mardi , 22 mai 2018
Accueil / Élections / RDC : Moïse KATUMBI, un mafioso multinational
Olivier KAMITATU [gauche] et Moise KATUMBI
Olivier KAMITATU [gauche] et Moise KATUMBI

RDC : Moïse KATUMBI, un mafioso multinational

Ça ne passera plus en République à Démocratiser du Congo ! Cet Israélo-Gréco-Italo-Belgo-Britannico-Zambien, en l’occurrence Moïse Soriano alias Katumbi – grâce aux stratégies et techniques de manipulation des masses couramment employées par des médias mensonges notamment : Le Soir (journal belge), RFI-Afrique, BBC-Afrique, Africa n°1, France 24, TV5 Afrique – continue à faire croire aux naïfs que lui est « le meilleur opposant » pour devenir président de la république afin de remplacer son complice, associé et beau-frère, le petit « Joseph Kabila ». Marié à une « hirondelle » Tutsi-Burundo-Rwandaise, le criminel Moïse Soriano « Katumbi » est un ressortissant étranger infiltré au Congo-Kinshasa : un Gréco-Italo-Israélien, par son père qui a été inhumé à Tel-Aviv où Soriano se rend tous les ans pour aller s’incliner devant sa tombe, et un Zambien, par sa mère. Chauffeur-mécanicien de profession, ancien conseiller commercial du défunt président zambien Frederick Chiluba, ce semi-lettré possède ses principaux biens – villas, plantations, sociétés et autres – en Zambie. Complice du président Frederick Chiluba, Moïse Soriano « Katumbi » était recherché par la justice zambienne pour malversations financières. Divorcé avec sa première femme, une Zambienne, l’infiltré Moïse Soriano alias Katumbi décide d’épouser, pour les besoins de la cause (calcul machiavélique oblige !), une « hirondelle » au nom de Carine Nahayo, membre très influente de l’International Tutsi-Power. Celle-ci (Carine Nahayo), 100% Tutsi – Tutsi-Burundaise par son père (un ancien diplomate du Burundi en Belgique) et Tutsi-Rwandaise par sa mère – gère en partie les affaires de son mari. C’est elle aussi qui s’occupe de tous les intérêts économico-financiers de Paul Kagamé au Congo. Il est détenteur non seulement de plusieurs nationalités, donc plusieurs passeports, mais – plus grave encore – Moïse Soriano alias Katumbi possède plusieurs identités : dans ses documents officiels on l’appelle tantôt Moïse Katumbi Chapwe ou Tshapwe, Soriano Moses Katumbi, tantôt Katumbi Moïse D’Agnano, ou D’Agnano Katumbi Moïse. Malgré ses différentes identités, c’est la même personne. À ce titre, cet intrus et pion des ennemis du peuple congolais a bel et bien le profil d’un véritable ESCROC MULTINATIONAL ; car, avec différentes identités, il est à la fois Israélien, Grec, Italien, Belge, Britannique, Zambien, pseudo-Congolais, etc. Et le peuple congolais n’en veut pas.

Moïse « Katumbi Chapwe » – qui a choisi le nom de Moïse Katumbi d’Agnano lors de sa demande de naturalisation à la mairie de San Vito dei Normanni, une petite ville de 20.000 habitants située dans le sud de l’Italie – a acquis la nationalité italienne le 3 octobre 2000, avant d’y renoncer le 13 janvier 2017. Il a donc détenu la nationalité italienne pendant 17 ans. Conformément à la Constitution (Charte d’occupation) de 2006 qui interdit expressément, dans son article 10, la binationalité : « La nationalité congolaise est une et exclusive. Elle ne peut être détenue concurremment avec une autre. », Moïse « Katumbi » est donc disqualifié pour devenir Président de la République à Démocratiser du Congo. Ce démon peut donc aller postuler à la magistrature suprême en Grèce, en Italie, en Israël ou en Zambie; mais pas au pays de Papa Simon Kimbangu.

