Accueil / International / Europe / Honoré NGBANDA : Parano, xénophobe, terminator, ….

Honoré NGBANDA : Parano, xénophobe, terminator, ….

Se référant au président de l’APARECO, François MISSER persiste et signe : Quand il était du côté du manche, Honoré Ngbanda Nzambo ko Atumba passait pour un dur. Ancien patron des services de renseignements de 1985 à 1990, ministre de la Défense de 1990 à 1992 et ancien conseiller spécial à la Sécurité du défunt maréchal, il avait été affublé par la vox populi du surnom de « Terminator », suite à la répression féroce de la Marche des chrétiens par l’armée, le 16 février 1992. Depuis, l’homme, aujourd’hui dans sa 72e année, nie toute responsabilité, tient toujours un langage musclé, mais préfère demeurer tapi dans l’ombre. LA REPLIQUE. L’APARECO a pris connaissance, sans surprise, mais avec dédain et dégout, de la réaction épidermique d’un de ces journalistes des médias-mensonges, qui vient de produire un «torchon» à l’issu de la conférence de presse de Mr Honoré Ngbanda à Bruxelles ce jeudi 1er Mars. Mr François Misser, car c’est de lui qu’il s’agit, correspondant pour BBC Afrique et La Libre Afrique, autoproclamé «spécialiste de l’Afrique centrale» pour avoir écrit entre autres, un livre interview en faveur du sanguinaire Paul Kagamé intitulé « Vers un nouveau Rwanda ? Entretien avec Paul Kagame » paru en 1995, vient de dévoiler sa vraie face et ses véritables objectifs à travers un article stupide et nauséabond qui crache sur des millions de morts et de victimes congolaises de l’occupation rwandaise en RDC. En effet, en donnant l’impression de vouloir s’en prendre au Président de l’APARECO, le but avéré poursuivi par ce triste individu est bel et bien de brouiller le fond du message de Mr Honoré Ngbanda qui dénonce et lutte contre l’occupation de la RDC par le régime de Paul Kagamé.

Ci-dessous l’article de François MISSER et la réplique de l’APARECO

RDC : « TERMINATOR” SE DÉGONFLE

Annoncée à grands fracas, la visite, jeudi dernier à Bruxelles, de l’ancienne barbouze de Mobutu, n’a pas eu lieu. Ses partisans prétendent que sa sécurité n’aurait pas été garantie par la Belgique. Du coup, l’homme s’est adressé à son fan club par vidéo.

Quand il était du côté du manche, Honoré Ngbanda Nzambo ko Atumba passait pour un dur. Ancien patron des services de renseignements de 1985 à 1990, ministre de la Défense de 1990 à 1992 et ancien conseiller spécial à la Sécurité du défunt maréchal, il avait été affublé par la vox populi du surnom de « Terminator », suite à la répression féroce de la Marche des chrétiens par l’armée, le 16 février 1992. Depuis, l’homme, aujourd’hui dans sa 72e année, nie toute responsabilité, tient toujours un langage musclé, mais préfère demeurer tapi dans l’ombre.

Les journalistes et militants invités à assister à sa conférence de presse, jeudi dernier, en ont été pour leurs frais. A la dernière minute, la vice-présidente en charge de la communication de son parti, l’Alliance des patriotes pour la refondation du Congo (Apareco), Candide Okeke, a révélé que Ngbanda, ne serait pas au rendez-vous. Prétexte invoqué : la Belgique n’aurait pas donné suffisamment de garanties pour sa sécurité.

Parano

Pourtant, en la matière, l’Apareco n’avait pas fait dans la demi-mesure. Un service de sécurité digne d’une milice avait passé au détecteur de métaux non seulement la quelque centaine de militants et les rares journalistes venus assister à la conférence, mais aussi quiconque souhaitait accéder à d’autres bureaux de l’immeuble, situé rue Froissart, en plein coeur du quartier européen de Bruxelles. Ngbanda aurait été menacé de mort et, récemment, des individus auraient tenté de s’introduire à son domicile, a expliqué Candide Okeke – qui n’a pas précisé pour autant où il se trouvait. Parano quand tu nous tiens…

Les participants ont donc eu droit à un discours d’une heure par vidéo de l’ex-Terminator, qui a accumulé les paradoxes. Membre naguère d’un gouvernement impliqué dans le massacre des chrétiens de 1992, Ngbanda a condamné « les répressions sauvages et disproportionnées » des manifestations organisées par les laïcs catholiques depuis le 31 décembre 2017. Calfeutré quelque part en France ou au Maroc, aux dernières nouvelles, à l’abri de ses gardes du corps, l’ancienne barbouze, sur son site, invite ses compatriotes à « s’engager résolument dans le processus d’un véritable soulèvement populaire », sous la houlette de son Conseil national de la Résistance congolaise (CNRC).

