jeudi , 17 octobre 2019
Accueil / Élections / RDC : Opposition émiettée

RDC : Opposition émiettée

Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua, agissant dans l’ombre depuis qu’il est entré en clandestinité, faire dire à son Adjoint, des vérités adressées à l’Opposition, toutes tendances confondues. A dix mois des élections, son appel est un véritable cri d’alarme. Tel, le coq qui crie sur le toit de la maison, Clément Kanku, quoiqu’enchevêtré dans les affaires qui l’ont conduit à reculer un peu sur la scène politique, estime qu’il est temps de sortir du bois. Pour lui, l’Opposition, si elle veut aller plus loin, doit cimenter son unité sur le socle d’un combat commun. Agir autrement, c’est consacrer le passage en force et faire le lit de l’actuelle Majorité Présidentielle. Dans la lettre ouverte, ci-dessous, il revient sur l’essentiel de son appel et prévient que tous les Opposants devraient tout faire, pour comprendre la portée de la lutte, dans sa phase finale.

Une Opposition émiettée est pire qu’un virus. Dans tous les cas, l’Opposition tant qu’elle sera divisée, elle court le risque d’assumer un échec programmé d’avance, lors des prochaines élections.

L E T T R E O U V E R T E

A : L’OPPOSITION POLITIQUE DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

DE : UNION POUR LA NATION,  » UN  »

Chers camarades,

Notre pays est à la croisée des chemins. Les élections qui devaient être organisées fin 2016, ne l’ont pas été par la seule volonté de la Majorité présidentielle de vouloir se maintenir au pouvoir à tout prix. Toutes les astuces ont été utilisées pour arriver à leurs fins. Jouant sur la bonne foi des Opposants politiques et celle de la Conférence Episcopale Nationale du Congo  » CENCO  » la Majorité a, une fois de plus, usé des manœuvres dilatoires pour prolonger indûment le mandat du Chef de l’Etat actuel.

C’est dans ce contexte que la Commission Electorale Nationale Indépendante « Ceni » a publié un calendrier électoral qui prévoit l’organisation des élections à la fin de cette année 2018. Ceci est accompagné d’une loi électorale controversée, préparée et soutenue par ladite majorité. Cette loi contestée par l’ensemble de la classe politique est truffée des pièges et astuces pour favoriser cette majorité.

La publication d’un élément sonore où l’on entend les responsables de cette même majorité en compagnie des membres de la Ceni en est la preuve. Les manœuvres politiciennes de ces derniers jours participent sans aucun doute à la réalisation de la stratégie qui consiste à noyauter le processus électoral et à piéger l’Opposition. Cette situation nous impose donc une grande vigilance.

Mais, force est de constater que l’Opposition est dans l’expectative, réduite à suivre les actions des laïcs catholiques. Elle donne l’impression d’être dépassée et complètement perdue, au risque d’être pris de court par les événements. Même si nous continuons à croire à la pertinence des actions citoyennes pour revendiquer entre autres l’application intégrale de l’Accord de la Saint-Sylvestre, nous devons reprendre la main, éviter la distraction, rester alertes et prêts à toute éventualité. Rien ne nous permet de croire dans l’absolu à la non-organisation des élections cette année 2018. Par contre, tout est possible.

C’est pourquoi, nous venons tirer la sonnette d’alarme pour que l’Opposition prenne la mesure de l’urgence de se mettre ensemble et de renforcer son unité. D’ailleurs la loi électorale nous imposée par cette majorité devrait nous stimuler à nous organiser, à nous regrouper au sein d’une plateforme électorale forte qui comprendrait aussi bien les forces politiques de l’Opposition que toute personne éprise de changement. Nous devons peaufiner des stratégies efficaces et réalistes, nos adversaires de leur côté, ayant déjà eu une longueur d’avance sur nous en cette matière.

Chers camarades,

Sans pour autant ignorer le poids politique des uns et des autres, prises de façon isolée, nos chances sont compromises.

C’est pourquoi, l’Opposition doit transcender ses vieux démons de la division qui l’ont toujours minée, surtout lors des enjeux politiques importants. Quel que soit le degré de nos suspicions les uns envers les autres, l’heure n’est plus à la méfiance et à la stigmatisation entre nous, mais plutôt, à la tolérance et à la confiance sans exclure la vigilance et la prudence.

Nous devons privilégier ce qui nous unit. Ce qui nous unit aujourd’hui, c’est la stratégie commune pour l’alternance démocratique et l’assurance à notre peuple d’une meilleure vie. Nous devons donc relever les défis du processus électoral, exiger des garanties sur la fiabilité de la machine à voter si elle n’est pas retirée d’ici-là, ensuite, harmoniser les vues sur la position commune à adopter.

Nos contradictions à l’instar des élections de 2006, qui ont vu une partie de l’Opposition participer au processus et une autre le boycotter, est une expérience bien malheureuse à éviter.

L’unité de l’Opposition ne doit pas être un slogan ou une posture à adopter devant des délégations étrangères mais plutôt un état d’esprit, une conviction de mener une démarche commune pour atteindre l’alternance en mettant de côté nos egos et en étant réalistes et pragmatiques. C’est le prix à payer pour transformer ce souhait d’unité en réalité.

Chers Camarades,

Nous devons faire montre d’un sens d’abnégation et de sacrifice pour favoriser cette démarche salvatrice. Sinon, assumer les risques d’un échec annoncé qui fera le lit de la Majorité actuelle.

C’est pourquoi, nous lançons cet appel à la mobilisation des différentes sensibilités de l’Opposition et des autres forces du changement pour concrétiser cette unité que notre peuple souhaite de tous ses vœux.

« L’UNION FAIT LA FORCE « .

Me BANIKINA YANGA Balcky

Coordonnateur Adjoint

A lire aussi

Pétrole : Il n’y aura pas rupture de stock à travers la RDC ?

Les membres du Groupe professionnel des distributeurs de produits pétroliers (GPDPP) tiennent au respect des …

Laisser un commentaire