Non et non, les Congolais ne sont jamais xénophobes; d’ailleurs toutes les personnes honnêtes peuvent rendre témoignage de notre hospitalité légendaire. Si ces infiltrés veulent continuer à travailler au Congo-Kinshasa, ils peuvent rester tranquilles comme d’habitude, mais à condition qu’ils respectent les lois du pays. On ne leur demande pas autre chose !

Au Congo-Kinshasa, depuis son accession à l’indépendance, le 30 juin 1960, il existe une Loi intangible, inaliénable fixant les conditions à remplir afin de postuler à la magistrature suprême, notamment : pour être candidat à l’élection du Président de la République, il faut être CONGOLAIS d’origine : être de père CONGOLAIS et de mère CONGOLAISE. Être Congolais d’origine veut dire être un Congolais autochtone originaire d’une province, d’un district, d’un territoire, d’un secteur, d’un groupement, d’un village du Congo-Kinshasa, et dont ses ancêtres sont établis sur le sol congolais depuis la nuit des temps.

Selon le Journal Jeune Afrique qui a contacté la municipalité de San Vito dei Normanni, cette dernière confirme que Moïse « Katumbi Chapwe » – qui a choisi le nom de Moïse Katumbi d’Agnano lors de sa demande de naturalisation – a acquis la nationalité italienne le 3 octobre 2000, avant d’y renoncer le 13 janvier 2017. Son nom apparaît dans le registre de l’état-civil de la mairie de San Vito dei Normanni, une petite ville de 20.000 habitants située dans le sud de l’Italie. Il a donc détenu la nationalité italienne pendant 17 ans. Et pourtant la Constitution de 2006 (qui est en réalité une Charte d’occupation) interdit expressément, dans son article 10, la binationalité : « La nationalité congolaise est une et exclusive. Elle ne peut être détenue concurremment avec une autre. » Donc, cet intrus mafieux (Moïse Katumbi) n’est pas (ou n’est plus, si vous voulez bien) un Congolais et ne peut à ce titre prétendre être candidat à l’élection du Président de la RDC (République à Démocratiser du Congo). D’AILLEURS, D’UNE SOURCE SÛRE, NOUS AVONS APPRIS QU’IL N’A JAMAIS SOLLICITÉ LA « NATIONALITÉ CONGOLAISE » : IL N’A AUCUN DOSSIER AUPRÈS D’UN MINISTÈRE COMPÉTENT CONCERNÉ. Source : Jeune Afrique.

En plus, son identité est très complexe. C’est ainsi que dans d’autres documents officiels on l’appelle Moïse Katumbi Chapwe ou Tshapwe, Soriano Moses Katumbi, tantôt Katumbi Moïse D’Agnano, ou D’Agnano Katumbi Moïse. Il y a lieu de constater que le recours à ces doublons constitue une violation grave de la Constitution et du Serment y relatif.

Malgré les différentes identités dont Moïse Katumbi Chapwe ou Tshapwe, Soriano Moses Katumbi, Katumbi Moïse D’Agnano, D’Agnano Katumbi Moïse, c’est la même personne profitant de la pauvreté, de l’inconscience, de la naïveté, de l’ignorance et de la bonne foi de tout un peuple pour le faire croire qu’il était millionnaire au moment où réellement il était endetté jusqu’au cou. À ce titre, cet intrus et pion des ennemis du peuple congolais a bel et bien le profil d’un véritable ESCROC MULTINATIONAL ; car, avec différentes identités, il est à la fois Israélien, Grec, Italien, Belge, Britannique, Zambien, pseudo-Congolais, etc. C’est pour cela que le peuple congolais ne tolérera plus d’être dirigé par un deuxième membre de la MAFIA internationale en remplacement du Tutsi-Rwandais Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila.