Xénophobe

L’homme qui naguère défendait becs et ongles son maître Mobutu contre les puissances occidentales, pourfend les Etats-Unis et la Grande-Bretagne qui auraient prétendument pris officiellement position pour une transition avec Joseph Kabila. Ce dernier est ciblé selon des critères xénophobes et ethniques: l’actuel chef de l’Etat, rebaptisé Hippolyte Kanambe, ne serait pas le fils de son père, Laurent Kabila, mais un Rwandais, tout comme le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo et Vital Kamerhe, le chef de l’Union pour la nation congolaise (opposition).

Sur son site, l’Apareco colporte aussi la rumeur selon laquelle l’arrivée au Bandundu, il y a quelques semaines, d’éleveurs venus de l’Est, serait la première étape d’une prochaine invasion militaire rwandaise, avec la bénédiction du président Kabila. Et Ngbanda de faire état du bilan fantaisiste de « 12 millions » de victimes des guerres à l’est du pays.

[François Misser/La Libre Afrique]

Réplique de l’Alliance des patriotes pour la refondation du Congo (Apareco)

FRANÇOIS MISSER, UN JOURNALISTE COLONIALISTE AU SERVICE DE KAGAME L’HITLER AFRICAIN, S’EN PREND À MR HONORÉ NGBANDA POUR SON COMBAT PATRIOTIQUE! MISE AU POINT DE L’APARECO SUITE AU TORCHON PARU DANS LA LIBRE AFRIQUE

Dans le livre de Mr Honoré Ngbanda co-écrit avec Patrick Mbeko« Stratégie du chaos et du mensonge – Poker menteur en Afrique des Grands Lacs » publié en 2014 aux éditions l’Erablière , dès l’introduction de l’ouvrage, les lecteurs sont alertés contre les « médias au service des gouvernements dans les conflits armés ». Les auteurs mettent ainsi l’opinion en garde contre ces médias qui « prennent (…) soin de cacher soigneusement à leur propre public ainsi qu’à ceux des pays agressés les véritables motivations économico-financières et géostratégiques de leurs gouvernements et des multinationales tapis derrière les gouvernants.(…) »(page 19). Un peu plus loin à la page 20 du même livre, ils ajoutent : « Pour ce qui concerne l’Afrique, les médias occidentaux fabriquent et diffusent des informations mensongères, parfois avec des témoignages farfelus rien que pour ternir l’image des hommes politiques africains désignés comme des cibles à abattre. Obéissant aux ordres, relayant la volonté inavouée des gouvernements respectifs, les médias occidentaux s’adonnent allègrement aux mystifications et aux dénigrements en règle des dirigeants africains qui refusent de courber l’échine devant les injonctions infantilisantes et devant l’insatiabilité des dirigeants occidentaux pour les richesses des pays africains »

C’est ainsi que l’APARECO a pris connaissance, sans surprise, mais avec dédain et dégout, de la réaction épidermique d’un de ces journalistes des médias-mensonges, qui vient de produire un «torchon» à l’issu de la conférence de presse de Mr Honoré Ngbanda à Bruxelles ce jeudi 1er Mars. Mr François Misser, car c’est de lui qu’il s’agit, correspondant pour BBC Afrique et La Libre Afrique, autoproclamé «spécialiste de l’Afrique centrale» pour avoir écrit entre autres, un livre interview en faveur du sanguinaire Paul Kagamé intitulé « Vers un nouveau Rwanda ? Entretien avec Paul Kagame » paru en 1995, vient de dévoiler sa vraie face et ses véritables objectifs à travers un article stupide et nauséabond qui crache sur des millions de morts et de victimes congolaises de l’occupation rwandaise en RDC. En effet, en donnant l’impression de vouloir s’en prendre au Président de l’APARECO, le but avéré poursuivi par ce triste individu est bel et bien de brouiller le fond du message de Mr Honoré Ngbanda qui dénonce et lutte contre l’occupation de la RDC par le régime de Paul Kagamé.

A la lecture de son « torchon », on comprend aisément que ce «nègre de service» était envoyé en mission spéciale au Press Club Europe par ses maîtres de Kigali et de Kingakati. Il a quitté la salle avant même la fin du message de Mr Honoré Ngbanda parce qu’il savait probablement ce que contiendrait sa feuille de choux avant même d’avoir écouter l’orateur. Sa présence n’était qu’un prétexte pour déverser sa haine contre le leader de l’APARECO et son mouvement.

Ainsi, pour François Misser, dénoncer l’occupation rwandaise et les nombreux crimes que Kagamé et «Kabila» ont commis en RDC, c’est commettre le crime de… «xénophobie»! Alors, pour mériter les dollars que ses pourvoyeurs lui ont donné, l’homme verse dans l’excès de zèle et descend jusqu’aux égouts avec des injures les plus infamantes contre Monsieur Honoré Ngbanda, foulant aux pieds les règles élémentaires d’objectivité, de courtoisie et de correction qui s’impose aux journalistes professionnels.

