Accueil / International / Amérique / Efraín Ríos Montt : La mort d’un génocidaire

Efraín Ríos Montt : La mort d’un génocidaire

L’ancien dictateur guatémaltèque Efrain Rios Montt, est mort dimanche à 91 ans, avant d’être enterré quelques heures après entouré de ses proches. Au même moment, des dizaines de familles des victimes ont manifesté dimanche à Guatemala pour demander justice. « Rios Montt génocidaire, les peuples ne pardonnent pas, n’oublient pas », ont-il écrit à la peinture rouge devant l’ancien siège du gouvernement, badigeonnant aussi le drapeau guatémaltèque pour symboliser le sang versé sous son régime. A l’époque où il était au pouvoir (1982-1983) ont été perpétrés les pires massacres en 36 ans de guerre civile au Guatemala. L’ancien chef de l’Etat avait été condamné le 10 mai 2013 à 80 ans de prison pour génocide, mais sa peine avait été annulée pour vices de procédure par la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays.

L’ancien dictateur guatémaltèque Efrain Rios Montt, accusé de génocide contre des Mayas, est mort dimanche à 91 ans, avant d’être enterré quelques heures après entouré de ses proches.

A l’époque où il était au pouvoir (1982-1983) ont été perpétrés les pires massacres en 36 ans de guerre civile au Guatemala.

L’ex-dictateur est décédé à son domicile d’un infarctus, a dit à la presse l’un des avocats qui l’avait défendu durant son procès, Jaime Hernández.

Un autre de ses avocats, Luis Rosales, a déclaré que l’ex-chef d’Etat était « mort en paix, dans la tranquillité, et avec la conviction que son pays n’a jamais connu de génocide et qu’il était innocent des accusations portées contre lui » dans le cadre de la guerre civile qui a déchiré le pays entre 1960 et 1996.

Il a été enterré quelques heures après dans un cimetière privé de la capitale. « Je retiens qu’il est parti libre, qu’il est mort libre », a crié sa fille Zury Rios, tandis que ses amis scandaient « Vive le général Rios Montt qui nous a délivré des communistes! », a constaté l’AFP.

Au même moment, des dizaines de familles des victimes ont manifesté dimanche à Guatemala pour demander justice. « Rios Montt génocidaire, les peuples ne pardonnent pas, n’oublient pas », ont-il écrit à la peinture rouge devant l’ancien siège du gouvernement, badigeonnant aussi le drapeau guatémaltèque pour symboliser le sang versé sous son régime.

L’ex-militaire, accusé d’avoir fait raser des villages mayas, est mort alors qu’était en cours son procès pour génocide, qui se déroulait à huis clos. Les médecins avaient diagnostiqué une démence sénile et d’autres affections graves.

Son état de santé lui aurait permis, en cas de condamnation, de purger sa peine à son domicile ou dans un centre d’accueil choisi par sa famille.

L’ancien chef de l’Etat avait été condamné le 10 mai 2013 à 80 ans de prison pour génocide, mais sa peine avait été annulée pour vices de procédure par la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays.

Terre brûlée

Ríos Montt était notamment accusé d’être responsable du massacre de 1.771 Mayas Ixil dans le département de Quiché (nord).

Arrivé au pouvoir par un coup d’État le 23 mars 1982, le dictateur avait été renversé par son ministre de la Défense, Oscar Mejía Victores, le 8 août 1983.

Bien que bref, son passage au pouvoir est considéré comme l’un des plus violents ayant marqué la guerre civile qui ont ensanglanté le pays, selon un rapport de l’ONU de 1999.

Ce rapport, estimant qu’un « génocide » avait été commis au Guatemala, recensait 626 massacres, dont 500 hameaux rasés.

Selon ce rapport, c’est entre 1978 et 1984 qu’ont été commises 91% des violations des droits de l’homme de la guerre civile, qui a fait au total 200.000 morts et disparus.

En pleine guerre froide, Efrain Rios Montt avait mis en place, au nom de la contre-insurrection, une politique de la « terre brûlée » contre des communautés indigènes soupçonnées de soutenir les guérillas de gauche, dans le nord et le nord-est du pays.

Né le 16 juin 1926 dans le département de Huehuetenango, à la frontière avec le Mexique, il a intégré la police militaire à 18 ans. A 20 ans, il a débuté ses études d’officier, et finira général.

Entré en politique en 1973, il est candidat à l’élection présidentielle pour une coalition de centre gauche, avant de virer ensuite totalement à droite.

Evangélique fanatique, il invoquait Dieu dans chacune de ses interventions publiques, alors que le pays s’enfonçait dans la violence et la violation systématique des droits humains.

Il est finalement parvenu au pouvoir le 23 mars 1982, après un coup d’Etat contre le général Romeo Lucas Garcia (1978-1982). Un an plus tard, le 8 août 1983, il est lui-même renversé par son ministre de la Défense, Oscar Mejia Victores.

En 1989, Rios Montt a fondé le Front républicain guatémaltèque (FRG, droite), arrivé à la présidence en 1999 avec Alfonso Portillo (2000-2004). Sous les couleurs du FRG, Rios Montt a été trois fois député, entre 1994 et 2003, mais son plus grand souhait aurait été de revenir au pouvoir.

Efrain Rios Montt était père de deux enfants, Enrique, général retraité, et Zury, ex-députée et épouse du sénateur républicain américain de l’Illinois Jerry Weller.

[Afp]

A lire aussi

3ème mandat de « Kabila » : Le peuple congolais doit recourir à l’article 64 de la Constitution pour sauver la RDC

Dans un document daté du 14 juillet 2018 et intitulé « Manifeste des universitaires congolais …

Laisser un commentaire