mercredi , 13 novembre 2019
Accueil / International / Amérique / Sommet avec USA : Kim abandonnera-t-il ses armes nucléaires ?

Sommet avec USA : Kim abandonnera-t-il ses armes nucléaires ?

Donald Trump, qui a donné son accord pour un sommet avec Kim Jong Un, a estimé mercredi sur Twitter qu’il y avait à présent « une bonne chance » de voir le dirigeant nord-coréen abandonner ses armes nucléaires. Le président américain a également tweeté avoir reçu la veille un message du président chinois Xi Jinping selon lequel la rencontre de ce dernier avec Kim Jong Un s’était « très bien » passée et que M. Kim avait hâte de le rencontrer. Mais « en même temps et malheureusement, une pression et des sanctions maximum doivent être maintenues à tout prix! », a ajouté M. Trump. Les sanctions soutenues par Pékin et les ambitions atomiques de Kim ont tendu les relations entre les deux pays, ex-alliés lors de la Guerre de Corée (1950-1953). Ces dernières années, le jeune leader nord-coréen a fait « une série de choses qui ont énervé, contrarié ou manqué de respect à M. Xi personnellement et à la Chine », estime Michael Kovrig, du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG). Et c’est pourquoi Xi Jinping n’a pas voulu récompenser Kim par une « visite officielle » car il « n’est pas encore prêt à dire que tout est pardonné ».

Banquet fastueux, sourires, photos avec les épouses, escorte de motards et bouquet de fleurs: le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a été accueilli par la Chine avec tous les honneurs réservés aux grands chefs d’Etat.

Après deux jours de silence, les médias officiels des deux pays ont finalement publié mercredi de nombreuses photos et vidéos de la rencontre historique à Pékin entre M. Kim et le président chinois Xi Jinping.

La première visite à l’étranger de Kim Jong Un depuis son arrivée au pouvoir fin 2011 a été décrite par la Chine comme « non officielle ». Mais ses hôtes ont déployé une débauche d’attentions jusqu’à son départ mercredi.

Arrivé lundi en gare de Pékin à bord d’un train vert aux vitres teintées, il s’est vu offrir dès sa descente du wagon un bouquet de fleurs, avant de s’engouffrer dans une berline noire escortée par une nuée de motards, selon des photos du journal officiel nord-coréen Rodong Sinmun.

Sous les lustres de l’immense Palais du peuple, Kim Jong Un, en costume Mao gris foncé, a ensuite procédé avec le président Xi à une revue des troupes chinoises — comme il est de coutume pour tous les dirigeants étrangers en visite en Chine.

Comme pour Trump

Accompagné de sa jeune épouse Ri Sol Ju, habillée d’un tailleur ocre, le dirigeant nord-coréen a posé pour des photos avec son hôte chinois et la première dame Peng Liyuan, ex-chanteuse de l’armée, laquelle était vêtue d’une robe blanche tachetée de noir.

Comme le président américain Donald Trump et son épouse Melania quelques mois plus tôt lors de leur visite d’Etat à Pékin, le couple venu de Corée du Nord a eu droit à un spectacle artistique, puis à un dîner.

La télévision d’Etat chinoise CCTV a diffusé des images de l’immense salle de banquet ornée de paysages chinois et de décorations aux couleurs vives.

Les dix tables étaient ornées de porcelaine fine jaune et de corbeilles débordantes de fruits. A la table d’honneur, où avaient pris place les deux couples, trônait une composition florale rouge et verte sur laquelle étaient posées des colombes factices.

Une photo du Rodong Sinmun montre les deux dirigeants en train de trinquer — apparemment au vin rouge pour Xi Jinping, et au blanc pour Kim Jong Un.

Manqué de respect

Une scène qui peut paraître surprenante, la Chine de Xi ayant invariablement soutenu à l’ONU les sanctions économiques visant à enrayer le programme balistique et nucléaire mené par le régime de Kim.

Pékin ne goûte guère à la nucléarisation en cours à ses portes, ni aux essais nucléaires de Pyongyang, qui ont provoqué de violentes secousses sismiques côté chinois.

Les sanctions soutenues par Pékin et les ambitions atomiques de Kim ont tendu les relations entre les deux pays, ex-alliés lors de la Guerre de Corée (1950-1953).

Ces dernières années, le jeune leader nord-coréen a fait « une série de choses qui ont énervé, contrarié ou manqué de respect à M. Xi personnellement et à la Chine », estime Michael Kovrig, du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG).

Et c’est pourquoi Xi Jinping n’a pas voulu récompenser Kim par une « visite officielle » car il « n’est pas encore prêt à dire que tout est pardonné ».

KIM JONG UN REÇU EN GRANDE POMPE À PÉKIN

Kim Jong Un a été accueilli en grande pompe à Pékin pour sa première visite –secrète– en Chine, lors de laquelle il s’est prononcé pour la « dénucléarisation » de toute la Corée, avant son sommet attendu avec Donald Trump.