Alors, l’infiltré Moïse Soriano alias Katumbi, commerçant-magouilleur, trafiquant, criminel et pilleur à outrance de nos ressources naturelles au Katanga, ne remplit aucune des conditions imposées par les Lois du Congo. Pire encore, Moïse Soriano est marié à une Tutsi-Burundo-Rwandaise. Cette dame-hirondelle, Carine Nahayo, est membre influente de l’International Tutsi-Power représenté par les 3 principaux Génocidaires extrémistes Tutsi-Rwandais : Paul Kagamé (Hitler d’Afrique), Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila, et Yoweri Museveni, de son vrai nom de naissance : Yoseri Tubuhaburwa, un ancien réfugié rwandais infiltré en Ouganda. Il convient de rappeler que tous ces trois sanguinaires Tutsi-Rwandais – ayant le permis de tuer les autochtones Congolais et le certificat d’impunité totale pour tous leurs crimes : ce qui leur permet de mettre en pratique leur expansionnisme hégémonique – sont co-auteurs des crimes de génocide et des crimes contre l’humanité commis au Congo. Selon les chiffres publiés dans le Rapport Mapping de l’ONU et dans différents autres rapports des ONG internationales telles que Human Right Watch, International Rescue Commettee, Amnesty international, Oxfam, etc., tous ces crimes ont déjà totalisé à ce jour au moins 15.000.000 (quinze millions) de morts, des millions de mutilés, des millions de personnes (femmes, enfants et vieillards) violées, et d’énormes quantités de ressources naturelles congolaises pillées à grande échelle avec la complicité avérée de certains agents de la Monusco.

En effet, dans un pays normal et organisé – étant impliqué dans des crimes de sang et crimes économico-financiers, dans le pillage des ressources naturelles dont la vente illicite d’Uranium notamment à l’Iran et à la Corée du Nord lorsqu’il était encore gouverneur du Katanga, et, outre sa soi-disant nationalité congolaise, possédant plusieurs nationalités (étant à la fois Grec, Italien, Israélien, Britannique, Zambien, etc.), or la nationalité congolaise est une et exclusive – le Juif-Zambien Moïse Soriano devrait déjà être traduit en justice. Nous vous rappelons qu’on ne peut avoir la double nationalité au Congo, et pourtant cet hybride en a plus de 6 à l’instar de tous les malfaiteurs comme son demi-frère, Raphaël Katebe Katoto, ou comme ses propres conseillers, notamment Olivier Van de Brocken alias Kamitatu, et alias Pierre Lumbi (un sujet Hutu Burundais).

En tout cas, Moïse Soriano est quand même un homme astucieusement courageux ; car, avec une femme Tutsi et membre de l’International Tutsi-Power, et tentant de défier les Congolais de l’intérieur et ceux de la diaspora, il veut nous faire croire que – grâce à la corruption active avec l’argent issu du pillage systématique de nos propres ressources naturelles – lui est capable de diriger le Congo en dominant tous les Congolais, même les prêtes et autres pasteurs médiocres.

Franchement, l’infiltré Moïse Soriano s’est lourdement trompé de peuple et d’époque. Ça se comprend, puisqu’il ne connaît même pas l’histoire des « mulâtres ou métis» au Congo. Nous lui apprenons que ses collègues hybrides (métis) étaient, en 1960, contre l’indépendance du Congo, parce qu’ils se croyaient être égaux aux (vrais) Blancs. Ils avaient même leur siège (ou bureau) sur l’avenue Rwakadingi, au coin de son croisement avec l’avenue Kasa-Vubu. Mais ce bureau a été incendié en 1959 par des patriotes Congolais, et jusqu’à ce jour ces hybrides n’ont plus jamais eu le courage d’en avoir un autre. En tout cas, Moïse Soriano, l’intrus, devrait se taire. Ou s’il estime posséder des qualités extraordinaires, qu’il aille postuler soit en Italie, soit en Grèce, soit en Israël, soit en Zambie ; car, nous, les Congolais autochtones, en avons assez et n’accepterons plus d’être encore humiliés avec un autre étranger (un deuxième étranger après le petit Rwandais H. Kanambe) à la tête de nos institutions.