Dans son article, François Misser se montre également très virulent du fait des mesures de sécurité prises par l’APARECO lors de cette conférence de presse. Alors que la plupart des services de sécurité en Europe renforce les mesures de protection de la population, Mr Misser lui, s’offusque de celles prises par l’APARECO qu’il va jusqu’à traiter de « milice » du fait que toutes les personnes voulant participer à la conférence devaient être contrôlées à l’aide d’un détecteur de métaux. Or, cette précaution n’est qu’une mesure habituelle de l’APARECO pour toutes les activités auxquelles elle convie le public. François Misser , dont il y a lieu de se poser la question sur ses véritables intentions lors de cette conférence ne s’arrête pas là , il tente en plus de minimiser les menaces de mort dont le Président national de l’APARECO fait l’objet alors que si réellement son intention était d’informer ses lecteurs, en se rapprochant de la police française ou par d’autres canaux, il aurait simplement pu avoir la confirmation que des personnes s’étaient bel et bien introduites dans le domicile parisien de Mr Honoré Ngbanda il y a quelques mois , avec l’intention de l’assassiner (une plainte a été déposée) et dans leur fuite précipitée ces individus ont laissé une des armes blanches qu’ils avaient.

Ainsi, plutôt que de réagir au contenu même du message important que le Président de l’APARECO a adressé à la communauté internationale et au peuple congolais , il a préféré à dessein tenter de dérouter ses lecteurs en se faisant le relais de toutes les inepties véhiculées contre Mr Ngbanda dans le but clair aujourd’hui d’essayer d’empêcher les congolais de capter le message libérateur du leader de l’APARECO qui les invite à contrer efficacement le processus d’occupation et de balkanisation en cours en RDC. Mais à quelque chose, dit-on, malheur est bon. En effet, grâce à cette pitoyable et vaine tentative de l’émissaire de Paul Kagame, les congolais ont pu désormais l’identifier clairement comme l’un de ces agents camouflés au service de l’occupation et de la balkanisation de la RDC.

Mais qu’à cela ne tienne, face à ce journalisme des fonds d’égouts, qui a suscité une profonde indignation dans les rangs des patriotes congolais, l’APARECO invite plutôt le public à se faire son opinion en lisant cette fois un autre reportage, celui d’un autre journaliste africain, Monsieur Ghislain ZOBIYO, qui a assisté à la même conférence de presse et posé sa question à monsieur Honoré Ngbanda. Ce journaliste du média « Brussels Information Press » produit, non seulement un compte-rendu fidèle de la conférence, mais il a aussi fait son analyse et son évaluation de journaliste au sujet des thèmes développés par le conférencier.

Nous reproduisons ci-dessous le texte de l’article de monsieur Ghislain ZOBIYO (A lire ici) et laissons à nos lecteurs le soin de le comparer avec le «torchon» produit par le journaleux fantaisiste François MISSER qui s’inquiète et s’enflamme parce que les Congolais ont décidé de se mettre débout pour stopper le processus d’occupation et le pillage des richesses de la RDC dont se nourrissent les vautours et les rapaces de son espèce. Il n’est malheureusement pas le premier, et comme pour tous ceux qui l’ont précédé, il apprendra à ses dépens que plus rien (ni ses mensonges ni ses injures) n’arrêtera la marche entamée par les congolais pour la libération de la RDC. Les Congolais sont de plus en plus nombreux à avoir compris le combat que mène Mr Honoré Ngbanda pour la libération de la RDC, et rien ne viendra les distraire. Que ceux qui ont des choses à reprocher à Mr Honoré Ngbanda avec des preuves à l’appui (et cela fait des années que nous le leur demandons) qu’ils s’adressent aux tribunaux. Le peuple congolais a une priorité vitale aujourd’hui qui est celle de libérer la RDC. Nous n’accepterons donc plus que l’on vienne nous distraire !

Paul Kagame pour qui François Misser travaille n’est autre que celui au sujet duquel des experts comme Filip Reytjens du TPIR ont dit qu’il est « le plus grand criminel encore en fonction aujourd’hui ». Voilà les vrais criminels avec du sang dans leurs mains, mais qui ne semblent pas gêner François Misser ! Cependant, tôt ou tard, la roue de l’Histoire contraindra cet Hitler africain et tous ses complices, cachés et connus, à rendre compte des crimes de guerres et crimes contre l’humanité ainsi que des pillages des immenses richesses de la RD Congo. Mr François Misser ferait mieux de commencer à méditer à ce sujet. A bon entendeur…

Paris, le 06 Mars 2018

L’ŒIL DU PATRIOTE

Candide OKEKE
Vice–Présidente nationale en charge de la Planification, de la Communication de l’APARECO et de la coordination de activités du Président national

A lire aussi

Moise KATUMBI [sur ecran] lors de son speech au meeting d'Ensemble du 09 Juin 2018.

Moïse KATUMBI : Le faussaire ?

 » Conformément à l’article 223 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, le …

Laisser un commentaire