Accueil / Business / RDC : Le WWF monte au créneau dans l’affaire de la réattribution de trois concessions forestières

RDC : Le WWF monte au créneau dans l’affaire de la réattribution de trois concessions forestières

L’affaire concernant la réattribution de trois concessions forestières en République démocratique du Congo, continue à faire couler beaucoup d’encre. Le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), monte au créneau pour interpeller les parties, dans un communiqué émis jeudi. Pour ce, le WWF voudrait rappeler à tous les acteurs la nécessité d’assurer un processus transparent et compétitif des adjudications des concessions forestières industrielles. Seule manière de rencontrer les obligations des textes réglementant le secteur forestier en RDC et de respecter les engagements pris auprès des partenaires nationaux et internationaux. Ce processus d’adjudication devrait impérativement être mis en œuvre en toute synergie avec l’attribution des concessions forestières. Et cela avec le concours des communautés locales et peuples autochtones. Question de faciliter le processus d’aménagement du territoire initié dans plusieurs provinces. Pour WWF, la réhabilitation de ces concessions forestières sans le respect du moratoire risquerait d’anéantir les efforts consentis jusqu’ici. Par conséquent, ceci annulera les avancées importantes enregistrées à ce jour dans la réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts de la RD Congo, indique le communiqué.

L’affaire concernant la réattribution de trois concessions forestières en République démocratique du Congo, continue à faire couler beaucoup d’encre. Après les déclarations de l’ONG Greenpeace, de la société civile environnementale congolaise, et la mise au point faite par leministère de l’Environnement et Développement durable, c’est le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), qui monte au créneau pour interpeller les parties, dans un communiqué émis, hier, jeudi 1er mars.

Pour ce, le WWF voudrait rappeler à tous les acteurs la nécessité d’assurer un processus transparent et compétitif des adjudications des concessions forestières industrielles. Seule manière de rencontrer les obligations des textes réglementant le secteur forestier en RDC et de respecter les engagements pris auprès des partenaires nationaux et internationaux.

Car, indique le communiqué, au regard des articles 83 et 84 de la législation forestière en vigueur, l’acquisition de nouvelles concessions forestières se fait par voie d’adjudication. Mais à titre exceptionnel, elle peut l’être de gré à gré, conformément à l’article 86.

Ce processus d’adjudication devrait impérativement être mis en œuvre en toute synergie avec l’attribution des concessions forestières. Et cela avec le concours des communautés locales et peuples autochtones. Question de faciliter le processus d’aménagement du territoire initié dans plusieurs provinces.

RECOMMANDATIONS

Pour WWF, la réhabilitation de ces concessions forestières sans le respect du moratoire risquerait d’anéantir les efforts consentis jusqu’ici. Par conséquent, ceci annulera les avancées importantes enregistrées à ce jour dans la réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts de la RD Congo, indique le communiqué.

Au regard de ces facteurs, l’organisation mondiale recommande vivement au gouvernement de la RDC de clarifier les espaces identifiés pour les adjudications prévues dans les prochaines années, par le biais d’un processus consultatif. Il s’agira de suivre les prescrits du moratoire et des textes réglementaires y relatifs, afin d’améliorer la planification dans le secteur forestier et appuyer le processus d’aménagement des terres en cours aux niveaux provincial et national.

Quant aux partenaires financiers et techniques, le WWF préconise l’accompagnement du Gouvernement congolais dans une évaluation objective des exigences du moratoire en vigueur depuis le 14 mai 2002. Et qui, par après, a été renforcé par un Décret présidentiel en 2005, afin de permettre une gestion durable et professionnelle du patrimoine forestier du pays, au bénéfice de sa population et en adéquation avec les stratégies de développement du pays.

RISQUES POUR LES POPULATIONS

Le WWF tient également à signaler les effets néfastes qu’un arrêt des efforts et des appuis REDD+ aurait dans le pays. Une situation qui risquerait d’affecter surtout, les populations locales et autochtones ainsi que les entités locales décentralisées qui demeurent les bénéficiaires et acteurs de ce principal processus défini.

Pour rappel, la décision du Ministre congolais de l’Environnement et du Développement Durable de réattribuer trois concessions d’une superficie de 650.000 ha, est à la base des différentes réactions. Ces concessions étaient détenues par le groupe SODEFOR et remises à l’Etat en 2014, ainsi qu’aux compagnies d’exploitation, en l’occurrence la Forestière pour le Développement du Congo (FODECO) et la Millénaire Forestière (SOMIFOR).

[Fyfy Solange TANGAMU]

A lire aussi

Moise KATUMBI [sur ecran] lors de son speech au meeting d'Ensemble du 09 Juin 2018.

Moïse KATUMBI : Le faussaire ?

 » Conformément à l’article 223 de la Constitution de la République Démocratique du Congo, le …

Laisser un commentaire