C’est qui est révoltant, on retrouve aujourd’hui des espèces agitées comme les Soriano, les Van Brocken, les Cardoso, les Delvaux, tous hybrides, qui osent parler grâce à l’Occupation Américano-Belgo-Tutsi. Olivier Van Brocken, dit Kamitatu, est né à Anvers (Belgique), reconnu par son père (un Juif Belge), a grandi et étudié en Belgique. Après avoir acheté, dans les rues de Kinshasa, le passeport congolais, le voilà Congolais. Non, Monsieur Van Brocken, il faut demander la nationalité congolaise en bonne et due forme auprès du Ministère de la Justice.

Les autres infiltrés ci-après : Pierre « Lumbi », Didier « Kazadi », le défunt « Masako Mamba », Vital Kamerhere, Henri « Mova sakanyi », Jean « Mbuyu Luyongola », le général François « Olenga », François « Kabulo mwana Kabulo », le général Damien « Kabulo », Alexis « Tambwe Mwamba », Augustin « Matata Ponyo », etc., sont, tous, des sujets Rwandais ou Burundais. Mais pour ne pas se faire facilement remarquer, ils abandonnent leurs noms à consonance étrangère et adoptent des noms congolais.

Revenons à Moïse Soriano. Avec une femme hirondelle, Carine Nahayo, une Tutsi-Burundo-Rwandaise, ce monsieur veut la hisser au sommet de l’État congolais comme « 1ère dame ». Quelle incroyable provocation ! Quelle intolérable humiliation ! Vraiment « Moïse Katumbi » nous prend pour des canards sauvages alors que le « Peuple congolais est un peuple élu de Dieu, le Tout-Puissant, Créateur du Ciel et de la Terre, Créateur de l’Univers visible et invisible ». Les Congolais sont les gardiens du Bassin du Fleuve Congo, un bassin ayant toutes les richesses naturelles connues et non encore connues du monde.

En conséquence, toutes les tentatives diaboliques visant à exterminer le peuple élu de Dieu, les Congolais, sont donc vouées à l’échec. D’ailleurs, celles déjà entreprises depuis l’époque de l’esclavage jusqu’aujourd’hui, l’Occupation Américano-Belgo-Tutsi, en passant par la colonisation et la néo-colonisation, ont toutes échoué. Les Occupants Visibles et Invisibles sont épuisés. Ils ne savent plus que faire et où aller. On va les pousser jusqu’à l’enfer avec leurs vaches de la mort. Les « Tueurs extrémistes Tutsi » ont cru marcher sur le Congo. Ils ont essayé au Kasaï-central, dans le Kwilu et le Kwango, ils ont compris que le peuple congolais est différent des Hutu qu’ils continuent à dominer sans pitié. Leurs vaches sans frontières commencent à disparaître. Ces militaires déguisés en bergers ne savent plus quoi faire avec leurs maigres armes. Le minable gangster et maffieux belge Louis MICHEL et tous ses complices seront arrêtés et jugés au Congo d’après libération. Toutes les multinationales installées frauduleusement au Congo, pendant l’Occupation militaire et politique, doivent en principe être expulsées selon la gravité de leur cynisme. Les Occupants Visibles, c’est-à-dire, tous les sous-traitants exécutant les ordres insensés donnés par leurs commanditaires du clan CLINTON, notamment les exécutants Tutsi venus du Rwanda, Ouganda, Burundi, Somalie, Érythrée, Abyssinie (Éthiopie), ils seront, au cas par cas, neutralisés ou expulsés du Congo. Nous avons légitimement et légalement le droit de pouvoir le faire.