Dans un tweet, le président américain s’est félicité de la rencontre de Pékin, estimant qu’il y avait à présent « une bonne chance » de voir le dirigeant nord-coréen abandonner ses armes nucléaires.

Pour sa première sortie à l’étranger depuis son arrivée au pouvoir fin 2011, Kim et son épouse ont eu droit à une cérémonie solennelle et à un banquet sous les ors du Palais du peuple, lors de cette visite qui n’a été officiellement révélée que mercredi, une fois que le couple nord-coréen avait regagné son pays en train.

Ce voyage, qui s’est déroulé de dimanche à mercredi selon l’agence de presse Chine nouvelle, souligne spectaculairement le rapprochement entre les deux voisins, divisés ces dernières années par l’appui de Pékin aux sanctions internationales visant à forcer Pyongyang à renoncer à son programme nucléaire. Kim Jong Un n’avait encore jamais rencontré Xi Jinping.

« Il n’y a aucun doute que ma première visite à l’étranger (devait être) pour la capitale chinoise », a déclaré M. Kim, selon des propos rapportés par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. « C’est mon devoir solennel », a-t-il ajouté.

Bonne volonté

Selon Chine nouvelle, l’homme fort de Pyongyang s’est dit prêt à un sommet avec Donald Trump, après des mois de menaces de guerre entre les deux pays autour du programme nucléaire nord-coréen.

En réaction, Donald Trump a rapporté avoir reçu la veille un message du président chinois Xi Jinping selon lequel la rencontre de ce dernier avec Kim Jong Un s’était « très bien » passée et que M. Kim avait hâte de le rencontrer.

Mais « en même temps et malheureusement, une pression et des sanctions maximum doivent être maintenues à tout prix! », a ajouté M. Trump.

Le sommet Trump-Xi a été annoncé de sources sud-coréenne et américaine mais pas encore confirmé de source nord-coréenne. Selon Séoul, il pourrait se dérouler fin mai, mais ni le lieu ni la date exacte de la rencontre n’ont encore été annoncés.

Le dirigeant nord-coréen, qui a procédé ces dernières années à une série d’essais nucléaires et de tirs de missiles susceptibles d’atteindre les Etats-Unis, s’est prononcé pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

« Notre position constante est d’être engagés en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, conformément à la volonté de l’ancien président Kim Il Sung et de l’ancien secrétaire général Kim Jong Il », les prédécesseurs et grand-père et père respectifs de Kim Jong Un, a rapporté l’agence chinoise.

Cette question « peut être résolue si la Corée du Sud et les Etats-Unis répondent à nos efforts en faisant preuve de bonne volonté », a ajouté le dirigeant nord-coréen.

La Corée du Sud a rapporté le mois dernier que Pyongyang serait prêt à abandonner son programme nucléaire en échange de garanties américaines en matière de sécurité. Ses essais nucléaires et balistiques sont suspendus.

Kim en costume Mao

La télévision publique chinoise CCTV a diffusé des images de MM. Kim et Xi se serrant la main devant les drapeaux des deux pays, en compagnie de leurs épouses. M. Xi et son hôte, vêtu d’un costume Mao anthracite, ont entendu les hymnes des deux pays avant de passer les troupes en revue.

Cette visite avait été dévoilée dès lundi soir par des médias japonais, affirmant qu’un haut dirigeant nord-coréen était arrivé en train à Pékin, mais sans pouvoir affirmer qu’il s’agissait bien de Kim Jong Un.

Les médias chinois s’étaient gardés de confirmer la visite, attendant vraisemblablement que M. Kim ait regagné son pays.

Xi Jinping a salué l’amitié sino-nord-coréenne, forgée lors de la guerre de Corée (1950-53). « Il s’agit d’un choix stratégique et du seul bon choix fait par les deux pays sur la base de l’histoire et de la réalité », a-t-il déclaré. M. Xi a accepté une invitation à se rendre en Corée du Nord, selon KCNA.

La visite à Pékin de M. Kim constitue un retour au premier plan pour la diplomatie chinoise, qui avait pu paraître marginalisée par l’annonce d’un sommet Kim-Trump.

Avant de rencontrer Donald Trump, Kim Jong Un doit s’entretenir avec le président sud-coréen Moon Jae-in fin avril dans la zone démilitarisée qui sépare les deux pays.

Interrogé, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a éludé la question de savoir si Pékin comptait accueillir le sommet Kim-Trump.

[Afp]

A lire aussi

Les quatre fléaux qui minent le développement de l’Afrique

Intervenant au forum Russie-Afrique, Vladimir Poutine a présenté les différents fléaux qui ruinent le développement …

Laisser un commentaire