Quant aux pays de l’Union Européenne qui nous poussent d’aller aux élections avec nos Occupants, notamment la Petite-Belgique, la Grande-Bretagne, la France, le Portugal, la Hollande, le Luxembourg, la Pologne, l’Autriche, la Suède, la Norvège, la Finlande, nous leur rappelons que, de 1939 jusqu’en 1945, plusieurs pays européens avaient été occupés par les ALLEMANDS. Pour les chasser de leurs terres, ils avaient constitué une large coalition internationale des forces militaires en faisant appel aux USA, voire à l’Afrique coloniale. Est-ce que, sous la domination nazie ou l’occupation allemande, les pays occupés avaient organisé des élections afin de chasser les envahisseurs nazis ? La réponse est NON. Mais alors pourquoi nous obligez-vous d’aller aux élections avec nos Occupants ? En plus, l’UE doit savoir qu’en science politique les élections ne signifient pas la DÉMOCRATIE. L’Occident, par cynisme, adopte alors une mauvaise définition de la démocratie, une définition biaisée que nous n’acceptons pas.

Nous vous rappelons que nous, en Afrique, à l’époque de nos ancêtres, nos terres étaient toujours administrées par la DÉMOCRATIE RÉELLE. Contrairement à l’occident qui nous a amené la Démocratie mondiale de façade : une démocratie où l’Occident nous impose d’aller voter avec nos envahisseurs étrangers, avec nos Occupants. Cette DÉMOCRATIE des TUEURS et des PILLEURS où le MENSONGE (résultats truqués) remplace la VÉRITÉ des urnes, nous n’en voulons plus. Nous votons mais nous n’élisons pas ceux qui nous dirigent. Notre choix n’est donc pas pris en considération. NOTA : CES OCCIDENTAUX QUI NOUS POLLUENT LA VIE AUJOURD’HUI SONT LES HÉRITIERS DES ESCLAVAGISTES QUI SE SONT ENRICHIS PENDANT PLUS OU MOINS 400 ANS + LES 70 ANS DU NÉOCOLONIALISME. INCAPABLES DE SE DÉDOUANER, ILS S’ACCROCHENT À L’AFRIQUE ; MAIS ILS OUBLIENT QUE L’AFRIQUE A DÉJÀ COMMENCÉ À SE RÉVEILLER. Trop, c’est trop ! Il faut savoir arrêter la machine ou le bateau quand il coule.

Pour ce faire, nous mettons en garde le semi-lettré Moïse « Katumbi », Colette Braeckman, Stéphanie Hartmann (Journaliste chez Africa N°1), Francis Laloupo (Journaliste chez Africa N°1), Francis Kalombo, Olivier Van Brocken, dit Kamitatu, le minable Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng, et tous les autres « chiens couchants » achetés par ce criminel de nationalité Israélo-Gréco-Italo-zambienne et britannique ; car le Congo-Kinshasa n’est pas à vendre, et tous les Congolais ne sont pas si aveugles, dupes et stupides comme Lambert Mende, Samy Badibanga, José Makila, Bruno Tshibala, Mokolo wa Mpombo, Alain André Atundu, Kalev Mutond Célestin Kanyama, Shé Okitundu, Tryphon Kin-Kiey Mulumba, Marie-Ange Lukiana Mufwankolo, et les autres traîtres et/ou collabos comme Ève Bazaiba, Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi (de mère Angolaise, et marié à une femme Tutsi-Rwandaise), José Utshudi dit Olengankoy (semi-lettré avec un faux diplôme) ! Les Occupants visibles doivent évacuer le Congo. Les Occupants Invisibles doivent cesser toute ingérence dans nos affaires. Après six siècles d’occupation de l’Afrique noire, ils n’ont RIEN fait. Leur civilisation a montré ses limites et ses talents ès : tuer encore tuer, voler encore voler, piller encore piller. En dehors de ces spécialisations, ils ont lamentablement échoué en Afrique noire. Certes, ils le faisaient sciemment pour nuire aux africains. Nous le savons. Mais, il est grand temps pour qu’ils puissent disparaître de nos pensées. Nous allons opter pour un autre développement : Tout pour le peuple, rien que pour le peuple. Adieu Moïse Soriano ! Adieu l’hirondelle de l’« ITP », Carine Nahayo ! Adieu les valets du semi-lettré Soriano : lobbies maffieux Belges, tueurs Burundais, Rwandais, Ougandais, etc.

En outre, nous vous rappelons quelques noms de principaux dirigeants visibles de cette nébuleuse dite « ITP » (International Tutsi-Power) sont : « Paul Kagamé, Yoweri Museveni (d’origine rwandaise), Hyacinthe Hyppolite Kanambe alias « Joseph Kabila », Azarias Ruberwa, Moïse Nyarugabo, Bizimana Karamuheto, Déogratias Douglas Nyamakuba alias Bugera, Henri Mova Sakanyi, Marie-Ange Mushobekwa, Vital Kamerhe, Général Nkundabatware, Carine Nahayo « Katumbi », Major Rwasibo, Capitaine Assoni, Lieutenant Mastaki Mobiriki, Major Bora Uzuma Kamwanga, Lieutenant Barendekere, Zoé et Janet «Kabila», Rwakabuba, et d’autres officiers et sous-officiers Rwandais et Ougandais tels que les Généraux James Kabarebe, Général Jean Bivegeti, Unkoko Kiyana, Bisengimana Charles, Gakaru, Gapfizi Dan, Gashayija Augustin, Gumusiriza Wilson, Kabirigi, Kayihura, Kayizari Caeser, Kayonga Charles, Ndindiryimana, Nkurunzira Jack, Mustafa Mukiza, etc.

ENFIN, NOUS LANÇONS UN APPEL SOLENNEL À TOUT LE PEUPLE CONGOLAIS EN GÉNÉRAL POUR DIRE « NON » À TOUTES LES FORCES DU MAL AGISSANT DE LOIN OU DE PRÈS EN « RÉPUBLIQUE OCCUPÉE DU CONGO » TOUT EN EXIGEANT LE DÉPART SANS DÉLAI DE TOUTES LES TROUPES DE LA MONUSCO ! L’O.N.U. DEHORS DU CONGO ! LA MONUSCO DEHORS DE NOTRE PAYS ! LE CONGO AUX CONGOLAIS ! LES USA AUX AMÉRICAINS ! L’INGÉRENCE DANS LES AFFAIRES DES CONGOLAIS : NON, NON, NON ET NON !!!

BREF, VIVE NOTRE PATRIE, LE CONGO-KINSHASA ! POUR NOTRE PATRIE, NOUS VAINCRONS ! NOTRE VICTOIRE EST SÛRE ET CERTAINE ! SOYONS DONC VIGILANTS ! ET, TÔT OU TARD, KIGALI, COMME CARTHAGE, SERA VAINCUE. ET, CONFORMÉMENT À LA PROPHÉTIE FAITE PAR UN GRAND-ESPRIT KÔNGO, LE RWANDA DEVIENDRA UN DÉSERT ! INGETA !

Vive le CRAGI :
« Comité Révolutionnaire d’Avant-Garde Indépendant » !
Vive le Congo libre, indépendant et prospère !
Vive la lutte pour notre liberté !

FAIT À GENÈVE, LE LUNDI 26 MARS 2018

« Sé/Cellule Alphone MAMPASI, dit Le Cubain

A lire aussi

Kidnapping : Nouvelle arme de survie des milices en RDC

Le kidnapping devient une nouvelle arme de survie des milices en République démocratique du Congo. …

Un commentaire

  1. Commence par enlever la poutre dans ton oeil avant de crier a la paille dans l oeil de ton voisin. Leon de Saint Moulin dans son livre d Histoire du Zaire qu on utilisait en 5eme secondaire avait ecrit que 2/3 des hommes Bakongo etaient mort pendant la construction du chemin de fer Kinshasa Matadi et qu ils ont etes remplaces par des senegalais et chinois. Qui se sont maries aux femmes BaKongo. Il y a donc 66% des chances que tu soit batard Senegalo Chinois. Proove le contraire. D’ailleurs le conseller Mampasi de Kasavubu militait pour l independence du Bas Congo et non du Congo entier comme les vrais nationalistes Lumumba, Gizenga, Mulele, Kashamura.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont mis à « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience possible de navigation. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou vous cliquez sur « Accepter » ci-dessous , vous consentez à ce sujet.

Fermer